Jeudi 7 juin 2007


EDITO


BAROQUE ET FLAMBOYANT

Si l'on considère le seul contre six de Morante sous l'angle de la performance, la première impression est qu'il a échoué : une oreille pour douze possibles, le bilan comptable est en effet assez maigre. Si en revanche on le considère sur le plan plus strict de la qualité du toreo proposé, la tendance est radicalement inversée : hier à Madrid Morante a donné une leçon de bien toréer et marqué de son empreinte une arène de Las Ventas totalement conquise. Voir édito d'André Viard.



ACTUALITE

MADRID : OREILLE ET BLESSURE POUR MORANTE

Si l'on pouvait à l'avance écrire le scénario d'une corrida, sans doute aurait-on gardé pour la fin le premier toro de Gavira qui prit Morante et le public à froid. Un toro important sans être facile, qui trompa son monde jusqu'au sortir des piques où on opta pour l'économiser, et révéla par la suite un tempérament redoutable. Sérieux, veleto, encasté et prompt dans ces embestidas, il ne laissa pas Morante poser son toreo et lorsque celui-ci parvint à trouver la bonne distance pour le soumettre, il se défendit. Bien sûr, Morante avait placé trois lances et une demie qui soulevèrent les olés, réalisé un quite par trois autres véroniques parfaites ponctué d'une nouvelle demie, ce qui semblait être un succulent amuse-bouche pour le festin que chacun devinait à suivre. Brindé "au Roi, à l'Espagne et à la paix", la faena ne prit pourtant pas son envol. La faute, bien sûr, à la vivacité d'un adversaire qui avait trompé son monde, mais aussi à Morante, davantage concentré sur la qualité de chacun de ses gestes que sur les impératifs de la lidia et que la promptitude du toro à s'élancer surprit à diverses reprises, l'obligeant même, après une première série extra à droite, à lui donner quelques doblones dominateurs pour tempérer ses élans. Il manquait en fait à ce toro une grosse pique, une surprise si on se souvient de la fadeur de ses frères de camada lidiés durant la San Isidro. Ceci n'empêcha pas Morante de décliner son toreo mais faute d'accord constant la faena manqua de continuité ce qui rafraîchit un peu l'ambiance d'une arène qui l'avait accueilli chaleureusement. Applaudissements après avis.
Le second de Roman Sorando ne permettait pas grand chose et Morante abrégea (!) de six pinchazos feos. Silence.
Il ne put réussir guère plus face au troisième d'Ana Maria Bohorquez, violent et sans classe, qu'il liquida d'une demie après une dangereuse colada. Silence.
Le quatrième de Rosario Osborne sortit des piques avec seulement une poignée d'embestidas. Et Morante abrégea. Silence
Un parfum de déroute commençait à se répandre sur Las ventas, porteur de souvenirs anciens et douloureux pour le torero dont le visage disait toute la désillusion. Sortit enfin, alors que l'ambiance fraîchissait, un énorme cinquième toro de Sorando (593 kilos sur la bascule) que Morante reçut par une anthologie du toreo à la véronique qui mit Madrid debout. Durant les piques le toro confirma sa "bravitude", mais laissa aussi deviner quelques complications. Quite par chicuelinas digne de leur inventeur lui-même et nouvelle ovation. Débutée très fort par des ayudados hauts marqués du sceau de son originalité, la faena continua par un enchaînement improvisé où l'on vit à la suite un changement de mains par le bas, un pecho long comme un dimanche sans toro et un molinete gallista "enroscandose" dans le toro. Grande ovation encore. On comprit alors que le toro avait changé : mesurant le torero, collant sur lui, il finit par le surprendre lors d'une séquence anodine et lui infligea une voltereta terrible au cours de laquelle, en retombant, Morante se fit ouvrir le front d'un coup de corne. Le sobresaliente Alejandro Castro abrégea et l'on annonça au micro qu'après s'être fait recoudre, Morante reviendrait en piste pour combattre le dernier.
Sortit alors des chiqueros, au bout d'une demie heure, juste après Morante de l'infirmerie - barré de l'oeil au milieu du front d'une cicatrice à la Frankestein -, le toro de Nuñez del Cuvillo. Depuis combien de temps n'avait-on pas vu à Madrid toréer avec pareille profondeur un toro des barrières jusqu'au centre ? Une éternité. Huit véroniques engagées, galbées, ajustées, éclatantes de beauté plastique et dominatrices, plus une demie. Entre les deux piques, un quite aérien par delantales ponctué d'une nouvelle formidable demie. Après la seconde, trois nouvelles véroniques d'anthologie données au centre. Le public applaudissait encore quand Morante se saisit des bandérilles pour deux poder a poder dans le berceau (les seuls peut-être de la feria) sans perdre une once de son élégance, suivis d'un quiebro aux planches. Même le Roi se leva dans sa loge pour applaudir le torero. Du jamais vu non plus ! Là encore, le toro était de la catégorie des faux amis : brave et noble mais pas jusqu'au bout, avec une nette propension à se coller vers l'intérieur des passes dès le troisième muletazo. À moins de se livrer à une description clinique qui rendrait mal compte de ce qui s'est passé et serait une injure à l'improvisation permanente dont le torero en transe a fait preuve, décrire cette faena ne peut se faire qu'au travers des impressions ressenties : fanea d'entrega totale, de passion, de courage, de toreo pur, baroque et flamboyant tout au long de laquelle Morante improvisa au gré des changements de comportement de son adversaire, déclinant tout le catalogue des passes d'adornos et de transition que ses collègues ont depuis longtemps délaissé. Le final fut empreint d'une tension particulière, le toro donnant l'impression de pouvoir décrocher la cornada à tout moment, tandis que Morante, despatarado et de face, arrachait les ultimes naturelles. Se souvint-il alors - nous oui - d'un autre torero halluciné tutoyant le sublime, au même endroit, vingt ans déjà, Paula lui-même, face à un toro de Martinez Benavides ? Même sitio, même abandon farouche, même dédain parfait pour l'avis qui sonnait déjà, même passion dans les muletazos ébauchés dont l'intention magnifique excusait le final tronqué ? Un metisaca dans la soute sans lâcher l'épée et une entière tombée réduisirent la récompense à une oreille. Mais l'important n'était pas là, et les larmes versées par le torero au terme de sa prestation en dirent long sur l'effort immense d'intériorisation qu'il avait fait sur lui, obligeant les spectateurs eux-mêmes à une salutaire réflexion sur la véritable grandeur du toreo.
André Viard.

