Mardi 6 mai
2014

L'Edito

 


LA FEMEN DU VALL D'UXO


Tandis qu'en France les Femen profanent allègrement les lieux sacrés de la religion ou de la République, et reçoivent le soutien moral des milieux progressistes et bobos, au Vall d'Uxo (Castellon), deux peñas qui avaient eu l'idée d'embaucher une strip-teaseuse pour annoncer, seins nus, la sortie des toros dans les rues, ont eu à subir un véritable tollé.


Voir édito



   

Actualité
SÉVILLE : VUELTA POUR ESCRIBANO ET DÉCEPTION

Deux tiers d'entrée par une température encore plus élevée que les jours précédents. Première corrida de la semaine de Farolillos. Nombreux sont les Aficionados qui commentent que celui-ci est le meilleur cartel de la Feria. D'autres se plaignent de l'omniprésence des Domecqs. C'est un autre pastiche auquel nous avons droit aujourd'hui de Jandilla - Vegahermosa qui malgré quelques qualités n'a pas duré au combat. Au bout de deux heures trente c'est la déception qui prime. S'il n'y a pas un grand triomphe rapidement, les commentaires diront que les figuras absentes ont eu raison et qu'une Feria sans eux n'est pas à la hauteur. C'est à ceux qui ont les opportunités de les saisir.
Bonnes véroniques de réception de Castella qui ne provoquent aucune réaction sur les tendidos. Le toro, corniapretado et acucharado, cole dans la cape sur la corne gauche. Bien piqué, il met les reins et sort seul. Chicuelinas en bougeant d'Escribano et demie de "Bien". Deux excellentes paires de rehiletes d'un grand classicisme permettent à Javier Ambel de saluer. La corne droite confirme ses qualités. A gauche le toro serre. Première série en allant vers le centre en va et vient par le haut. Les derechazos et naturelles s'enchainent laissant une sensation d'impuissance à résoudre les difficultés que développe le Vegahermosa sans que sa corne droite n'ai été exploitée. Entière en arrière et contraire. Palmas et pitos au toro. Silence.
Le quatrième toro est un Jandilla cornalon, corniapretado, pointes relevées. Les véroniques de salut sont standard. Pique rapide et quite par véroniques et demie de Castella. Le Domecq n'est pas piqué à la seconde rencontre ce qui ne l'empêche pas d'accuser le coup. Quite d'Escribano par tafalleras et demie. Excellente deuxième paire de Jose Chacon qui salut avec Herrera et brega supérieure de Javier Ambel qui confirme les bonnes embestidas du Jandilla. Brindis au public. Cambio dans le dos en regardant les planches puis passes en va et vient sans bouger d'un tel aguante que le public applaudit. Sur la droite Castella profite des qualités du toro sans les sublimer. Le toreo est en ligne et manque de profondeur ou de sentiment, ou des deux. Les naturelles sont un peu meilleures mais l'embestida est supérieure. Division sur les gradins. Castella semble en retard au moment de receuillir la tête dans la muleta et celle-ci est souvent touchée. Les passes manquent de final. Le tout donne une sensation désordonnée. Entière caida et trasera. Avis. Silence.
Puerta Gayola d'Escribano, par larga cambiada à genoux suivie de véroniques templées qui déclenchent justement les olés. Le jandilla est très mal et peu piqué. Quite d'Escribano par véroniques et de Fandiño par gaoneras plus valeureuses que réussies. Du tiers de banderilles mené par le Matador il ressort un poder a poder dans le berceau et un quiebro aux planches. Brindis personnel. AIdées par le haut et le bas pour débuter, en toréant le bicho. Les derechazos main basse manquent de troisième temps pour emporter l'adhésion. Puis le toro va a menos. Les naturelles sont lentes profitant de la baise de rythme du Jandilla qui est templado. Escribano répète à gauche aussi bien que cela est possible avec cet opposant. De retour à droite il gomme les défauts, poursuit avec ce temple main basse que Séville aime tant et déclenche la musique. La suite va a menos et la musique cesse. L'essai de conclusion par naturelles échoue. Entière caida et atravesada d'effet fulminant. Pétition d'oreille non concédée. Le public proteste contre la présidence. Vuelta al ruedo.
Puerta gayola à genoux d'Escribano pour recevoir le quinto par larga cambiada. Le Matador profite du fait que le toro s'ouvre dans la cape pour toréer avec une lenteur extrême et le ramener vers l.intérieur. Le public jubile. Galeo pour amener au cheval. Escribano demande à son picador de ne pas piquer. Sa faiblesse est patente mais pas redibitoire. Quite de Fandiño par chicuelina enchainée à Tafallera qui manque se terminer mal. Suivent des chicuelinas protestées car le bicho trébuche. Tiers de banderilles d'Escribano mené avec aisance recevant les palmas du public à qui il brinde la mort de son opposant. Début de faena au tiers par derechazos al hilo sans obliger le toro. L'équation est de savoir comme triompher avec un animal faible qui hésite à avancer. La réponse est l'aguante, la douceur et la lenteur ce que recherche et trouve Escribano à gauche. Mais cela ne dure que deux séries. Le reste sont des tentatives avortées. Entière desprendida et en arrière. Silence.
Le Vegahermosa de Fandiño montre la pala des cornes dont les pointes sont légèrement relevées. Les véroniques sont dessinées sans bouger avec temple malgré la faiblesse et la charge courte du toro. Manuel Bernal pique bien et avec mesure sur ordre. Le toro porte la tête haute contre le peto pour se défendre lors de la première rencontre. La seconde est courte. Castella donne deux chicuelinas et demie alors que le toro trébuche. Applaudissements au picador. Bien Pedro Lara aux banderilles. Brindis au public. Le toro maque emporter Fandiño sur la première passe par le haut, mais il ne bronche pas. Il le mène le toro au tiers. Là les premiers derechazos laissent présager du meilleur. La seconde série confirme. Les séries sont courtes. Fandiño prends son temps. Dans les droitières suivantes la muleta est accrochée. Le toro semble gagner en piquant. Et la faena se délite sur les deux cornes. Espadazo. Silence.
Le dernier Jandilla est massif, cornalon. Les superbes véroniques passent sans réaction des tendidos. Bonne lutte du toro au cheval dont il sort trébuchant à la première pique et la seconde est à peine portée. Prestation de qualité de Miguel Martin en Banderille sans écho. Brindis personnel. Au centre de la piste Fandiño donne un cambio por la espalda ou pendulo enchainé à des derechazos, cambio de mano dans le dos et pecho. Les droitières ont le mérite d'être liées en gardant le terrain et en laissant la muleta sous le museau. A gauche les tentatives ne prennent pas. Le retour à droite n'est pas concluant car le toro est pratiquement arrêté. Entière légèrement en arriére. Avis et Silence.
René Philippe Arneodau.

