Samedi 31 mai
2014

L'Edito

 


LE HARA KIRI DU CRAC

Prisonnier de la dialectique suicidaire de son président, le CRAC convoque la presse pour le hara-kiri qu'il s'apprête à s'infliger à Alés, avec tambours et trompettes. Une sorte de qui perd gagne dans lequel les deux options qui s'offrent à lui ne débouchent que sur la défaite.


Voir édito



   

Actualité
MADRID : OREILLE POUR ABELLAN, BLESSURE POUR UREÑA

La corrida de “El Montecillo” (origine JP Domecq via El Ventorillo”) n’était pas une corrida pour figures tant elle fut compliquée et envoya deux toreros à l’infirmerie. Le plus malheureux fut Paco Ureña qui était attendu comme torero révélation après ses deux prestations de la saison dernière à Las Ventas et qui se verra privé de ses prochains contrats à Madrid et Nîmes où il devait remplacer David Mora : 25 cm. dans la partie postérieure haute de la cuisse gauche, malgré sa blessure il allait de son propre pied à l’infirmerie. Miguel Abellán était déjà passé par là mais il devait en ressortir pour tuer son deuxième toro.  Joselito Adame qui complétait le cartel sortait indemne mais il était tombé sur deux toros quasi impossibles et son mérite fut de ne pas s’être laissé prendre.
Donc corrida animée par des toros qui, avec l’aide du vent omniprésent, ne permettaient pas de grandes faenas sinon de mettre en valeur la détermination et la vaillance des trois diestros. Le premier était un beau toro de 553 kg. hondo, sérieux devant, qui poussait dans le cheval de la corne gauche et qui, tout au long de sa présence dans le ruedo, fut mobile, un « os dur à ronger » car il ne se départait pas un seul instant d’une course parfois violente, descompuesta aussi, et des charges qu’il conservait jusqu’à la mort. Miguel Abellán allait accueillir « Carpetón » à porta gayola, suivies de largas cambiadas au centre de la piste. Le ton était donné ! Le cite de loin pour le début de la faena était aussi dramatique car le toro prenait Miguel de plein fouet pour le secouer au sol. Néanmoins il continuait la faena principalement à gauche, côté où le toro venait fort avec le défaut cité plus haut. Bonnes séries de naturelles, pas aussi limpides à cause du vent, mais valeureuses, le torero croisé pour engager la charge. Une estocade qui se révélait atravesada et qui nécessitait deux nouvelles tentatives. A son second, recherchant l’abri du vent, il réalisait une faena irrégulière, semée de desarmes car le toro qui était sorti levantado, conservait cette attitude après les piques, gardait la tête haute dans la muleta,  son volume aidant, il accrochait facilement le leurre qui lui était présenté. Malgré cela, cette faena passait par des moments de qualité et l’estocade contraire qui y mettait fin valait au madrilène une oreille, plutôt de compassion pour l’effort réalisé, mais non point pour cela discutée.
Paco Ureña n’avait pas trouvé la formule pour endiguer la charge continue de son premier opposant, un toro léger à  l’allure étrange dans la muleta, sans classe, dans un va et vient de passes sans mando. A son second, dont la mobilité à la cape et entrega à la pique et aux banderilles faisaient valoir la possibilité d’une bonne faena commencée par des statuaires. Le toro  qui humiliait, ne répétaient plus maintenant ses charges. Paco Ureña, en deux séries des deux mains, ferme sur ses appuis devant un toro noble, néanmoins se laissait surprendre, le toro  le déséquilibrait et la cogida survenait. Il tentait de poursuivre la faena mais visiblement meurtri il devait se résoudre à mettre à mort. Il plaçait une estocade d’effet rapide, et seul, il se dirigeait vers l’infirmerie.
Joselito Adame ne pouvait confirmer son demi-succès du 14 mai devant des toros qui ne l’ont ne l’ont aucunement aidé : l’un très mobile, suelto, mais qui à la fin cherchait l’homme découvert par le vent et l’autre, le seul manso déclaré du lot, fixé néanmoins à la muleta qui finissait arrêté et mirón.
Miguel Abellán : un avis et saluts ; une oreille après avis. Paco Ureña : silence ; saluts, passe à l’infirmerie. Joselito Adame : silence ; un avis et silence.
Georges Marcillac.