L'UVTF DEMANDE UNE DEROGATION

Pourtant très occupé par la campagne des législative à laquelle il participe, le député-maire de Bayonne Jean Grenet, président de l'UVTF et du Groupe Parlementaire d'Etudes sur la Tauromachie, a écrit hier au Directeur Général de l'alimentation au Ministère de l'Agriculture pour lui demander, au vu des problèmes que poserait à de nombreuses ferias françaises l'impossibilité d'importer des corridas déjà retenues et non détentrices de la carte verte, de différer la mise en application de cette mesure dont le principe est établi mais qui n'a pas encore été publiée de manière officielle, l'Espagne n'ayant pas encore renvoyé signé le protocole qui en détaille les conditions. Selon le président de l'UVTF, une dizaine de ganaderias salmantinas sont concernées par cette mesure (dont celles dont nous avons publié la liste, à l'exception de celle d'El Pilar). L'UVTF propose donc que comme il était d'usage jusqu'ici, la viande des toros provenant de ces élevages ne soit pas consommée et que le nouveau protocole n'entre en vigueur qu'à partir du mois d'octobre, une fois la saison terminée. Joint par téléphone hier, le Directeur de l'Alimentation de qui dépend le dossier a laissé entrevoir à son interlocuteur une issue favorable.

DISSENTIONS CHEZ LES GANADEROS DE LA UNION

Très mécontents de la publication anticipée par l'UCTL de l'adoption d'un protocole dont ils disent n'avoir à aucun moment été informés, les ganaderos de Salamanca voient dans cette mesure préjudiciable pour un certain nombre d'entre eux la patte de leurs confrères andalous, désireux de récupérer un marché dont la langue bleue les a tenus éloignés depuis deux ans. À Madrid en revanche on est moins catégorique et certains avancent que la mise à la retraite de Jaime Sébastian de Erice voici quelques semaines a empêché la Union d'avoir une vision claire du dossier dont les autres associations de ganaderos étaient parfaitement informées. Autre sujet de mécontentement à Salamanca : les ganaderos estiment qu'il existe entre eux et leurs confrères andalous une grande différence de traitement de la part de l'administration centrale. En Castille, précisent-ils, les contrôles sanitaires dont dépendent l'obtention ou le retrait de la carte verte sont effectués avec une grande rigueur par les agents de la Junta de Castilla y Léon, tandis qu'en Andalousie cette mission a été confiée à un organisme privé... payé par les ganaderos qui touchent de la Junta d'Andalousie une subvention pour les dédommager. La carte verte devenant, en vertu du protocole dont on attend la publication officielle, le véritable sésame pour l'exportation des toros vers la France, les ganaderos salmantinos redoutent un certain laxisme qui aurait pour effet de créer des distortions de concurrence au profit de leurs confrères andalous.

LA FERIA DU MOUN À GRENADE

La
Peña "toro cardeño" de Grenade sur Adour organise une conférence le vendredi 8 juin a 21 heures autour de Pierre Martin, président du comité des fêtes et de la commission taurine montoise qui présentera les cartels de la feria 2007 ainsi que les taureaux retenus.  http://torocardeno.free.fr.

FACE AU TORIL

Au sommaire de Face au Toril qui sera diffusé le 16 juin à 16 heures 20 sur France Trois Sud.
