Lundi 12 mai
2014

L'Edito

 


LE MAL DU SIÈCLE


Même si on voulait se convaincre du fait que le mal du siècle, à savoir la domestication par les fundas, ne pouvait frapper que les ganaderias commerciales, la corrida d'hier à Las Ventas montre le contraire : toutes n'en meurent peut-être pas, mais toutes sont atteintes.


Voir édito



   

Actualité
MADRID : ESCOLAR DÉÇOIT

Les références que pourraient avoir les aficionados quant aux caractéristiques des toros d’origine Albaserrada et en particulier de ceux d’Escolar Gil devront être révisées car la corrida de ce dimanche à Las Ventas pose questions et le ganadero ne devrait pas être le dernier à se les poser pour expliquer le comportement de ses produits. Si la présentation était sans plus correcte dans la lignée de ces toros peu cornus et de hechuras peu spectaculaires, il n’y eut par contre rien qui permit aux toreros de réaliser quoi que ce soit de notable face à des toros tous distraits ne se livrant que par intermittence, se réservant dans des faenas forcément décousues où l’émotion brillait par son absence. Rien d’effrayant donc, même pas ce tempérament habituellement coriace des pensionnaires du Valle del Tietar. Le léger - 470 kg - faisait illusion dans les premières passes de tanteo et premières charges dans la muleta de Fernando Robleño, finissant la tête relevée et s’arrêtant dans la contemplation des tendidos… A son deuxième, le combattant qu’est Robleño paraissait vouloir en découdre avec un toro qui avait animé les deux premiers tercios mais il se heurtait à un adversaire qui, lui, refusait le combat contraint malgré tout d’avancer dans la muleta qui lui était présentée avec insistance et maîtrise. Ce fut peine perdue. Au terme des deux courtes faenas les mises à morts furent désastreuses.
Manuel Jesús Pérez Mota et Miguel Angel Delgado ne purent faire mieux, avec peut-être plus d’élégance pour le premier devant des toros qui se traînaient avec noblesse et mollesse, avec moins d’assurance pour le deuxième décontenancé par des toros  hésitants avec des têtes chercheuses accrochant  la muleta ou cherchant l’homme (le 6ème)
On retiendra toutefois de cette triste tarde de toros ? les deux tercios, mentionnés plus haut, à mettre à l’actif de  Pedro Itturalde aux piques et Angel Otero aux banderilles profitant de la lancée allègre et éphémère du 4ème Le bilan fut le suivant : Fernando Robleño : un avis et discrets applaudissements ; un avis et silence. Pérez Mota et  Miguel Angel Delgado : silence aux deux. Georges Marcillac.

