Mardi 21 juin 2011

L'Edito

 

FORCE MAJEURE

Lumière de printemps oblige, les reportages au campo se sont succédés au détriment de l'actualisation du site... Au campo, le wifi ne passe pas partout, et c'est sans doute mieux ainsi.

Voir édito.

Actualité

MADRID : OREILLE POUR DAVID MORA

La plaza de Las Ventas a repris le rythme des corridas dominicales après le festin de la San Isidro et de celles de l’anniversaire qui, selon la rumeur devraient disparaître la prochaine temporada. Ce dimanche le cartel annonçait des toros de Martín Lorca avec un sixiéme de Escribano Martín (2ème fer de l’élevage). De présentation inégale aussi bien de trapío comme de cornes, l’ensemble eut été acceptable si tous les six toros n’eussent montré une faiblesse qui limita l’intérêt des faenas et ruina les intentions des toreros. Seul le 2ème qui échut à David Mora dura plus que les autres et permit au tolédan de confirmer des qualités exhibées à Madrid et dernièrement à Vic. Ce toro de 587 kg sortit "levantado" et avec "fijeza" aux capotes. Pas trop piqué il se déplaçait d’un bon « tranco » dont profita David Mora en le citant de loin pour enchaîner des passes liées et templées car le toro s’ouvrait et favorisait un tracé long des derechazos principalement et des passes de poitrines complètes. Le toro perdait gaz dans la dernière série de la gauche. Une bonne estocade et l’oreille est accordée. Malheureusement David Mora ne put quasiment rien faire à son deuxième qui promettait mais qui s’était dégonflé à mesure que lui étaient distillées des passes suaves mais sans émotion. Malgré cela David Mora qui a ainsicoupé sa première oreille à Las Ventas a ratifié aujourd’hui sa cote montante et il devrait voir augmenter le nombre de ses futurs contrats.
Serafín Marín fut aussi victime de la faiblesse de son premier qui aurait du être retiré après ses chutes répétées après les piques et les banderilles. Le 4ème qui reçut deux piques assez bien poussées dans deux terrains différents et qui durant le tercio de banderilles avait une charge longue et claire arriva à la muleta dans de bonnes contitions, « pronto » aux cites mais qui perdit l’équilibre dès que le catalan lui montrait la muleta par le bas. D’oú une faena irrégulière à cause des charges elles-mêmes irrégulières, le toro se freinant à la fin lorsque la muleta se voulait plus convainquante. Un pinchazo et une entière et un avis sonna au descabello.
Oliva Soto torée peu et cela se remarque dans de dessin des passes tant au capote qu’à la muleta souvent accrochés. Lorsque le toro entre dans la muleta le geste est accéléré et le placement laisse à désirer. Ses toros, faibles et « descompuestos » ne lui permirent de réaliser que des faenas bougées. Il sortit accroché à la mise à mort du 6ème.
Serafín Marín: silencio ; un avis et applaudissements. David Mora : une oreille ; saluts. Oliva Soto : un avis et silence ; silence.
Georges Marcillac.

ISTRES VENDREDI : FANDI A HOMBROS


Corrida de Domingo Hernandez mobile et brave, mais incommode, pour le lot d'El Juli, et fade pour les autres. Sauf le cinquième et le dernier ils furent discrètement applaudis à l'arastre. Le plus propice au succès fut le troisième qui apporta plus de vibration que ses frères. El Juli, ovation et oreille. Juan Bautista, oreille et ovation. El Fandi, oreille et oreille.
Avec deux toros compliqués Juli se retrouva à contre temps en début de faena, comme quoi, même le meilleur dans son meilleur moment, ne peux pas inventer une charge fluide à un toro brutal et inconstant. A son premier il paya de sa personne à un exemplaire qui demandait les papiers à gauche et s'exécutait de mauvaise grâce à droite. Au quatrième, qui combattit sans stratégie ni classe et crocheta en fin de passe, il parvint à s'en rendre maître par la technique de deuxième toque différé en cours de suerte. Il tua les deux en deux voyages.
Mieux servi au sorteo, Juan Bautista apporta dans ses faenas le sel qui manquait à ses adversaires. Il régala la galerie de deux longes prestations de plus de dix séries chacune, qui comptèrent de nombreuses passes liées et de qualité. Il coupa une oreille à la première. A la seconde, qui fut de plus grand relief technique et artistique, une entière longue à faire effet lui enleva tout espoir de trophées.
Avec le meilleur toro du jour, qui venait de loin et avec vibration, Fandi fut à son meilleur niveau, onctueux au capote, pléthorique aux banderilles et efficace à la muleta. Au dernier il mit le feu aux banderilles et maintint le public en effervescence jusqu'aux aciers. Le recours au descabello lui coûta la deuxième oreille, que le public était prêt à demander.
Arènes pleines. Un exemplaire de Garcigrande, sorti en premier lieu, s'est tué en rematant fortement dans l'estribo. Il a été remplacé par un Domingo Hernandez.
Frédéric Pascal. Voir galerie Olivier Causse.