Philo : La feria de Nîmes vue par Francis Wolff, professeur de philosophie à l'Ecole Normale Supérieure, auteur de "Philosophie de la corrida" (édition Fayard). Les meilleurs moments des faenas d'El Juli, Castella, Daniel Luque, Enrique Ponce, Espla bien sûr. Mais aussi des réflexions originales sur la liberté du torero, la beauté de la faena. Sur le sens profond de ce spectacle qui "exhibe un réel dont les autres arts ne font que rêver".
Etui : Jusqu'à la veille de la corrida, les toros de Victoriano del Rio portent sur leurs cornes un étui en fibre de verre qui protège leurs redoutables pointes. L'un d'entre eux, Canta Pajaros, a permis le triomphe d'El Juli, le 23 mai à Madrid. Au cours de cette feria, la plus importante du monde, Canta Pajaros et ses frères ont obtenu le prix du meilleur lot de toros et El Juli celui de la meilleure faena !
Rafaelillo : Rafaelillo, torero originaire de Murcia, dans le circuit depuis près de 10 ans, était un peu oublié des organisateurs. Il a confié sa carrière à Robert Pilès au début de cette saison, et les choses commencent à changer... Pour voir ou revoir « Face au Toril », rendez-vous sur : www.france3.fr région sud.

TAUROMACHIE ET COULEUR DU SUD À BEZIERS

Thierry Girard récidive : après une signature "mojada" à Vic Fezensac il présente son livre "Récits Taurins" à la peña Emilio Oliva 9 Bd de Genève à Béziers ce vendredi 8 Juin dès 19 Heures autour d'une expo de pastels de l'artiste Mytiam Toustou sous le thème: "Tauromachie et couleurs du sud". Les accros de télé peuvent passer dès 18 Heures ou tard dans la nuit!.

FERIA DE VAUVERT

Samedi 16 juin, novillada concours à 18 heures : novillos de Angel Sanchez y Sanchez, El Vellosino, Carmen Lorenzo, Philippe Cuillé, Piedras Rojas et Meynadier pour Alberto Lamelas, José Manuel Mas et Roman Pérez. Le dimanche, bolsin taurino avec la participation de six ganaderos français et des écoles de Nîmes, Arles, Béziers et Jaen.

ENCORE CINQ MINUTES MONSIEUR LE BOURREAU...

Dans son empressement à voir ses désirs devenir réalité, l'Union des Ganaderos Espagnols a quelque peu anticipé sur la mise en route du protocole négocié entre les gouvernements espagnols et français pour autoriser à nouveau l'importation de toros en provenance des zones touchées par la langue bleue. S'il ne fait aucun doute que celui-ci sera effectivement signé par la France - l'Espagne est déjà OK - il ne l'est toutefois pas déjà, ce qui rend encore plus inconfortable la situation des arènes et des ganaderos concernés. Car même si à tout moment les ganaderias dont nous avons dressé ici hier une liste provisoire peuvent se voir interdire leur entrée sur le territoire français, tant que la décision n'est pas publiée de manière officielle ce n'est pas le cas. Ce qui oblige les organisateurs français à respecter leurs engagements en croisant les doigts, tout en prévoyant des solutions de remplacement en cas d'urgence. Circonstance aggravante pour tout le monde : les fameuses certifications demandées aux ganaderos dépendent des résultats des analyses effectuées chez eux tous les six mois. Là encore, une ganaderia qui détient la carte verte peut la perdre du jour au lendemain si un seul de ses animaux est contrôlé positif à la tuberculose ou à la brucelose.