MADRID : TALAVANTE MASQUE MAL LE DÉSASTRE GANADERO

Corrida de “No hay billetes” et corrida de déception sans appel en ce jour où le cartel annonçait des toros de « El Pilar » de Moises Fraile et les figures du moment Sebastien Castella, José María Manzanares et Alejandro Talavante. Hormis les toros sortis en première et dernière position, les quatre autres furent sifflés à l’arrastre sans compter qu’ils avaient été sifflés dès leur sortie du toril. Il faudra admettre que les poids et les cornes n’ont rien avoir avec les hechuras et le trapío des toros de combat et il revient au ganadero et surtout aux vétérinaires d’une place comme Las Ventas de Madrid de veiller précisément à ces caractéristiques pour approuver, pas seulement à l’apartado du matin, les toros qui correspondent au phénotype de l’élevage ou encaste et à la catégorie de la première place du monde. Cette règle n’était pas manifestement appliquée pour cette corrida de « El Pilar ». Si en plus, ces toros exhibent un manque de caste et une faiblesse généralisée qui rendent impossible tout trasteo et/ou en enlève tout sérieux même celui prodigué par un torero volontaire ou artiste, on aura résumé l’atmosphère qui régnait ce jour à Las Ventas del Espíritu Santo, l’Esprit Saint étant évidemment absent…
Sebastien Castella voulait se racheter de sa prestation du 15 mai et d’entrée il recevait son premier assis sus l’estribo, le marche-pied face au Tendid 10 par des passes hautes, une passe par le bas,une du desprecio  et la dernière de poitrine pour se libérer. Ce fut à peu près tout car le toro s’affalait au terme de passes de la gauche et perdait las manos plusieurs fois. Un metisaca très tombé et une estocade entière mettait fin à cette faena que Sébastien prolongeait afin de tirer de ce toro noble le peu de charge qu’il avait lorsqu’il se maintenait debout. A son second, distrait, sans fixité, faible mais noble à la muleta, il réalisait sa faena dans l’indifférence ou le respect, c’est selon, car le torero de Béziers parvenait à distiller des passes de bonne facture mais improductives. Mise à mort en trois entrées.
José María Manzanares, on le sait, n’a pas les faveurs du public « puriste » de Las Ventas. Insensible aux protestations et quolibets il donnait des passes à ces deux toros selon son style qui se veut bonito mais n’arrivait même pas à convaincre ses partisans - ils sont nombreux – abusant du pico et toréant « décollé ». Le premier finissait, par mansedumbre ou ennui, vers les planches et le 5ème, jusqu’à ce jour le toro le plus lourd de la feria - 642 kg. - par manque de bravoure et par faiblesse, terminait arrêté.
Alejandro Talavante, sauvait en partie cette triste corrida, avec pundonor, dans une attitude de torero responsable et professionnel, étant données les circonstances. Il construisait une faena à un toro, le 6ème,  faible mais de bonne qualité qui, justement sans sa faiblesse, aurait permis un succès assuré à un Talavante, artiste, inspiré dans ses cites à pieds loints ou remates, très torero dans une grande série de naturelles, de tracé court mais de complète maîtrise dans la position et l’exécution. Malheureusement il gâchait tout à l’épée.
Rien à tirer d’un toro, le 3ème, anovillado, les protestations s’amplifiant par la négative du président à renvoyer au corral ce toro imprésentable, faible du train arrière et sans force dans la muleta de Talavante qui tuait d’une entière arrière portée en deux temps.
Sebastien Castella : Un avis et silence aux deux. Joé María Manzanares : silence aux deux. Alejandro Talavante : silence ; un avis et saluts. Georges Marcillac.

NÎMES : UREÑA REMPLACE MORA

Grièvement blessé à Madrid voilà 10 jours, David MORA n’est pas en mesure de toréer avant plusieurs semaines. Hier matin l'empresa de Nîmes a annoncé qu'il serait remplacé par PACO URENA, mais la grave blessure reçue par celui-ci hier à Madrid risque de remettre en question ce choix. La corrida concernée est celle du jeudi 5 juin : toros d’Alcurrucen pour PACO URENA (qui confirmera son alternative s'il vient), JOSELITO ADAME, THOMAS DUFAU.

ROMERIA DE MAUGUIO

Dimanche 15 juin, toros de Pagés-Mailhan pour Thomas Joubert, Thomas Dufau et Fabio Castañeda.