ISTRES SAMEDI : BARRERA A HOMBROS


La corrida de Garcia Jimenez et Olga Jimenez, choisie pour Morante (salut aux deux) et Manzanares (oreille et salut) n'a servi que pour le troisième homme: Barrera, qui a touché le meilleur lot, composé de deux Olga Jimenez, et avec les quels il a triomphé (oreille et deux oreilles). Sauf le troisième, tous les exemplaires ont poussé tête basse dans le peto et en engageant souvent l'arrière train. C'est à dire dans l'attitude du toro qui donne par la suite des charges longues et claires, mais seuls les second et cinquième ont présenté cette progressivité dans la charge, qui la rend facilement prévisible. Bien qu'obéissant aux leurres, les autres l'ont fait sur des tempos changeants, d'où les problèmes qu'ils posèrent aux matadors Certains sont restés longtemps irrésolus.
Bien ayant tout essayé en s'exposant, muleta avancée et se le faisant passer près, Morante n'a pas su tempérer la vivacité du premier, avec lequel il a été bon mais rapide. Entière deux descabellos. Salut. Le même type de scénario s'est reproduit au quatrième qui répéta si vivement qu'il gêna Morante pendant toute la première partie de faena. Ce n'est que lorsque ce dernier adopta un rythme de novillero que sa prestation pris de la hauteur. Il tua mal. Salut.
Avec le meilleur lot Antonio Barrera a réalisé deux longues faenas bien construites et inspirées. Le second n'eut que le défaut de gratter en fin de faena. Entière au second voyage. Oreille. La dépouille du cinquième a été honorée de la vuelta al ruedo. Suave, généreux et élégant, il a répété inlassablement dans la muleta. Estocade à recibir réussie au premier essai. Deux oreilles.
Le troisième fut le moins brave et chercha les planches en fin de parcours. Manzanares le géra avec intelligence, imprimant à sa prestation le rythme et l'harmonie d'un partition musicale. Une oreille, après une entière longue à faire effet. Le dernier poussa dans un bon style, mais manqua de force pour se grandir dans la muleta. Élégant, mais bridé par les conditions de son opposant, Manzanares salua après un pinchazo et une entière.
Arènes pleine. Vent gênant à partir du troisième toro.
Frédéric Pascal. Voir galerie Olivier Causse.

MAUGUIO : OREILLE POUR TOMASITO


Corrida de Sotillo Gutierez, nouvelle version, c'est à dire issue de Domecq, brave et fade, vite éteinte à la muleta. Morenito de Aranda, salut et silence. Javier Cortés, silence aux deux. Tomasito, oreille et ovation.
Le substitut de Domecq est un produit difficile à accommoder. Il ne faut pas attendre de lui qu'il crée l'épopée en piste, en revanche il a prouvé être capable de mettre en valeur les qualités artistiques des piétons qui le combattent. Si ces derniers ont quelque chose à exprimer, s'ils sont porté par un sentiment fort, le spectacle peut être un grand moment d'émotion partagé par l'ensemble des spectateurs. S'ils n'ont rien à dire, ou s'ils ne parviennent pas à se départir de réflexes guerriers acquis au cours de corridas précédentes, la déception gagne inévitablement les tendidos. En l'occurrence, seul Tomas Joubert, de par sa sensibilité propre et son talent d'interprète, a réussi à habiter et donner vie à la partition surjouée que lui offraient les Sotillo Guteriez de cet après midi.
Les fulgurances artistiques de Morenito de Aranda prennent tout leur relief lorsqu'elles jaillissent d'une guerre de mouvement. Comme il n'y eut ni guerre ni mouvement, il fut digne mais plat avec deux adversaires dociles et sans zèle.
Piètre tueur, Javier Cortés, perdit aux aciers le bénéfice de quelques passes liées au second et ne sut pas canaliser le cinquième, le seul qui, à l'intérieur de sa retenue, montra un peu d'agressivité.
Comme ses frères le troisième poussa avec classe au cheval, baissa la tête dans les leurres et réduisit sa voilure au troisième tiers où il écourta considérablement sa charge. Cela étant, il donna l'occasion à Tomasito de mettre à contribution son sens du temple pour composer une faena onctueuse et sensuelle. Entière après pinchazo. Oreille. Le dernier s'arrêta dès après la pique. Qui plus est, il se réfugia sans tarder dans les les planches. Dans ce terrain ambiguë, le temple de Tomasito sauva encore la faena du désintérêt et de la vulgarité. Il perdit l'oreille au descabello. Ovation. Demi arène.
Frédéric Pascal.