SENT BERTOMIU DE PARENTIS

La feria de Sent Bertomiu 2007 dont l'affiche a été confiée à Jean-Jacques Baylac se déroulera les 4 et 5 Août. Samedi 4 à 18h00, novillos de Robert Margé pour Antonio Joao Ferreira, José Ramon Garcia "Chechu" et Joselito Adame. Dimanche 5 à 18h00 novillos de Raso de Portillo pour Pedro Carrero, Alberto Lamelas et El Santo. Les détails de la feria sont consultables sur: www.adaparentis.com.

HAGETMAU : FERIA DU NOVILLO

Dimanche 5 août à 11 heures becerrada de l’école taurine d’Hagetmau ; à 18 heures 6 novillos de Camino de Santiago (Jean-Louis Darret) pour Pepe MORAL, Ruben PINAR et Alberto DURAN. Lundi 6 août à 18 heures 6 novillos d’ ESPIOJA (Salamanque) pour Antonio Joao FERREIRA, El SANTO et Marco LEAL. Mardi 7 août à 18 heures 5 erales de Pierre-Marie Meynadier pour Patrick VILLEBRUN (Nîmes), Damian CASTANO ( Salamanque), Miguel CUARTERO (Saragosse) et Mario GUIRAO (Hagetmau). Le 5 ème eral sera combattu par le novillero désigné par les penas hagetmautiennes A las cinco de la tarde, Muy bien et la Chicuelita. Mercredi 8 août à 18 heures Bolsin International des Toreritos (9 à 11 ans) avec la participation des écoles taurines d’Hagetmau, Arles, Saragosse, Colmenar Viejo, Merida (Mexique). A l’issue des 2 novilladas piquées, le 2 ème prix de la CHAISE d’OR d’Hagetmau sera attribuée au meilleur novillero et remis lors des rencontres taurines d’Hagetmau en février 2008 Location à partir du mardi 24 juillet –tel 05 58 79 86 22 et 05 58 05 77 06 fax 05 58 79 86 22.

NOVILLADA DE TARASCON

Pascal Mailhan et l'association Sudtoros proposent le dimanche 24 juin à 18h30, six Novillos de Patrick Laugier pour Antonio João Ferreira, Marco Leal et Roman Perez.

CASTELNAU RIVIERE BASSE

Castelnau Rivière Basse propose aux aficionados un "packaging" de choix le samedi 7 juillet : 11 heures visite du chateau Bouscassé et degustation gratuite des vins ;13 heures 30 repas de l'aficion ;18 heures novillada sans picador concours de 6 élevages français : Blohorn , Astarac , Lartet , Mailhan , Meynadier et Bats pour Pablo Lechuga, Mario Guirao et Tomasito ; 21 heures dîner de l aficion ambiance bodega ; prix de la journée 35 euros. Réservations au 05 62 31 70 91 ou 05 62 31 98 61.

LA PEÑA TOMASITO Y SERA...

La peña los amigos de Tomasito organise un déplacement le 7 juillet afin de soutenir son torero lors de lanovillada sans picador de Castelnau Rivière Basse dans les Hautes-Pyrénées. Le prix de cette journée est fixé à  80 € pour les membres et à 90 € pour les non-membres et comprend : Le voyage en bus aller retour, la visite des chais du château BOUCASSE et dégustation gratuite, le repas à Castelnau rivière basse, la novillada  concours, le dîner Ambiance toros y vino. Inscriptions et renseignements avant le 12 juin 2007 au 06.18.64.60.64 - 06.98.42.14.40 ou : penataurinelosamigosdetomasito@yahoo.fr.

