Samedi 17 mai
2014

L'Edito

 


PLAN COM


Depuis qu'est paru l'opus 50 de Terres Taurines, avec en couverture la fabuleuse peinture pariétale d'un homme défiant le toro (ci-contre), la machine à désinformer s'est mise en route et multiplie ses interventions.


Voir édito



   

Actualité
MADRID : FANDIÑO ET ADAME OVATIONNÉS

Corrida de Jandilla-Vegahermosa (4ème et 6ème), même devise des deux fers de Borja Domecq. Ce n’est que vers la fin que finalement sortaient deux toros qui donnaient quelques espoirs et options de triompher. Au cartel David Fandila « El Fandi », Joselito Adame appelé en remplacement de Miguel Abellán, souffrant, et  Iván Fanfiño qui fut de nouveau le protagoniste de cette après-midi ventée – c’est une habitude à Las Ventas –, En effet, il passait près d’un nouveau succès mais l’épée l’empêchait de couper l’oreille du 5ème. Des toros inégaux de présentation, souvent coureurs et d’un galop puissant. Aux piques ils faisaient illusion surtout à la première, pour ensuite se déplacer sans grande classe, les 5ème et 6ème, au contraire, sauvaient la mise et duraient tout au long des faenas de muleta. Le 2ème aurait dû être renvoyé au corral, manifestant une faiblesse déclarée sous le cheval et confirmée pendant la faena inopportune que voulut lui donner Fandiño, écopant d’ailleurs d’une cogida sans dommage. Là, encore le président Julio Martínez (JM 30%, voir ses exploits de l’an dernier) se mettait en évidence en maintenant l’invalide. Bronca.
« El Fandi » vient à Madrid avec le poids de l’attitude peu respectueuse d’une partie du public qui le conspue sans arrêt. Il faut dire que si ce n’est son habituel brio dans la pose des banderilles, son toreo n’éveille pas l’enthousiasme du public madrilène. Ses deux toros ne lui donnèrent pas l’occasion d’inverser cette tendance, son premier lançait des derrotes en fin de passe sans qu’il fut possible de corriger ce défaut, son deuxième, véloce, perdait son élan dans la muleta qu’il suivait avec noblesse principalement à droite. Rien sur la gauche.
Ivan Fandiño touchait enfin un toro qui lui permettait de déployer son toreo volontaire, sans grande templanza en début de faena. Sur la fin une bonne série de la droite, torero plus centré, toro aussi, apportait le temple, la qualité et l’intensité qui avaient fait défaut à la faena à un toro noble mais de charge un peu saccadée. Des manoletinas et las, un pinchazo et une estocade entière contraire le toro, brave, tardait à mourir.
Joselito Adame fut très gêné par le vent au début de ses faenas débutées au centre du ruedo. A l’abri incertain du vent il dessinait deux faenas, l’une à un toro feo de hechuras qui ne se privait pas d’accrocher la muleta en fin de passe, qui malgré tout était embarqué avec mando dans une série de la droite avant de recevoir des passes de châtiment de pitón a pitón et être mis à mort d’une entière arrière et horizontale. Au dernier, c’est là qu’il manquait sa chance et ne trouvait pas la solution pour conduire un toro qui ne demandait qu’à être toréé long, ce qui malheureusement ne fut pas fait. Seulement des passes de tracé irrégulier, sans enchaîner, le toro se réservant sur la fin.
« El Fandi » : silence aux deux. Iván Fandiño : silence ; ovation et saluts après avis. Joselito Adame : un avis et saluts ; un avis et silence. Georges Marcillac.

