Mercredi 21 mai
2014

L'Edito

 


NON VIOLENCE


La non violence revendiquée des mouvements anti taurins est un mythe qui se fissure à chacune de leurs sorties, comme on a pu le voir dimanche à Vergèzes (photo si-contre), et comme on le verra aussi à Alés et Vic fin mai et début juin.


Voir édito



   

Actualité
MADRID : CORRIDA DRAMATIQUE SUSPENDUE AVEC TROIS TOREROS BLESSÉS

La corrida de ce mardi 20 mai entrera dans les annales de Las Ventas, une fois de plus,  car  elle devait être interrompue par la blessure des trois toreros envoyés à l’infirmerie, empêchés qu’ils étaient de poursuivre leur actuación. Le plus mal loti est David Mora qui allait accueillir à portagayola le premier toro de El Ventorillo et se faisait prendre de plein fouet et reprendre au sol dramatiquement secoué. On ne dira jamais assez le non-sens que suppose cette suerte alléatoire qui techniquement n’apporte rien si ce n’est l’émotion qu’elle suscite sur le public et l’incertitude qu’elle produit quant au comportement du toro à la sortie du toril. David Mora faisait les frais de cette témérité gratuite, d’ailleurs peu habituelle de sa part.
La lidia de ce toro revenait à Antonio Nazaré. Charge courte aussi bien de la droite de la gauche. Toutefois la faena de la main gauche en deux ou trois série n’apporte rien, sans réaction du public, peu attentif et commotionné par la cogida de David Mora. Une estocade basse d’effet rapide.
Saúl Jiménez Fuertes recevait son toro de Los Chospes près des barrières et se faisait bousculer dès les premiers essais à la cape. Ce toro, léger – 491 kg – après deux piques sans histoire, sortait léger de course,  et à fin d’un quite par chicuelinas, dans la demi-véronique, Antonio Nazaré était déséquilibré et recevait à terre un coup au genou droit : il passait à l’infirmerie (ligaments touchés) La course de « Entretenido » était toujours vive et dans les premiers muletazos, toujours sur la corne droite, Saúl était accroché de nouveau, et là, il était visible que la corne avait atteint le haut de la cuisse droite. Il continuait par naturelles accélérées. Il  souffrait un desarme sur la corne droite et au moment de l’estocade, en entrant droit, il était pour la troisième fois pris, cette fois, au niveau de la hanche droite. Il passait à l’infirmerie, étant diagnostiqué de trois cornadas de 10 cm. chacune. La faena avait été dédiée à « El Cordobés » dont on avait fêté le matin même le cinquantenaire de sa confirmation d’alternative.
La corrida ne pouvait continuer car les trois toreros avaient payé le tribut, l’un de sa témérité, l’autre de la  malchance et  le troisième de son toreo toujours à la limite de l’accident (Jiménez Fortes, dans ces mêmes arènes, avait déjà reçu une blessure grave, le dimanche des Rameaux)
David Mora : blessé et pronostic « très grave ». Antonio Nazaré : silence. Saúl Jiménez Fortes : ovation. Georges Marcillac. Voir galerie André Viard.