LES COMMUNISTES ESPAGNOLS SE CONVERTISSENT À L'ANIMALISME

Sans doute en mal de causes plus nobles à défendre, Izquierda Unida (équivalent espagnol du Front de Gauche), s'est engagé à promouvoir au sein du Parlement Européen 13 mesures garantissant les droits des animaux, dont le refus de toutes les subventions aux sectacles taurins (qui n'en reçoivent aucune de l'Europe NDLR). Entre l'extrême droite chère à Brigitte Bardot et le stalinisme primaire des héritiers de Santiago Carillo (commanditaire de l'assassinat du Duc de Veregua au moment de la République), les passerelles sont tendues sur laquelle les démocrates ne s'aventureront pas. En outre, quelqu'un osera-t-il dire aux communistes espagnols que leur camarade Jean-Luc Mélanchon est aficionado ?

FERIA DE DAX

Les cartels de la feria de Dax sont les suivants : Jeudi 14 août à 11h15 erales de Baltasar Iban ; 18hToros de Montalvo pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et Juan del Alamo ; vendredi 15 août à 11h15 toros de Domingo Hernandez pour Morante de la Puebl,a José Mari Manzanares et Juan Leal ; à 18h Corrida toros de Torrestrella pour Juan José Padilla, Yvan Fandiño et David Galvan ; samedi 16 août à 11h15 erales de Victoriano del Rio ; à 18h toros de Pedraza de Yeltes pour Antonio Ferrera, Diego Urdiales et Javier Castaño. Dimanche 17 août à 11h15 toros de Fermin Bohorquez pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernandez ; à 18h toros de Escolar Gil pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Thomas Dufau.
Pour Toro y Salsa. Vendredi 12 septembre à 20h30 novillos de El Parralejo pour Clemente et deux autres novilleros à désigner. Samedi 13 septembre à 11h erales de Algarra ; à 17h30 toros de Victoriano del Rio pour El Juli, Sébastien Castella et un 3ème torero à désigner ; dimanche 14 septembre à 17h30 toros de La Quinta pour El Cid, Yvan Fandiño et Alberto Aguilar.
Pour réservez les places : du 1er juillet au 10 sept sur feria.dax.fr
au guichet ou par téléphone à partir du 15 juillet :
Régie des Fêtes – L'Atrium – 1 cours Foch - 05 58 909 909
Ouvert du lundi au vendredi 9h30 à 17h30 et le samedi de 9h30 à 13h30.

