Samedi 25 mai
2013

L'Edito

 

L'ARROSÉ ARROSEUR

Chacun se souvient bien sûr de ce petit film tremblottant des frères Lumière, dans lequel un jardinier fantasque est pris à son propre piège, et après avoir été arroseur se retrouve arrosé.

Voir édito





Toro de Bohórquez sous la grêle

Actualité
SOL INVICTUS ET FACE FUNÈBRE

Dans l’univers des âmes insatiables en quête d’absolu, le soleil invincible laisse apparaître sa face funèbre. Dualité d’un rite en perpétuel équilibre, dont les racines plongent dans celles de l’humanité, et dont la finca Alcurrucen conserve de précieux vestiges. Sur fond de toreo profond, ici se croisent les gitans Camaron et Luis de la Pica, le torero-peintre landais Lafitte, Padilla, Juli, Morante et Escribano à Séville, ainsi que les frères Lozano, ganaderos de prestige et deus ex machina de ce monde d’ombres, de contrastes et de lumières, dont ils furent longtemps les pontifes. Ce voyage, vous ne l'oublierez pas. L'opus 45 de Terres Taurines sera en kiosques la semaine prochaine. Réservez-le, vous ne le regretterez pas.

MADRID : PUERTA GRANDE POUR TALAVANTE


Alejandro Talavante devait se racheter de sa triste prestation de samedi face aux victorinos et il remplissait à la fois son contrat et montrait une capacité à toréer un toro de Victoriano del Río, manso, qui n’avait pratiquement pas été piqué et avait donné lieu à un lamentable tercio de banderilles. Donc les conditions n’étaient pas les meilleures mais dès les premiers moments de la faena de muleta on comprenait que Alejandro Talavante n’allait pas s’en laisser compter. Les charges étaient broncas, donc violentes et désordonnées mais peu à peu, il le mettait dans la muleta avec décision et fermeté, à la limite des lignes du T4, soit près des chiqueros , terrain où le toro, par sa qualité de manso,  pouvait être à son aise et faire ressortir une certaine caste. Caste dont le torero aurait pu en faire les frais, car dans un despiste, tournant le dos au toro, celui-ci le soulevait sans dommage. A partir de cet instant, au plus près des barrières, la faena se déroulait dans un va et vient de passes de toutes sortes, mais bonnes, passant le toro par le bas,  des bernardinas maintenant classiques, et le cadrant pour une estocade entière tendue mais qui suffisait pour faire sortir les mouchoirs et obtenir la récompense des deux oreilles.
La corrida de Victoriano del Río allait permettre le succès des deux autres toreros du cartel: José María Manzanares et Sebastien Castella. Pour cela les toros sortis 2ème et 4ème , tous deux peu attentifs et se livrant peu aux piques, arrivaient à la muleta dans deux styles de charges qui finalement convenaient aux styles respectifs des toreros d’Alicante et de Béziers. Le premier avait une charge longue et suave et la faena, pas très appréciée des « puristes », était marquée par l’élégance et le geste bonito et un peu forcé de Manzanares, par des passes de poitrine et changements de mains en chargeant la suerte ce qui n’était pas toujours le cas dans les passes fondamentales de la main droite ou naturelles. Les passes aidées par le haut et par le bas servaient à cadrer le toro pour une entrée a matar a recibir un peu arrière mais concluante. Une oreille était accordée.
Le toro de Castella, pointes de cornes vers le haut, distrait, sortant suelto  des capotes et des piques, présentait donc des difficultés qui disparaissaient dès que notre  compatriote le fixait au centre de la piste par les passes serrées que sont les passes changées dans le dos (le pendule ?) à son habitude. Dès lors le toro était pris dans des naturelles, la muleta présentée devant  et conduite avec temple. Idem de la main droite. Ensuite venait le toreo plus rapproché qu’affectionne Sebastien, plein d’aguante et émotion. Le toro, qui avait réalisé un beau combat, tardait à s’écrouler après une estocade entière un peu de côté et sonnait un avis. L’oreille était demandée et concédée. Belle faena dominatrice, posée et marquée de passes d’une extrême lenteur. Le toro sorti en premier ne se déplaçait plus à cause d’une blessure à la patte avant gauche et Sébastien Castella devait se résoudre à monter l’épée sans avoir donné un seul muletazo.
Le 5ème toro  – un bel exemplaire de 600 kg – mobile malgré son poids, d’un galop régulier qui laissait présager une autre bonne faena, bon au capote il raccourcissait sa charge à la muleta – peut-être pas cité à distance -  et faisait éclater le toreo de Manzanares qui abusait du pico et jambe contraire défaussée.
Alejandro Talavante ne forçait pas trop son succès au dernier qui donnait des tornillazos en fin de passe et ne pouvait lier des charges un tantinet gênantes.
Bonne brega etbonnes paires de banderilles de Curro Javier et Javier Ambel. Valentin Lujan de la cuadrilla de Talavante se faisait accrocher au sortir d’une paire de banderilles et recevait une cornada à l’haine. Le picador Miguel Angel Muñoz recevait une ovation au 6ème : fait rare à Las Ventas pour être signalé.
Sebastien Castella : silence : un avis et oreille. José María Manzanares : une oreille ; silence. Alejandro Talavante : deux oreilles ; silence.
Georges Marcillac