MADRID, NOVILLADA : OREILLE POUR JOSÉ ESPADA

Il y eut de tout dans cette deuxième novillada du cycle de San Isidro, novillada de “El Montecillo” formée à partir de produits de “El Ventorillo” par son actuel propriétaire et d’origine J-P Domecq. Il y eut surtout deux novillos qui se révélèrent durant les faenas de muleta alors qu’ils avaient montré leur mansedumbre aux tercios précédents. Quant aux autres, le premier s’était laissé toréer, les restants ne donnèrent quasiment aucunes options pour réaliser LA faena rêvée par les novilleros dont c’était la présentation à Madrid.
Donc, une novillada qui maintenait l’intérêt du public et qui put se dérouler avec une bonne température après l’accalmie du vent et une forte averse qui en avait fait craindre l’annulation.
Francisco José Espada faisait sa présentation à Madrid, il avait montré de bonnes qualités et aplomb pour fixer son premier novillo, maintenant sa position ou la corrigeant pour justement enchaîner les passes alors que le novillo, qui gardait la tête à mi-hauteur, se retournait sans trop de violence, il est vrai, mais suffisamment pour gêner le lié souhaité. Le sort voulait que Francisco José Espada touchât un novillo qui, sans un comportement discret au cheval bien qu’il en ait  provoqué une chute après un choc brutal, aurait mérité un tour de piste en prime à son entrega à la faena de muleta. Le jeune novillero de Fuenlabrada fixait un novillo un peu fuyard dans des passes suaves et enchaînait les séries, surtout droitières, d’un tracé long et templé pour avoir animé une faena avec bravoure et noblesse, telles que conduit dans des passes, le novillo humiliait avec transmission et sa course était juste longue pour permettre sans brusquerie la répétition - la ligazón -   qui communique émotion et maîtrise à l’entreprise. Francisco José Espada coupait l’oreille après une estocade un peu tombée mais d’effet rapide.
« Posada de Maravillas » qui se présentait lui aussi a Madrid ne put rien faire face à deux novillos totalement indifférents aux cites, l’un sortait de la suerte  et obligeait une nouvelle position pour un nouveau cite et finalement s’arrêtait, l’autre entrait au pas et abandonnait le combat ??.
Lama de Góngora qui avait fait belle impression  le 1er mai ratifiait ses  bonnes manières de torero artiste mais confirmait aussi son sens de la lidia pour arriver à « convaincre » avec patience le manso sorti en 3ème position et lui donner une faena dont la qualité augmentait à mesure que le novillo, qui entrait bronco au début, allongeait sa charge conduite jusqu’aux passes de poitrines complètes donnant la sortie à l’épaule contraire.
Lors de la suerte de varas du 6ème, celui-ci soulevait le cheval à la croupe, provoquait la chute monumentale et s’acharnait sur le cheval à terre le blessant à l’arrière train. Cette chute s’ajoutait donc à celle provoquée par le 3ème. Chutes à la charge de novillos mansos !
Francisco José Espada : un avis et saluts ; une oreille. « Posada de Maravillas » silence aux deux. Lama de Góngora : un avis et saluts ; silence.
Georges Marcillac.

BONIJOL À AIRE

Le bar Le Gambetta d’Aire sur l’Adour organise une rencontre avec Alain Bonijol pour une dédicace de son livre « Tercio de vérité » le samedi 24 mai à 10 heures 30. Pour l'occasion, il y aura une démonstration d'habillage de cheval de picador dans la rue.

SANS CHEVAUX À SAINT-PAUL LE 12 JUILLET

Samedi 12 juillet à 18 heures, 4 erales de Bañuelos pour EL ADOURENO et Ivan GONZALES (E.T. Salamanca). Midi Taurin avec les élèves de l'E.T Adour Aficion et E.T.Salamanca.

TIENTA À TYROSSE

Dans le cadre de ses animations du Printemps, le Club Taurin de Tyrosse organise  le samedi 24 mai à 16h30
une   tienta   commentée avec des becerras de la Ganaderia CASANUEVA,  menée par  Guillaume  BATS  sur les coteaux de Montsoué,  sur la piste des Arènes de  Tyrosse. Tomas DUFFAU , Jérémi BANTI , ainsi que  le jeune  local Baptiste CISSE   seront chargés de mettre en valeur les qualités du bétail. Entrée Gratuite.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Yonnet pour Paulita, Agustin de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, à 11heures, 4 erales de Philippe Cuillé, à 17h30 corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martin, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Salvador Vega et Alberto Lamelas. Locations à compter du 16 mai sur www.feria.ville-ales.fr ou au 04 66 56 11 04. Les clubs taurins alésiens, en collaboration avec la Coordination des Clubs Taurins de Nîmes et du Gard, investissent le sable des arènes du Temperas dès le samedi matin pour faire découvrir la tauromachie à travers des ateliers et une tienta de machos le samedi 31 à 10 heures 30.


LES PRINCES DE L'ARÈNE AVEC L'ÉCOLE D'ARLES

L'Ecole Taurine d'Arles organise son Bolsin "Les Princes de l'Arènes", 2ème édition, dans les arènes Francis Espejo, Espace Toros, à Arles, le samedi 24 mai à 17 H - Devant du bétail de la Ganaderia Tierra d'Oc, se produiront Maxime Solera (Ecole Taurine d'Arles), Jorge Isiegas (Ecole Taurine de Madrid), Vicente Jiménez (Ecole Taurine de Valencia), Pierre Mailhan (Ecole Taurine d'Arles), Gabriel Pericás (Ecole Taurine de Zaragoza).

