ESPONTANEADA SUICIDE




Si l'on en croit les confidences faites par une militante d'une association anti taurine concurrente du CRAC, des troubles d'un genre nouveau pourraient survenir à Alés samedi afin d'empêcher, au moins momentanément, la tenue de la corrida.

Cela paraît à peine croyable, mais selon ces informations qui ont fait l'objet d'un signalement à la police, preuves à l'appui, de jeunes paumés auraient été endoctrinés et seraient prêts à se jeter en piste en présence du toro. Une espontaneada suicide en quelque sorte, puisque bien évidemment, sans être préparé à une telle rencontre, les chances de survie d'un quidam moyen sont quasiment nulles.

Je ne puis croire personnellement qu'il existe dans la mouvance anti taurine des gens suffisamment irresponsables ou cyniques pour concevoir un tel projet, mais au sein de cette même mouvance certains en sont persuadés et n'hésitent pas à le faire savoir, afin de ne pas être éventuellement tenus responsables moralement d'un drame épouvantable.

Ce qui est curieux, pourtant, est que ce procédé irait à l'encontre de ce que l'on veut démontrer : admettons que l'on ait suffisamment bourré les neurones d'un pauvre gamin qui ne sait pas où il met les pieds (selon les thèses antis le toro est un animal inoffensif si on ne le provoque pas), qu'il saute en piste et se fasse amocher, voire tuer... ce que l'on prouverait, est que le toro est un animal redoutable, et pas l'inverse. Quel intérêt, sinon de créer un débat artificiel au prix de la mise en danger de la vie d'autrui ?

Pour les aficionados quelques peu informés, ce type d'espontaneada réalisée par un hurluberlu, sans leurre et dépoitraillé pour que l'on puisse lire le message inscrit sur son torse, ne sont pas une nouveauté : on en vit une à Mérida l'an passé, puis une autre à Valladolid. Dans les deux cas, l'intervention rapide des cuadrillas permit d'éviter le pire et dans les deux cas ils s'agissait du même individu, un militant hollandais de la cause anti taurine (photo ci-dessus).

Les aficionados plus anciens se souviennent aussi de la mort tragique en piste du malheureux Fernando Eles Villarroel Sánchez le 14 septembre 1981 (photo ci-contre), égorgé d'un coup de corne par le toro Sospechoso de Los Guateles à Albacete à l'âge de 27 ans. Il ne s'agissait pas alors d'un militant anti taurin, mais d'un menuisier quelque peu éméché, père de trois enfants, et qui voulait montrer au Cordobes son savoir-faire, torse nu et sa chemise à la main.

On sut par la suite que le malheureux "Chocolate", ainsi qu'il était connu, avait resquillé pour entrer dans l'arène. Ce qui ne serait pas le cas d'un hypothétique espontaneo anti taurin à Alés, puisque le président du CRAC est allé lui-même acheter cinq places pour la corrida de samedi. Notoirement peu courageux, il est peu probable qu'il se sacrifie lui-même, mais on peut toutefois déduire de cet achat que s'il se rend dans l'arène, c'est pour y assister à un autre spectacle que celui qui est prévu. Espontaneada suicide ou espontaneada de masse ? Samedi on le saura. Mais quoiqu'il arrive, on ne saurait trop conseiller aux aficionados de ne pas bouger.

André Viard