LES TRIOMPHATEURS DE TAURODELTA

L'empresa Taurodelta a dévoilé hier la liste de ceux qu'elle considère être les triomphateurs de la feria de San Isidro qu'elle a organisé.
Triomphateur : Sébastien Castella. Meilleure faena : El Juli. Meilleur novillero : Pepe Moral. Meilleur rejoneador : Diego Ventura. Meilleure estocade : “El Fundi”, face au 4ème toro de la ganadería de Adolfo Martin le 1er juin. Torero révélation : Rafael Rubio “Rafaelillo” face aux toros de Dolores Aguirre. Meilleur picador: Israel de Pedro de la cuadrilla de Uceda Leal. Meilleure brega de subalterne: José Antonio Carretero de la cuadrilla d'El Juli. Meilleure paire de banderilles: Juan José Trujillo de la cuadrilla de Manzanares le jour des Victoriano del Río. Meilleure ganadería : Victoriano del Río. Meilleur toro : “Rabosillo” nº 901 de la ganadería de Palha.

FAENAS À LA LIBRAIRIE MOLLAT

Le mardi 12 Juin à 18 H 00 : Jean-Michel Mariou, Olivier Deck et Jean-Louis Pouytès présenteront le n°6 de la revue "Faenas", paru aux éditions Verdier, sixième et dernier tome de cette revue littéraire consacrée à la tauromachie, commencée en 1990. Rencontre au 91 rue Porte Dijeaux. "Il y a tout juste trente ans, à la Pentecôte de 1977, un jeune français, Christian Montcouquiol, Nimeño II, devenait matador de toros dans les arènes de Nîmes, sa ville. Dans les années qui suivirent, il bâtit, avec l'aide de son frère Alain, une carrière exemplaire, en France, en Espagne et en Amérique. Le 10 septembre 1989, à Arles, à l'issue d'une saison qui le consacrait enfin parmi les meilleurs toreros de sa génération, un toro de Miura lui infligea une grave blessure qui le laissa paralysé. Après deux ans de lutte acharnée contre son corps qui se dérobait, Christian Montcouquiol s'est suicidé le 25 novembre 1991. À l'heure où un autre Français, Sébastien Castella, vient de réussir pour la première fois à se hisser au tout premier rang de la tauromachie mondiale, il nous a paru juste et indispensable de rappeler que Christian Montcouquiol, qui fut d'abord un gosse pris par une bien étrange passion dans la France de la fin des années soixante, puis un apprenti entêté, le compagnon de route des jeunes toreros français, un grand matador de toros et l'idole des publics latino-américains, reste celui qui ouvrit tous les chemins aux aficionados et aux toreros français d'aujourd'hui."

FERIA DE BEAUCAIRE

A l’occasion des Estivales 2007 deux corridas en mano a mano sont proposées par la nouvelle empresa (Jalabert frères) : 28 juillet à 18 heures, corrida portugaise, 5 Toros de Tabernero de Vilvis pour Marie Sara, Patricia Pellen et les forcados. Dimanche 29 Juillet à 18 heures, toros de Mercedes Perez Tabernero pour Javier Conde et Juan Bautista. Location du 1er au 15 juillet à l'office de tourisme de Beaucaire (04 66 59 26 57), à partir du 16 juillet Chalet des Sports (04 66 59 23 90).

NOVILLADA DE SAINT-SEVER

Dimanche 24 juin à 10 heures 30 : Abrivado ( Manade LESCOT) ; à 11 h 45 encierro de toros dans les rues de Saint-Sever (Ganaderia ANGEL MACUA) (Abrivado et Encierro sont organisés par l’Association des Fêtes) ; A 13 h 00 Repas de l’aficion sur l’esplanade de Morlanne ; A 18 heures novillos du Scamandre (Origine Valdefresno), pour  Rafael Ronquillo, Pérez Mota et El Santo.

LA FERIA DE L'ANNIVERSAIRE SUR TELE MADRID

La feria de l'Anniversaire qui fera suite à celle de San Isidro sera retransmise sur Télé Madrid. Les cartels sont les suivants : mercredi 6 juin, toros de différentes ganaderias pour Morante de la Puebla. Jeudi 7 toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Alejandro Talavante. Vendredi 8. Toros d'El Pilar pour Rincon, Morante et César Jimenez. Samedi 9 toros de Flores Tassara pour Rui Fernandez, Alvaro Montes et Leonardo Hernandez. Dimanche 10, toros de Juan Pedro Domecq pour Abellan, El Cid et Perera.