JUAN BAUTISTA : SIX TOROS POUR QUINZE ANS D'ALTERNATIVE

Pour son seul contre six arlésien lors de la corrida goyesque de la feria du Riz, Juan Bautista affrontera six toros d'encastes différents : Puerto de San Lorenzo (Atanasio-Lisardo),
La Quinta (Santa Coloma), Domingo Hernández (Domecq-Gamero Civico), Hubert Yonnet (Pinto Barreiro), San Mateo (Urquijo), Adolfo Martin (Albaserrada-Saltillo). Trois artistes de renommée mondiale ont accepté de prendre en charge la décoration de l’amphithéâtre romain : l’architecte Rudy Ricciotti, le peintre Claude Viallat et le couturier Christian Lacroix. La partie musicale sera assurée par l’orchestre Chicuelo, les chœurs Voce et la Soprano Cecilia Arbel. Les autres cartels seront annoncés courant juin. Vendredi 12 Septembre à 17h30 novillada concours. À 21h30 classe pratique de l'École Taurine d’Arles ; samedi 13 septembre à 17h, corrida goyesque ; dimanche 14 septembre à 11h : Mano à mano : forcados, recortadores ; à 17h : corrida de la Quinta. Abonnements en vente à partir du 11 Juin. La vente des places débutera le mardi 8 juillet sur www.arenes-arles.com. Par téléphone (paiement par carte bancaire vente à distance) au 08 9170 03 70 (00,225ttc/mn). Vente directe au bureau de location des arènes du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h. Fax : 04.90.96.64.31.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Yonnet pour Paulita, Agustin de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, à 11heures, 4 erales de Philippe Cuillé, à 17h30 corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martin, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Salvador Vega et Alberto Lamelas. Locations à compter du 16 mai sur www.feria.ville-ales.fr ou au 04 66 56 11 04. Les clubs taurins alésiens, en collaboration avec la Coordination des Clubs Taurins de Nîmes et du Gard, investissent le sable des arènes du Temperas dès le samedi matin pour faire découvrir la tauromachie à travers des ateliers et une tienta de machos le samedi 31 à 10 heures 30.

NOVILLADA DE CAPTIEUX

Dimanche 1er juin, novillllos de El Tajo y La Reina pour Fernando Rey, Clemente et Andrés Roca Rey.


TEMPORADA DE BAYONNE

Bayonne a annoncé hier sa temporada, avec comme point fort le doublon de Fandiño, seul matador à être parvenu à sortir a hombros de Las Ventas pour l'instant, et donc triomphateur potentiel de la San Isidro. Les cartels sont les suivants : samedi 26 juillet, toros de Los Espartales pour
Hermoso de Mendoza, Roberto Armendáriz et Lea Vicens. Samedi 9 août toros de Pedrés pour Paco Ureña, Jiménez Fortes et Juan Leal. Dimanche 10 toros de Montalvo pour Iván Fandiño, Daniel Luque et Joselito Adame. Jeudi 14 en nocturne corrida portugaise : toros du Laget pour Miguel Moura, Ginés Cartagena hijo et Manuel Moreno. Samedi 6 septembre, toros de Adolfo Martín pour Fernando Robleño, Manuel Escribano et Alberto Aguilar. Dimanche 7 au matin novillada piquée du Laget. L'après-midi toros de Garcigrande pour Juan Bautista, Sébastien Castella et Iván Fandiño.

SANS CHEVAUX À SAINT-PAUL LE 12 JUILLET

Samedi 12 juillet à 18 heures, 4 erales de Bañuelos pour EL ADOURENO et Ivan GONZALES (E.T. Salamanca). Midi Taurin avec les élèves de l'E.T Adour Aficion et E.T.Salamanca.