AIRE : PADILLA ET LE MAYORAL DE JALABERT A HOMBROS


Aire sur Adour, 19 juin 2011 corrida des fêtes. Demie arène environ. Temps beau et doux, légère brise. Toros de Luc et Marc JALABERT. Bas de châssis (exceptés le 6), et correctement armés, 502 kg de moyenne affichée. De comportements variés sous le fer, bravucones à bravitos, avec mention particulière aux 4, 5 et 6. Le 5ème gratifié d’une vuelta posthume.11 rencontres au total, dont 1 chute, pour la plupart partis de loin au cheval. Donnant du jeu dans l’ensemble à la muleta. Salut de Morenito d’Arles et de son compère au 6ème. Vuelta à hombros du mayoral au terme de la course, en compagnie de PADILLA. Juan José PADILLA : oreille et 1 oreille, Juan BAUTISTA applaudissements et oreille après avis, Julien MILETTO : silence et oreille.
Le Jerezano engage son premier en doublant vers le centre de la piste. Après un bon enchainement par derechazos, la série d’aidées par le haut et de naturelles qui suit reste de bonne facture. La suite sera plus spectaculaire que technique, où après un retour à droite agrémenté de molinetes et pechos , il conclue sa faena par un desplante avant de placer son toro par remates genou fléchi. Il coupera 1 oreille après 1 entière de côté concluante. Le 4 ème est accueilli par 2 largas cambiadas de rodillas contre les planches, et la mise en suerte à la pique par chicuelinas serrées sera du meilleur effet sur le public. Ce toro nous gratifiera ensuite d’une belle vuelta de campana après la 1ère pique. Brindé au public, le toro est cité main droite, muleta en avant, au centre de la piste. Le toro vient bien et permet à PADILLA de lier 2 séries à mi hauteur appréciées du conclave. Il poursuit par quelques muletazos en regardant le public, avant de débuter par aidées face à un toro qui réduit ses charges au fil de la lidia. Après un final par manoletinas et un desplante, il conclura d’une entière tracera et coupera 1 oreille (avec pétition, injustifiée, de la seconde) qui lui ouvrira la grande porte.
Juan BAUTISTA : Bonne entame au capote à son premier adversaire, par chicuelinas marchées et une demie en douceur pour terminer au centre. Brindé au public, il engage sa faena par deux séries droitières ponctuées de changements de main et pechos. Main gauche, l’Arlésien enchaine les passes sans parvenir à diriger la charge du toro et à transmettre vraiment; il conclut au près avec des séries côté droit dans le mufle du toro et un desplante. Entière transperçante, 1 descabello. Quelques applaudissements. Au 5ème, nommé « flamenco », Jean Baptiste débute au centre par derechazos où il donne de la longueur et de la fluidité à ses passes. Accompagnée par la musique des « Armagnacs », il poursuit après 1 molinete par des aidées bien amenées et quelques naturelles bien dessinées. Le toro réduit quelque peu à peu sa charge et dans un toréo sur un terrain plus limité ensuite, il bouclera une faena bien construite par des redondos et pechos allurés. Les manoletinas, farols et autres desplante genou fléchi précèderont une entrée à matar al encuentro après un pinchazo. oreille après avis.
Après avoir brindé son premier adversaire à Mme CALLET, Julien MILETTO engage par doblones vers le centre du ruedo. Ce toro ne se livre pas sur les derechazos qui lui sont donnés ; après un bref essai main gauche, ce toro se retourne très vite vers le torero qui ne peut canaliser une charge désordonnée. Le toro rompt sur chaque tentative d’enchainement. Un déplacement de terrain n’y changera rien avec une ultime série au centre sans transmission avec un toro qui donne de la tête. 1 entière atravasada . Silence. A l’ultime de la tarde, le plus charpenté de l’envoi, le nîmois l’accueille par quelques véroniques lentes de bon goût malgré un désarmé. A ce toro, un peu court de charge et juste de forces sans doute aussi, Julien parvient à s’arrimer quelque peu. Une bonne série main gauche, en changeant de terrain, par un toréo à mi hauteur , puis un retour par derechazos où il devient difficile de pouvoir lier avec ce toro de demi charge.
Une série de redondos inversés dans les cornes conclura cette faena volontaire mais en demi teinte, qui sera récompensée après 1 épée entière d’une oreille par un public bienveillant à son encontre. Joël Segot. Voir galerie Roland Costedoat.

