LA RELEVE DU REJONEO


En triomphant aussi lors de la corrida inaugurale de la feria de Burgos après l'avoir fait à Séville et Madrid, Diego Ventura confirme qu'il est bien la grande valeur montante du rejoneo, celui qui un jour peut-être en deviendra le numéro un.

Car la question se pose bien après cette série de succès insolents que le jeune portugais enchaîne depuis trois saisons déjà : l
’indiscutable numéro un mondial du rejoneo qu’est Pablo Hermoso de Mendoza aurait-il trouvé son prochain successeur même s'il n’est nullement question pour lui ni de retraite, ni de renoncer à une once de sa suprématie indiscutable ?

Ventura n'est d'ailleurs pas seul, dans la mesure où étant sorti en triomphe de Valence et de Nîmes Leonardo Hernandez peut légitimement apparaitre comme une grande promesse de demain.

Pris entre la maestria académique de Mendoza et l’impétueux élan de ses cadets, Andy Cartagena, challenger officiel de Mendoza et seul compañero capable de se hisser à son niveau depuis de longues années se retrouve aujourd'hui dans une posture difficile, peut-être pour n'avoir pas su à temps renouveler sa cavalerie. Connaissant son amour-propre, nul doute qu’il tentera de sortir par le haut de cette situation quasi insurrectionnelle que connaît le rejoneo.

Car il n'est un secret pour personne que d
ans un domaine où les bonnes places sont rares et où la competencia fait rage, le duel à distance que se livrent ceux pour qui l’objectif est d'apparaître dans un premier temps comme le premier rival du maître avant de songer à le remplacer dans quelques années, aboutira bientôt à de profonds changements dans le haut du tableau.

André Viard