FERIA DE DAX

Les cartels de la feria de Dax sont les suivants : Jeudi 14 août à 11h15 erales de Baltasar Iban ; 18hToros de Montalvo pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et Juan del Alamo ; vendredi 15 août à 11h15 toros de Domingo Hernandez pour Morante de la Puebl,a José Mari Manzanares et Juan Leal ; à 18h Corrida toros de Torrestrella pour Juan José Padilla, Yvan Fandiño et David Galvan ; samedi 16 août à 11h15 erales de Victoriano del Rio ; à 18h toros de Pedraza de Yeltes pour Antonio Ferrera, Diego Urdiales et Javier Castaño. Dimanche 17 août à 11h15 toros de Fermin Bohorquez pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernandez ; à 18h toros de Escolar Gil pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Thomas Dufau.
Pour Toro y Salsa. Vendredi 12 septembre à 20h30 novillos de El Parralejo pour Clemente et deux autres novilleros à désigner. Samedi 13 septembre à 11h erales de Algarra ; à 17h30 toros de Victoriano del Rio pour El Juli, Sébastien Castella et un 3ème torero à désigner ; dimanche 14 septembre à 17h30 toros de La Quinta pour El Cid, Yvan Fandiño et Alberto Aguilar.
Pour réservez les places : du 1er juillet au 10 sept sur feria.dax.fr
au guichet ou par téléphone à partir du 15 juillet :
Régie des Fêtes – L'Atrium – 1 cours Foch - 05 58 909 909
Ouvert du lundi au vendredi 9h30 à 17h30 et le samedi de 9h30 à 13h30.

RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.

NOVILLOS POUR CASTELNAU RIVIÈRE BASSE


Pour sa sans chevaux du 5 juillet 2014, Castelnau Rivière Basse a retenu des erales de Hubert Yonnet, Olivier Riboulet, Astarac, Malaga, Le Lartet et Alma Serena.


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.

FERIA DE NÎMES

Les cartels de la Pentecote Nîmoise ont été dévoilés hier, avec pour principale surprise, au regard de ses triomphes passés, l'absence de Javier Castaño dans la corrida de Miura, ce qui a soulevé une vague de messages indignés sur les réseaux sociaux espagnols. Les cartels sont les suivants. Jeudi 5 juin toros de Alcurrucén pour David Mora, Joselito Adame et Thomas Dufau. Vendredi 6 au matin novillos à désigner pour Álvaro Lorenzo, Clemente et Varea. L'aprés-midi, toros de Victoriano del Río pour El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Samedi 7 au matin deux toros de Capea pour Lea Vicens et quatre de Zalduendo pour Juan Bautista. L'aprés-midi, toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Román qui prendra l'alterrnative. Dimanche 8 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, Finito de Córdoba et Manzanares. L'aprés-midi toros de Fuente Ymbro pour Juan José Padilla, Iván Fandiño et Juan del Álamo. Lundi 9 au matin, toros de Capea pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández. L'aprés-midi toros de Miura pour El Juli, Rafaelillo et Manuel Escribano.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Hubert Yonnet pour Paulita, Agustín de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martín, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Alberto Lamelas et Salvador Vega.

CARTEL D'EAUZE

La comission taurine extra municipale d'Eauze a choisi pour le dimanche 6 juillet à 18h00 : 7 toros d'Antonio Bañuelos pour Juan Bautista, Joselito Adame, Michelito Lagravère (qui fera sa présentation de matador dans le Sud Ouest) et Gines Cartagena. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 4 erales de Jean-Louis Darré (cartel à définir).


LA QUINTA À ROQUEFORT

Pour la novillada du 15 aôut à Roquefort a été retenu un lot de La Quinta. En matinée, novillada sans chevaux avec la participation des élevages de Malabat, Astarac, Alma Serena et Casanueva.

FERIA DE VIC

Samedi 7 juin toros d’Adolfo Martin pour Antonio Ferrera et Manuel Escribano, mano a mano. Dimanche 8 au matin, toros de Cebada Gago pour Luis Vilches, Alberto Aguilar et Jésus Perez Mota. Dimanche 8 après-midi, toros de Pagès-Mailhan pour Morenito de Aranda, Joselito Adame et Thomas Dufau. Lundi 9 toros de Dolorés Aguirre pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.

CÉRET DE TOROS

Samedi 12 juillet, toros de Adolfo Martín pour Diego Urdiales, Fernando Robleño et Camille Juan. Dimanche 13 au matin, novillos de Vale Do Sorraia pour Vicente Soler et deux autres novilleros. Dimanche 13 après-midi. Toros de Felipe Bartolomé pour Carlos Escolar "Frascuelo", David Mora et Esaú Fernández. Lundi 14. Trois toros de Victorino Martín et trois de José Escolar pour Fernando Robleño, Paulita et Alberto Aguilar. .

TEMPORADA D'AIRE SUR ADOUR

Dimanche 15 juin, toros de Baltasar Iban pour Paulita, Manuel Escribano et Medhi Savalli. Le matin, novillada sans chevaux avec des erales de Casanueva.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 



















imprimez cette page