SÉVILLE : SIX BRINDIS, DEUX VICTORINOS, UNE OREILLE POUR FERRERA

Dernier jour de la Feria de Séville à charge de Victorino Martin en lieu et place de Miura qui cette année a ouvert la temporada le dimanche de Pâques. Les tendidos sont couverts au 2/3. La corrida est parfaitement présentée. Les toros quatrième et cinquième sont des toros de triomphe, le quatre sur les deux cornes et le cinq à gauche. À part Ferrera à son second la terna a été mise en échec après six brindis qui laissaient présager mieux.
Antonio Ferrera reçoit le premier par des véroniques profitant de ce que le Victorino prend large le capote et termine par un vistoso recorte à une main. La première puya est donnée dans le désordre coté sol, à la sortie des chevaux, la seconde classique et bien portée est mesurée. Quite de Ferrera à l'ancienne dés la sortie du cheval. Banderilles de Ferrera avec un poder a poder réuni, une paire por fuera depuis les tablas et un poder a poder dans un mouchoir de poche à couper le souffle. Brindis au public. Le tanteo est tendu car la charge l'est aussi. Le toro colle à droite. Il a un tendance marquée à retourner aux planches. Les essais sur les deux cornes ne sont pas concluants. Ferrera n'a pas essayé de mener le bicho au centre et est resté aux cercles. Pinchazo et entière en place. Silence.
A mi parcours de cette corrida la déception s'est installée et renforce celle provoquée par l'ensemble de la Feria. Ferrera dessine d'abord des véroniques puis mène le toro en marchant à reculons. Les signes de faiblesse sont évidents. Pique en arrière, poussée par le Victorino. Deuxième pique bien portée et courte. Protestations du public pour faiblesse du toro. Première paire de Ferrera avec recorte pirouette devant la tête enchainé avec un cuarteo réuni. La seconde est une marche lente vers le toro jusqu'à ce qu'il aranque, puis poder a poder dans le berceau. La troisième est un quiebro suivi de recorte en tablas et poursuite jusqu'à l'arrêt face a face. Brindis a Litri. Au centre début à droite templé avec quelques incertitudes quand à la force du toro. La série suivante du même coté est meilleure et liée. A gauche la série en ligne lance la musique. La suivante toujours en ligne droite déclenche les olés. Ferrera fait honneur au temple et à la magnifique embestida d'un grand toro. Suivent des naturelles à droite sans épée mais le summum survient après changement de main dans le dos avec une naturelle qui dure le temps des rêves Sévillans. Au centre du ruedo Ferrera se profile et entre avec tout son corps pour une épée défectueuse. Nouvelle épée entière de coté et atravesada. Il torée encore quelques passes avant que le toro ne tombe. Forte pétition. Applaudissements au toro et une oreille.
El Cid mène son premier au centre avec douceur.. Bien piqué le Victorino pousse terminant en carioca. L'embestida est lente. Deuxième pique a menos pour les deux protagonistes. Le toro doute en Banderilles. Brindis au public. Les premières naturelles sont données en bougeant. Le toro vient plus promptement à droite mais voit le hueco (l'espace) laissé par le torero et le met en difficulté. En avançant la jambe El Cid obtient de meilleurs résultats à droite mais sans continuité. Il insiste et c'est le toro qui impose son faux rythme. Demie lame en arrière et de travers. Silence.
Véroniques nombreuses et pour cetaines templées d'El Cid au quatrième Victorino terminées par un recorte à une main devenu à la mode. Combat du toro par à coups en deux rencontres au cheval. Brindis à Emilio Muñoz. Première approche probatoire et incertaine à droite en trois tentatives. El Cid découvre ensuite une extraordinaire corne gauche dont il profite plus que de lui faire honneur dans des naturelles d'abord en ligne puis en courbe, en abusant toutefois de la distance et des toques por fuera. Plusieurs séries confirment l'extrême qualité du toro à gauche et le manque de quelque chose chez le torero. Pas de musique. Entière basse et atravesada. Ovacion au toro. Silence.
Fandiño est opposé à un Victorino plus agréable pour le torero, corniapretado, qui ne supporte pas les capotazos et impose que le Matador le mène au centre en reculant. Mal piqué de coté et en arrière le toro pousse. Deuxième rencontre meilleure et courte. Superbe et vistoso quite, à la sortie du peto, de Ferrera par cordobinas et demie. Bonne prestation de Miguel Martin et Jesus Arruga en banderilles. Brindis personnel. Intelligemment Fandiño ne fait pas amener le bicho aux planches. Il l'entreprend au tercio à gauche avec une exposition pure et classique sans que le toro n'enchaine. L'exposition est maximale, le résultat en demie teinte. A droite le Maestro perd un pas et ne lie pas. Le toro abandonne le combat. 3 Pinchazos et descabello. Pitos au toro. Silence.
Le dernier de la Feria est combattu par Fandiño qui va le chercher au centre, le ramène aux planches puis repart au centre totalement débordé par la charge désordonnée du Victorino. L'animal combat avec hargne au cheval qu'il blesse à une patte. Changement de poste avec le compañero. La seconde attaque est courte. Brindis au public. Tanteo jusqu'au centre. A droite le toro confirme sa violence. Essai immédiat à gauche dans un terrain prés des rayas. L'embestida est vulgaire et les passes s'en ressentent. Fandiño revient aux lignes et le toro se raja. Entière tendida. Grande déception pour Fandiño qui est passé à vide durant la feria.
René-Philippe Arneodau.