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Yonnet pour Paulita, Agustin de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, à 11heures, 4 erales de Philippe Cuillé, à 17h30 corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martin, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Salvador Vega et Alberto Lamelas. Locations à compter du 16 mai sur www.feria.ville-ales.fr ou au 04 66 56 11 04.

ALAIN BONIJOL AUX JEUDIS DU CERCLE À NÎMES

Le 15 mai prochain, à l'Hôtel IMPERATOR, Alain BONIJOL sera l'invité dU Cercle Taurin pour évoquer son parcours exceptionnel dédié avec passion à la tauromachie et au cours duquel il a révolutionné le tercio de pique et le dressage du cheval de picador. Il dédicacera à cette occasion son livre "TERCIO DE VÉRITÉ".

VIC À ORTHEZ

Le club taurin La Lidia d'Orthez recevra le vendredi 9 mai à 19h, dans son local des arènes du Pesqué, Marcel Garzelli, président du club taurin vicois, qui présentera les toros de la feria vicoise et fera également une intervention sur l'Observatoire National des Cultures Taurines. La soirée se terminera par un buffet froid (5 euros), inscriptions avant le 5 mai.

RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.

NOVILLOS POUR CASTELNAU RIVIÈRE BASSE


Pour sa sans chevaux du 5 juillet 2014, Castelnau Rivière Basse a retenu des erales de Hubert Yonnet, Olivier Riboulet, Astarac, Malaga, Le Lartet et Alma Serena.


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.

FERIA DE NÎMES

Les cartels de la Pentecote Nîmoise ont été dévoilés hier, avec pour principale surprise, au regard de ses triomphes passés, l'absence de Javier Castaño dans la corrida de Miura, ce qui a soulevé une vague de messages indignés sur les réseaux sociaux espagnols. Les cartels sont les suivants. Jeudi 5 juin toros de Alcurrucén pour David Mora, Joselito Adame et Thomas Dufau. Vendredi 6 au matin novillos à désigner pour Álvaro Lorenzo, Clemente et Varea. L'aprés-midi, toros de Victoriano del Río pour El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Samedi 7 au matin deux toros de Capea pour Lea Vicens et quatre de Zalduendo pour Juan Bautista. L'aprés-midi, toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Román qui prendra l'alterrnative. Dimanche 8 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, Finito de Córdoba et Manzanares. L'aprés-midi toros de Fuente Ymbro pour Juan José Padilla, Iván Fandiño et Juan del Álamo. Lundi 9 au matin, toros de Capea pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández. L'aprés-midi toros de Miura pour El Juli, Rafaelillo et Manuel Escribano.

NOVILLADA DE CAPTIEUX

Dimanche 1er juin, novillllos de El Tajo y La Reina pour Fernando Rey, Clemente et Andrés Roca Rey. .

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Hubert Yonnet pour Paulita, Agustín de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martín, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Alberto Lamelas et Salvador Vega.

CARTEL D'EAUZE

La comission taurine extra municipale d'Eauze a choisi pour le dimanche 6 juillet à 18h00 : 7 toros d'Antonio Bañuelos pour Juan Bautista, Joselito Adame, Michelito Lagravère (qui fera sa présentation de matador dans le Sud Ouest) et Gines Cartagena. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 4 erales de Jean-Louis Darré (cartel à définir).


LA QUINTA À ROQUEFORT

Pour la novillada du 15 aôut à Roquefort a été retenu un lot de La Quinta. En matinée, novillada sans chevaux avec la participation des élevages de Malabat, Astarac, Alma Serena et Casanueva.

FERIA DE VIC

Samedi 7 juin toros d’Adolfo Martin pour Antonio Ferrera et Manuel Escribano, mano a mano. Dimanche 8 au matin, toros de Cebada Gago pour Luis Vilches, Alberto Aguilar et Jésus Perez Mota. Dimanche 8 après-midi, toros de Pagès-Mailhan pour Morenito de Aranda, Joselito Adame et Thomas Dufau. Lundi 9 toros de Dolorés Aguirre pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.

CÉRET DE TOROS

Samedi 12 juillet, toros de Adolfo Martín pour Diego Urdiales, Fernando Robleño et Camille Juan. Dimanche 13 au matin, novillos de Vale Do Sorraia pour Vicente Soler et deux autres novilleros. Dimanche 13 après-midi. Toros de Felipe Bartolomé pour Carlos Escolar "Frascuelo", David Mora et Esaú Fernández. Lundi 14. Trois toros de Victorino Martín et trois de José Escolar pour Fernando Robleño, Paulita et Alberto Aguilar. .

TEMPORADA D'AIRE SUR ADOUR

Dimanche 15 juin, toros de Baltasar Iban pour Paulita, Manuel Escribano et Medhi Savalli. Le matin, novillada sans chevaux avec des erales de Casanueva.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 



















imprimez cette page