FERIA DU NOVILLO D'HAGETMAU

Dimanche 31 juillet à 10 h 30 : 4 erales d'Alma Serena pour les novilleros Dorian Dejean (école taurine de Béziers) Kike (ex école taurine d'Hagemau) à 18 h : novillos de Fuente Ymbro pour Mathieu Guillon, Victor BARRIO, Alberto López Simón. Lundi 1er août à 18 h : novillos de Miura pour Adrian De Torres, Damian Castaño et Javier Jimenez.

OPUS 33 : QUEL PATRIMOINE ?

L'opus 33 de Terres Taurines sort en kiosques cette semaine avec en couverture l'étonnant safari quotidien auquel se livre chaque jour dans la sierra norte de Séville un jeune novillero français qui, loin des yeux, a choisi de vivre sa passion au coeur de l'Andalousie. À cheval puis à pieds, Juan Leal part "à la chasse" des vieilles vaches de la ganadería de Santa Ana dont le propriétaire, Jean-Marie Raymond, l'autorise à toréer toutes celles qu'il pourra attraper. Un apprentissage inédit, une expérience irremplaçable, un reportage riche en rebondissements imprévus. Au sommaire aussi de cet opus 33, Dolores Aguirre, après le "pétard" de Séville et avant la revanche espérée de Vic ; veillée d'arme à Los Bolsicos où les toros du Conde de la Corte sont embarqués en direction de Madrid ; tienta avec Sergio Flores puis promenade dans les cercados vallonnés d'Adelaída Ródriguez où une monumentale corrida "madrilène" attend de rencontrer son destin ; plongée dans la ganadería "proustienne" de Carriquiri, qu'Antonio Briones a créée à partir du fer jadis portée par le plus important troupeau de caste navarre ; et, pour la première fois, l'histoire racontée à partir de ses propres mémoires qui ne furent publiées qu'à usage interne de sa famille, d'une véritable légende charra : le fabuleux Lisardo Sánchez.

CARTELS POUR TYROSSE

Les cartels de la prochaine feria de Saint-Vincent de Tyrosse ont été dévoilés hier. Dimanche 24 juillet à 18h, toros de Victorino Martin pour Stéphane Fernández Meca (qui fera son dernier paseo), Rafaelillo et Medhi Savalli. Lundi 25 juillet à 21h30. Corrida Portugaise. Toros de Los Maños pour Jose Manuel Duarte, Joaquim Bastinhas fils et Saray Maria.

LOCATION POUR RIEUMES

La location et les réservations pour la feria de Rieumes sont ouvertes au 05.62.14.66.13 et sur internet au www.feria-rieumes.com. Au cartel du dimanche 26 juin : 11h non piquée du Lartet pour Clémentito et Sofianito, 18h novillos de la Laguna pour Mathieu Guillon, Conchi Rios et Diégo Silveti.

RIEUMES : LA FERIA DES CHAMPS

Dimanche 26 juin au matin, quatre erales de Bonnet pour les élèves des écoles taurines de Béziers et Alicante. L'après-midi, novillos de La Laguna pour Mathieu Guillon, Conchi Ríos et David Silveti.

FERIA DE CÉRET 2011

Samedi 9 juillet à 11 heures, 4 novillos de IRMÃOS DIAS pour Miguel Angel MORENO et Emilio HUERTAS, sobresaliente Victor Manuel RODADO ; samedi 9 juillet à 18 heures 6 toros de COUTO DE FORNILHOS pour RAFAELILLO Serafín MARÍN et Paco UREÑA ; dimanche 10 juillet à 11 heures 6 novillos de José Joaquín MORENO DE SILVA pour Sergio BLANCO, Adrián DE TORRES et Cayetano ORTIZ ; dimanche 10 juillet à 18 heures, 6 toros de José ESCOLAR GIL pour Fernando ROBLEÑO, Javier CASTAÑO et Alberto AGUILAR.