LES PRINCES DE L'ARÈNE AVEC L'ÉCOLE D'ARLES

L'Ecole Taurine d'Arles organise son Bolsin "Les Princes de l'Arènes", 2ème édition, dans les arènes Francis Espejo, Espace Toros, à Arles, le samedi 24 mai à 17 H - Devant du bétail de la Ganaderia Tierra d'Oc, se produiront Maxime Solera (Ecole Taurine d'Arles), Jorge Isiegas (Ecole Taurine de Madrid), Vicente Jiménez (Ecole Taurine de Valencia), Pierre Mailhan (Ecole Taurine d'Arles), Gabriel Pericás (Ecole Taurine de Zaragoza).

FERIA DE DAX

Les cartels de la feria de Dax sont les suivants : Jeudi 14 août à 11h15 erales de Baltasar Iban ; 18hToros de Montalvo pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et Juan del Alamo ; vendredi 15 août à 11h15 toros de Domingo Hernandez pour Morante de la Puebl,a José Mari Manzanares et Juan Leal ; à 18h Corrida toros de Torrestrella pour Juan José Padilla, Yvan Fandiño et David Galvan ; samedi 16 août à 11h15 erales de Victoriano del Rio ; à 18h toros de Pedraza de Yeltes pour Antonio Ferrera, Diego Urdiales et Javier Castaño. Dimanche 17 août à 11h15 toros de Fermin Bohorquez pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernandez ; à 18h toros de Escolar Gil pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Thomas Dufau.
Pour Toro y Salsa. Vendredi 12 septembre à 20h30 novillos de El Parralejo pour Clemente et deux autres novilleros à désigner. Samedi 13 septembre à 11h erales de Algarra ; à 17h30 toros de Victoriano del Rio pour El Juli, Sébastien Castella et un 3ème torero à désigner ; dimanche 14 septembre à 17h30 toros de La Quinta pour El Cid, Yvan Fandiño et Alberto Aguilar.
Pour réservez les places : du 1er juillet au 10 sept sur feria.dax.fr
au guichet ou par téléphone à partir du 15 juillet :
Régie des Fêtes – L'Atrium – 1 cours Foch - 05 58 909 909
Ouvert du lundi au vendredi 9h30 à 17h30 et le samedi de 9h30 à 13h30.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Yonnet pour Paulita, Agustin de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, à 11heures, 4 erales de Philippe Cuillé, à 17h30 corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martin, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Salvador Vega et Alberto Lamelas. Locations à compter du 16 mai sur www.feria.ville-ales.fr ou au 04 66 56 11 04.

ALAIN BONIJOL AUX JEUDIS DU CERCLE À NÎMES

Le 15 mai prochain, à l'Hôtel IMPERATOR, Alain BONIJOL sera l'invité dU Cercle Taurin pour évoquer son parcours exceptionnel dédié avec passion à la tauromachie et au cours duquel il a révolutionné le tercio de pique et le dressage du cheval de picador. Il dédicacera à cette occasion son livre "TERCIO DE VÉRITÉ".

VIC À ORTHEZ ET OLORON

Le club taurin La Lidia d'Orthez recevra le vendredi 9 mai à 19h, dans son local des arènes du Pesqué, Marcel Garzelli, président du club taurin vicois, qui présentera les toros de la feria vicoise et fera également une intervention sur l'Observatoire National des Cultures Taurines. La soirée se terminera par un buffet froid (5 euros), inscriptions avant le 5 mai. Marcel Garzelli sera aussi à Oloron le samedi 17 Mai pour la présentation des Toros de Vic et pour une conférence sur le rôle de la Présidence Technique pendant la Corrida.

RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.

NOVILLOS POUR CASTELNAU RIVIÈRE BASSE


Pour sa sans chevaux du 5 juillet 2014, Castelnau Rivière Basse a retenu des erales de Hubert Yonnet, Olivier Riboulet, Astarac, Malaga, Le Lartet et Alma Serena.


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.

FERIA DE NÎMES

Les cartels de la Pentecote Nîmoise ont été dévoilés hier, avec pour principale surprise, au regard de ses triomphes passés, l'absence de Javier Castaño dans la corrida de Miura, ce qui a soulevé une vague de messages indignés sur les réseaux sociaux espagnols. Les cartels sont les suivants. Jeudi 5 juin toros de Alcurrucén pour David Mora, Joselito Adame et Thomas Dufau. Vendredi 6 au matin novillos à désigner pour Álvaro Lorenzo, Clemente et Varea. L'aprés-midi, toros de Victoriano del Río pour El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Samedi 7 au matin deux toros de Capea pour Lea Vicens et quatre de Zalduendo pour Juan Bautista. L'aprés-midi, toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Román qui prendra l'alterrnative. Dimanche 8 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, Finito de Córdoba et Manzanares. L'aprés-midi toros de Fuente Ymbro pour Juan José Padilla, Iván Fandiño et Juan del Álamo. Lundi 9 au matin, toros de Capea pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández. L'aprés-midi toros de Miura pour El Juli, Rafaelillo et Manuel Escribano.

NOVILLADA DE CAPTIEUX

Dimanche 1er juin, novillllos de El Tajo y La Reina pour Fernando Rey, Clemente et Andrés Roca Rey.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Hubert Yonnet pour Paulita, Agustín de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martín, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Alberto Lamelas et Salvador Vega.

CARTEL D'EAUZE

La comission taurine extra municipale d'Eauze a choisi pour le dimanche 6 juillet à 18h00 : 7 toros d'Antonio Bañuelos pour Juan Bautista, Joselito Adame, Michelito Lagravère (qui fera sa présentation de matador dans le Sud Ouest) et Gines Cartagena. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 4 erales de Jean-Louis Darré (cartel à définir).


LA QUINTA À ROQUEFORT

Pour la novillada du 15 aôut à Roquefort a été retenu un lot de La Quinta. En matinée, novillada sans chevaux avec la participation des élevages de Malabat, Astarac, Alma Serena et Casanueva.

FERIA DE VIC

Samedi 7 juin toros d’Adolfo Martin pour Antonio Ferrera et Manuel Escribano, mano a mano. Dimanche 8 au matin, toros de Cebada Gago pour Luis Vilches, Alberto Aguilar et Jésus Perez Mota. Dimanche 8 après-midi, toros de Pagès-Mailhan pour Morenito de Aranda, Joselito Adame et Thomas Dufau. Lundi 9 toros de Dolorés Aguirre pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.

CÉRET DE TOROS

Samedi 12 juillet, toros de Adolfo Martín pour Diego Urdiales, Fernando Robleño et Camille Juan. Dimanche 13 au matin, novillos de Vale Do Sorraia pour Vicente Soler et deux autres novilleros. Dimanche 13 après-midi. Toros de Felipe Bartolomé pour Carlos Escolar "Frascuelo", David Mora et Esaú Fernández. Lundi 14. Trois toros de Victorino Martín et trois de José Escolar pour Fernando Robleño, Paulita et Alberto Aguilar. .

TEMPORADA D'AIRE SUR ADOUR

Dimanche 15 juin, toros de Baltasar Iban pour Paulita, Manuel Escribano et Medhi Savalli. Le matin, novillada sans chevaux avec des erales de Casanueva.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 



















imprimez cette page