FERIA DE DAX

Les cartels de la feria de Dax sont les suivants : Jeudi 14 août à 11h15 erales de Baltasar Iban ; 18hToros de Montalvo pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et Juan del Alamo ; vendredi 15 août à 11h15 toros de Domingo Hernandez pour Morante de la Puebl,a José Mari Manzanares et Juan Leal ; à 18h Corrida toros de Torrestrella pour Juan José Padilla, Yvan Fandiño et David Galvan ; samedi 16 août à 11h15 erales de Victoriano del Rio ; à 18h toros de Pedraza de Yeltes pour Antonio Ferrera, Diego Urdiales et Javier Castaño. Dimanche 17 août à 11h15 toros de Fermin Bohorquez pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernandez ; à 18h toros de Escolar Gil pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Thomas Dufau.
Pour Toro y Salsa. Vendredi 12 septembre à 20h30 novillos de El Parralejo pour Clemente et deux autres novilleros à désigner. Samedi 13 septembre à 11h erales de Algarra ; à 17h30 toros de Victoriano del Rio pour El Juli, Sébastien Castella et un 3ème torero à désigner ; dimanche 14 septembre à 17h30 toros de La Quinta pour El Cid, Yvan Fandiño et Alberto Aguilar.
Pour réservez les places : du 1er juillet au 10 sept sur feria.dax.fr
au guichet ou par téléphone à partir du 15 juillet :
Régie des Fêtes – L'Atrium – 1 cours Foch - 05 58 909 909
Ouvert du lundi au vendredi 9h30 à 17h30 et le samedi de 9h30 à 13h30.

RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.

NOVILLOS POUR CASTELNAU RIVIÈRE BASSE


Pour sa sans chevaux du 5 juillet 2014, Castelnau Rivière Basse a retenu des erales de Hubert Yonnet, Olivier Riboulet, Astarac, Malaga, Le Lartet et Alma Serena.


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.

FERIA DE NÎMES

Les cartels de la Pentecote Nîmoise ont été dévoilés hier, avec pour principale surprise, au regard de ses triomphes passés, l'absence de Javier Castaño dans la corrida de Miura, ce qui a soulevé une vague de messages indignés sur les réseaux sociaux espagnols. Les cartels sont les suivants. Jeudi 5 juin toros de Alcurrucén pour David Mora, Joselito Adame et Thomas Dufau. Vendredi 6 au matin novillos à désigner pour Álvaro Lorenzo, Clemente et Varea. L'aprés-midi, toros de Victoriano del Río pour El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Samedi 7 au matin deux toros de Capea pour Lea Vicens et quatre de Zalduendo pour Juan Bautista. L'aprés-midi, toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Román qui prendra l'alterrnative. Dimanche 8 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, Finito de Córdoba et Manzanares. L'aprés-midi toros de Fuente Ymbro pour Juan José Padilla, Iván Fandiño et Juan del Álamo. Lundi 9 au matin, toros de Capea pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández. L'aprés-midi toros de Miura pour El Juli, Rafaelillo et Manuel Escribano.

NOVILLADA DE CAPTIEUX

Dimanche 1er juin, novillllos de El Tajo y La Reina pour Fernando Rey, Clemente et Andrés Roca Rey.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Hubert Yonnet pour Paulita, Agustín de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martín, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Alberto Lamelas et Salvador Vega.

CARTEL D'EAUZE

La comission taurine extra municipale d'Eauze a choisi pour le dimanche 6 juillet à 18h00 : 7 toros d'Antonio Bañuelos pour Juan Bautista, Joselito Adame, Michelito Lagravère (qui fera sa présentation de matador dans le Sud Ouest) et Gines Cartagena. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 4 erales de Jean-Louis Darré (cartel à définir).


LA QUINTA À ROQUEFORT

Pour la novillada du 15 aôut à Roquefort a été retenu un lot de La Quinta. En matinée, novillada sans chevaux avec la participation des élevages de Malabat, Astarac, Alma Serena et Casanueva.

FERIA DE VIC

Samedi 7 juin toros d’Adolfo Martin pour Antonio Ferrera et Manuel Escribano, mano a mano. Dimanche 8 au matin, toros de Cebada Gago pour Luis Vilches, Alberto Aguilar et Jésus Perez Mota. Dimanche 8 après-midi, toros de Pagès-Mailhan pour Morenito de Aranda, Joselito Adame et Thomas Dufau. Lundi 9 toros de Dolorés Aguirre pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.

CÉRET DE TOROS

Samedi 12 juillet, toros de Adolfo Martín pour Diego Urdiales, Fernando Robleño et Camille Juan. Dimanche 13 au matin, novillos de Vale Do Sorraia pour Vicente Soler et deux autres novilleros. Dimanche 13 après-midi. Toros de Felipe Bartolomé pour Carlos Escolar "Frascuelo", David Mora et Esaú Fernández. Lundi 14. Trois toros de Victorino Martín et trois de José Escolar pour Fernando Robleño, Paulita et Alberto Aguilar. .

TEMPORADA D'AIRE SUR ADOUR

Dimanche 15 juin, toros de Baltasar Iban pour Paulita, Manuel Escribano et Medhi Savalli. Le matin, novillada sans chevaux avec des erales de Casanueva.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 



















imprimez cette page