LOCATIONS POUR LA FERIA DE BEZIERS

L'ouverture de la location pour les abonnements de la feria 2007 ouvrira du lundi 4 juin jusqu'au vendredi 22 juin, par téléphone au 04 67 76 13 45 du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures, ou sur www.arenes-de-beziers.com. Pour les locations des corridas séparées à partir du mardi 3 juillet. Les guichets des arènes seront ouverts à partir du 3 juillet de 9 heures à 12 heures et de 15 heures à 19 heures.

SAN FERMIN DE PAMPLONA

Les cartels de la prochaine San Fermin ont été dévoilés hier. Jeudi 5 juillet. Le rejoneador Roberto Armendáriz combattra un novillo d'un élevage non communiqué tandis que ceux de Miranda de Pericalvo le seront par Pérez Mota, Pepe Moral et un troisième. Vendredi 6. Toros de Fermín Bohórquez pour Fermín Bohórquez, Hermoso de Mendoza et Sergio Galán. Samedi 7. Toros de Dolores Aguirre pour Uceda Leal, Serafín Marín et Iván Vicente. Dimanche 8. Toros de Miura pour Luis Miguel Encabo, Rafaelillo et Fernando Robleño Lundi 9. Toros de Fuente Ymbro pour Antonio Ferrera, Matías Tejela et Salvador Cortés Mardi 10. Toros de Cebada Gago pour López Chaves, Juan Bautista et Alejandro Talavante. Mercredi 11. Toros de Jandilla pour Francisco Marco, El Cid et El Fandi. Jeudi 12. Toros du Marquis de Domecq pour Jesulín de Ubrique, Sébastien Castella et Alejandro Talavante. Vendredi 13. Toros d'Antonio Bañuelos pour El Juli, Sébastien Castella et José María Manzanares. Samedi 14. Toros de Victorino Martín pour Pepín Liria, Antonio Ferrera et Fernando Cruz.

LE TERCIO DE PIQUES AU CERCLE TAURIN BITERROIS

Le Cercle Taurin Biterrois propose une conférence débat dur le thème "Le tercio de piques" le jeudi 31 mai à son siège, avec Michel Bouix, picador, Marc Marion, alguazil des arènes d'Arles, Nîmes et Béziers, et Stéphane Fernandez Méca. A partir de 87H30 , entrée libre et buffet habituel.

FERIA DU RIZ À ARLES

Les cartels de la feria du Riz d'Arles ont été dévoilés hier. Vendredi 7 septembre, toros de Antonio Bañuelos pour El Juli, Juan Bautista et Joselito Adame qui prendra l'alternative. Samedi 8, toros de Los Bayones pour Curro Diaz, César Jimenez et Mehdi Savalli. Dimanche 9, corrida-concours : toros de Atanasio Fernandez, Juan Luis Fraile, Valverde, Miguel Zaballos, Tardieu frères et Coquilla de Sanchez Arjona. Les matins du samedi et du dimanche auront lieu deux novilladas sans chevaux.

FIESTA CAMPERA DE LA PEÑA JULIEN MILETTO

La traditionnelle sortie al campo permettra à la Peña Julien Miletto de recevoir adhérents et amis aficionados dans le cadre rénové du Mas d’Auzières le samedi 9 juin à partir de 17h00. La Peña a tenu compte des futures actuaciones de Julien à Mauguio et Istres, mais aussi de la date des élections législatives afin de proposer pour la circonstance ce nouvel horaire ! A cette occasion, la Peña inaugurera la nouvelle salle à l’accent résolument andalou mise à sa disposition par la famille ganaderaFare. JulienMiletto en traje corto combattra un toro de lidia. Quelques surprises viendront agrémenter la soirée. Apéritif – tapas et repas (qualité habituelle). Prix de cette manifestation 25€ par personne. Gratis pour les enfants moins de 12 ans. Pour les inscriptions par tél : 04 66 20 21 39 (heures repas). Ou par e-mail : denis.pouz@wanadoo.fr . Réponse souhaitée avant le 1 er juin.

DANS LES CLUBS

Les activités des clubs taurins restent en ligne jusqu'à la date des manifestations en page agenda du site.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.com

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
"
















imprimez cette page