FERIA DE MONT DE MARSAN

Vendredi 15 juillet, toros de Garcigrande pour El Juli, Daniel Luque et Thomas Dufau qui prendra l'alternative. Samedi 16 au matin, Andy Cartagena et Leonardo Hernández mano a mano, toros de Bohórquez. Samedi après-midi, toros de Nuñez del Cuvillo pour El Cid, Sebastien Castella et Talavante. Dimanche 17: toros de Robert Margé pour El Fundi, Sébastien Castella et Matias Tejela. Lundi matin, novillos de Ponce pour Mathieu Guillon et David Galván. Lundi à 18 heures, toros de Samuel Flores pour Ponce, Juan Bautista et Alberto Aguilar. Mardi 19, toros de La Quinta pour Curro Díaz, El Juli et Thomas Dufau.

MÉJANES : FERIA DU CHEVAL, HOMMAGE AUX CAVALIERS DE L'APOTHÉOSE

samedi 16 Juillet 2011. Toute la journée Penas, Bodegas, Bandas, promenade à cheval, petit train, exposants.
10H Concours équestre les Etoiles de Méjanes (Spectacle Gratuit) ; 15 cavaliers venus de toute la France (en compétition)
11H Acoso y Derribo (Spectacle Gratuit) Garochistas Français et Espagnols La participation exceptionnelle des Toreros Juan Bautista et César Giron.
15H Grand Spectacle Equestre ( Spectacle Gratuit). Plus de 80 chevaux Ibériques et Camarguais .
18H Hommage aux cavaliers de l’apothéose : Exceptionelle Corrida du Réjon d’Or. 6 Toros de Soto de la Fuente pour Pablo Hermoso de Mendoza, Sergio Galan et Diego Ventura, plus 1 Novillo pour la présentation en public de GINES CARTAGENA (Fils)
Location : à partir du 2 Mai aux Arènes d’Arles : 08 91 70 03 70 (0.225€ TTC/ mm) ; à partir du 1er Juillet à Méjanes : 04 90 97 06 16. Par Internet à partir du 2 Mai : www.arenes-arles.com ; www.feriaducheval.f

FERIA DE LA BRÈDE

La Brède fêtera samedi 25 juin à 18h, sa 14ème corrida dans le cadre des Fêtes de la Rosière. Cette année, Uriel MORENO « El ZAPATA », Diego URDIALES et Julien LESCARRET combattront six toros de Doña Adelaïda Rodríguez García (SALAMANCA). En matinée, novillada non piquée (entrée 10 € - organisation Fiesta Garona). Animations par les Bandas toute la journée. Concert « Sangria Gratuite » à 22h. Bureau des arènes 05 56 20 20 30. Tarifs de 22 à 70 €. Nombreuses bodegas et restaurants sur le campo de feria. Présentation du cartel et de la ganaderia sur http://www.labrede-montesquieu.fr/Programme.html.

FERIA D'EAUZE

Dimanche 3 juillet, les arènes d'Eauze proposent une sans chevaux matinale avec quatre erales de Jean-Louis Darré pour deux novilleros à désigner, et six toros de Gallon l'après-midi pour Curro Diaz et Juan Bautista mano a mano.

NOVILLADA DE SOUSTONS

Le cartel de la
novillada de soustons du 7 aout est le suivant : novillos de antonio Bañuelos pour jimenez Fortes, Mathieu Guillon et Damian Castaño.

FERIA DE LA MER À PALAVAS

La feria de la Mer de Palavas propose deux corridas françaises et une sans chevaux. Dimanche 1er mai, toros de Pierre-Marie Meynadier pour Curro Díaz, Juan Bautista et Mehdi Savalli. Dimanche 8 mai, toros de Margé pour El Juli, Juan Bautista et Sébastien Castella. Samedi 7, erales de Gallon pour Fabio Castañeda, Abel Robles et Mojales Balti.

TEMPORADA DE BAYONNE

Les cartels de la temporada bayonnaise seront dévoilés le jeudi 28 avril à la maison des associations. Trois grands rendez-vous composent la saison : durant les fêtes, corrida et corrida de rejones le 30 et 31 juillet, feria les 4,5,6 et 7 août, feria de l'Atlantique les 3 et 4 septembre.

TOUTES LES GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 













imprimez cette page