MADRID JEUDI : BONNE FAENA DE PONCE

Peut-être avons-nous assisté à la dernière course d’Enrique Ponce à Las Ventas si cette année s’annonce celle, non confirmée, de la retraite du torero de Chiva. En tout cas la décision de dédier au public la faena du toro sorti 4ème et de la réaliser devant le Tendido 7, celui de ses habituels détracteurs, serait la preuve de montrer à l’afición, une fois pour toutes, le torero exceptionnel qu’il est.
Les toros de Victoriano del Río, triomphateurs l’an dernier, décevaient par leur physique, irréguliers de poids et hechuras, ne supportant que la première pique, la seconde n’était qu’un picotazo et le palo rapidement relevé, excepté le 6ème où une fois de plus on remarquait « Tito » Sandoval dans ses œuvres. Au moral, si l’on peut dire, on notait le joli burraco et sa charge extraordinaire et le 6ème , encore, qui était le plus apte à recevoir une bonne faena mais qui durait peu.
David Galán confirmait l’alternative avec un toro – le burraco – de nom « Disparate » !! né en mars 2010, le mieux proportionné du lot et de joli trapío. Le fils d’Antonio José Galán, avait interrompu sa carrière ces quatre dernières années et reprenait l’épée à Madrid : c’est dire le défi qu’il s’était donné. Somme toute son passage à Las Ventas ne pouvait pas mieux réussir car il touchait les deux meilleurs toros  de Victoriano del Río qui lui permettaient de réaliser deux faenas, surtout faites de passes droitières longues bien conduites, parfois avec temple, de passes de poitrine et remates fleuris, qui malheureusement devaient être abrégées à cause de la faiblesse du premier et de la courte durée des belles charges initiales et de la classe du 6ème.
Enrique Ponce signait une belle faena à son deuxième qui ne lui facilitait pas la tâche car le toro se montrait distrait d’abord, ensuite fixé, rebrincado à la cape, entrait sans « humilier », protestón dans la muleta. Malgré ces inconvénients, par ses classiques doblones, ses passes de la droite à mi-hauteur, parfois la muleta « morte », Enrique dominait son sujet et nous régalait de son élégance dans ses changements de main et remates alors que le toro ne se prêtait pas à ces finesses. Hélas, un pinchazo et une estocade dans tout le haut étaient gâchés par plusieurs descabellos. Une forte ovation saluait ainsi cette belle prestation. A son premier, un toro noblón, de charge courte, il lui avait appliqué un toreo tout en douceur mais sans écho ni du toro ni de la part du public.
Sebastien Castella devait se défaire d’un toro anovillado sous les protestations du public qui réclamait son retour au toril et au 5ème, qui pourtant se déplaçait à une belle vitesse en début de faena accueilli par le classique « pendule » , il donnait beaucoup de passes sans intéresser ni le toro qui avait changé d’allure et avançait sans se livrer, ni le public qui le houspillait pour son manque de placement…
Enrique Ponce : silence ; forte ovation après avis. Sébastien Castella :  silence aux deux. David Galván : silence ; un avis et ovation.
Georges Marcillac.

DIMANCHE À VERGÈZE

Toros de Albaserrada pour Sanchez Vara, Camille Juan, Fabio Castañeda.

LES PRINCES DE L'ARÈNE AVEC L'ÉCOLE D'ARLES

L'Ecole Taurine d'Arles organise son Bolsin "Les Princes de l'Arènes", 2ème édition, dans les arènes Francis Espejo, Espace Toros, à Arles, le samedi 24 mai à 17 H - Devant du bétail de la Ganaderia Tierra d'Oc, se produiront Maxime Solera (Ecole Taurine d'Arles), Jorge Isiegas (Ecole Taurine de Madrid), Vicente Jiménez (Ecole Taurine de Valencia), Pierre Mailhan (Ecole Taurine d'Arles), Gabriel Pericás (Ecole Taurine de Zaragoza).

FERIA DE DAX

Les cartels de la feria de Dax sont les suivants : Jeudi 14 août à 11h15 erales de Baltasar Iban ; 18hToros de Montalvo pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et Juan del Alamo ; vendredi 15 août à 11h15 toros de Domingo Hernandez pour Morante de la Puebl,a José Mari Manzanares et Juan Leal ; à 18h Corrida toros de Torrestrella pour Juan José Padilla, Yvan Fandiño et David Galvan ; samedi 16 août à 11h15 erales de Victoriano del Rio ; à 18h toros de Pedraza de Yeltes pour Antonio Ferrera, Diego Urdiales et Javier Castaño. Dimanche 17 août à 11h15 toros de Fermin Bohorquez pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernandez ; à 18h toros de Escolar Gil pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Thomas Dufau.
Pour Toro y Salsa. Vendredi 12 septembre à 20h30 novillos de El Parralejo pour Clemente et deux autres novilleros à désigner. Samedi 13 septembre à 11h erales de Algarra ; à 17h30 toros de Victoriano del Rio pour El Juli, Sébastien Castella et un 3ème torero à désigner ; dimanche 14 septembre à 17h30 toros de La Quinta pour El Cid, Yvan Fandiño et Alberto Aguilar.
Pour réservez les places : du 1er juillet au 10 sept sur feria.dax.fr
au guichet ou par téléphone à partir du 15 juillet :
Régie des Fêtes – L'Atrium – 1 cours Foch - 05 58 909 909
Ouvert du lundi au vendredi 9h30 à 17h30 et le samedi de 9h30 à 13h30.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Yonnet pour Paulita, Agustin de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, à 11heures, 4 erales de Philippe Cuillé, à 17h30 corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martin, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Salvador Vega et Alberto Lamelas. Locations à compter du 16 mai sur www.feria.ville-ales.fr ou au 04 66 56 11 04.

RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.

NOVILLOS POUR CASTELNAU RIVIÈRE BASSE


Pour sa sans chevaux du 5 juillet 2014, Castelnau Rivière Basse a retenu des erales de Hubert Yonnet, Olivier Riboulet, Astarac, Malaga, Le Lartet et Alma Serena.


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.

FERIA DE NÎMES

Les cartels de la Pentecote Nîmoise ont été dévoilés hier, avec pour principale surprise, au regard de ses triomphes passés, l'absence de Javier Castaño dans la corrida de Miura, ce qui a soulevé une vague de messages indignés sur les réseaux sociaux espagnols. Les cartels sont les suivants. Jeudi 5 juin toros de Alcurrucén pour David Mora, Joselito Adame et Thomas Dufau. Vendredi 6 au matin novillos à désigner pour Álvaro Lorenzo, Clemente et Varea. L'aprés-midi, toros de Victoriano del Río pour El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Samedi 7 au matin deux toros de Capea pour Lea Vicens et quatre de Zalduendo pour Juan Bautista. L'aprés-midi, toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Román qui prendra l'alterrnative. Dimanche 8 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, Finito de Córdoba et Manzanares. L'aprés-midi toros de Fuente Ymbro pour Juan José Padilla, Iván Fandiño et Juan del Álamo. Lundi 9 au matin, toros de Capea pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández. L'aprés-midi toros de Miura pour El Juli, Rafaelillo et Manuel Escribano.

NOVILLADA DE CAPTIEUX

Dimanche 1er juin, novillllos de El Tajo y La Reina pour Fernando Rey, Clemente et Andrés Roca Rey.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Hubert Yonnet pour Paulita, Agustín de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martín, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Alberto Lamelas et Salvador Vega.

CARTEL D'EAUZE

La comission taurine extra municipale d'Eauze a choisi pour le dimanche 6 juillet à 18h00 : 7 toros d'Antonio Bañuelos pour Juan Bautista, Joselito Adame, Michelito Lagravère (qui fera sa présentation de matador dans le Sud Ouest) et Gines Cartagena. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 4 erales de Jean-Louis Darré (cartel à définir).


LA QUINTA À ROQUEFORT

Pour la novillada du 15 aôut à Roquefort a été retenu un lot de La Quinta. En matinée, novillada sans chevaux avec la participation des élevages de Malabat, Astarac, Alma Serena et Casanueva.

FERIA DE VIC

Samedi 7 juin toros d’Adolfo Martin pour Antonio Ferrera et Manuel Escribano, mano a mano. Dimanche 8 au matin, toros de Cebada Gago pour Luis Vilches, Alberto Aguilar et Jésus Perez Mota. Dimanche 8 après-midi, toros de Pagès-Mailhan pour Morenito de Aranda, Joselito Adame et Thomas Dufau. Lundi 9 toros de Dolorés Aguirre pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.

CÉRET DE TOROS

Samedi 12 juillet, toros de Adolfo Martín pour Diego Urdiales, Fernando Robleño et Camille Juan. Dimanche 13 au matin, novillos de Vale Do Sorraia pour Vicente Soler et deux autres novilleros. Dimanche 13 après-midi. Toros de Felipe Bartolomé pour Carlos Escolar "Frascuelo", David Mora et Esaú Fernández. Lundi 14. Trois toros de Victorino Martín et trois de José Escolar pour Fernando Robleño, Paulita et Alberto Aguilar. .

TEMPORADA D'AIRE SUR ADOUR

Dimanche 15 juin, toros de Baltasar Iban pour Paulita, Manuel Escribano et Medhi Savalli. Le matin, novillada sans chevaux avec des erales de Casanueva.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 



















imprimez cette page