MADRID JEUDI : DÉSASTRE GANADERO

Le cartel du jour avait rempli les arènes de Las Ventas pour une corrida de Jandilla-Vegahermosa avec deux toreros artistes et Miguel Angel Perera qui, s’il n’est pas artiste, au moins cherche et force le succès dans son style particulier. Dans une chronique taurine il est de bon ton de rendre compte du comportement des toros et de la manière dont les diestros gèrent dans les trois tiers, de la lidia adaptée et si possible créer une œuvre de bon artisan – et cela n’est pas péjoratif de ma part -  ou artistique, ce qui est plus rare et l’apanage de seulement quelques élus. Cette digression est motivée par le résultat de cette corrida où l’élément fondamental de la fiesta qu’est le TORO régna par son absence : bien sûr il y eut des toros puisque c’est comme cela qu’on nomme les animaux sortis des chiqueros de Las Ventas mais des toros braves aucunement. L’illusion qui consiste à voir des toros charger par instinct tout ce qui bouge n’est en soi pas suffisant pour dire qu’ils sont allés au cheval, qu’ils ont couru devant ou après les banderilleros pour conclure que, dans la muleta, ils se sont arrêtés, sans jus, sans force, sans rien qui permette cette œuvre citée plus haut. Ce fut le cas de cette cuvée de Jandilla-Vegahermosa.  Même pas mansos ces toros sans caste, ruinaient toute tentative de faena si ce n’est d’offrir le spectacle de chutes, de courses désordonnées ou tout simplement de charges fatiguées. A Las Ventas un autre élément joue : la présence néfaste du vent qui rend difficile le choix du terrain propice au maniement de la muleta et souvent contraire au caractère du toro entrer avec bravoure et noblesse dans la muleta que lui présente le torero. Seul Miguel Angel Perera signa une faena , volontaire, travaillée, parvenant à lier en profitant de l’inertie du seul toro qui répondait aux cites lointains et ainsi enchaîner les passes. A la longue, le toro résistait à l’invite de M.A. Perera qui concluait sa faena par un changement de main vistoso à la limite de l’accrochage et une série de bernardinas avant de porter une demi-estocade tombée précédée d’un pinchazo sans lâcher l’épée. Après une demande non majoritaire d’oreille , la vuelta était malgré tout fêtée par le public bon enfant.
Il serait superflu de décrire les péripéties des autres faenas. Finito de Córdoba et Morante de la Puebla, dans des tentatives de toréer bien à la cape donnaient quelques espoirs de « toreo artistique » mais il fallait rapidement déchanter, les toros n’étaient en rien le matériel idéal pour ces deux toreros perdus dans les bourrasques du vent venteño. Un sobrero de Carmen Segovia avait remplacé l’invalide de Jandilla sorti en deuxième position. Finito de Córdoba :un avis et silence ; silence. Morante de la Puebla : Silence et sifflets. Miguel Angel Perera : un tour de piste ; un avis et silence. Georges Marcillac.

BOLSIN TERRE D'ARGENCE

La Communauté d'Agglomération de Beaucaire Terre d'Argence lance, à l'occasion du 30ème anniversaire du Centre Français de Tauromachie, un grand BOLSIN TAURIN international. Ouvert à tout candidat, âgé de 14 à 21 ans, ce Bolsín est doté de nombreuses récompenses pour les finalistes er se déroulera en trois temps : 1. Qualifications devant un eral (plus de deux, moins de trois ans) 2. Demi-finale : Mise à mort d'un eral, en classe pratique. 3. Finale : Novillada Sans Picador pour trois finalistes.
Les qualifications se dérouleront dans les Arènes de Bellegarde les : vendredi 28  juin  2013 à 18h00, samedi 29  juin  2013 à 18h00 et samedi 29  juin  2013 à 22h00.
La Demi-finale :
dans les Arènes de Beaucaire le samedi 27  juillet 2013 à 11h00.
La Finale :
dans les Arènes de Beaucaire le imanche 28  juillet 2013 à 11h00.  Pour s'inscrire
cftauromachie@wanadoo.fr

FERIA DU RIZ À ARLES

Jeudi 5 septembre, novillada sans chevaux nocturne avec des erales de Tardieu et les élèves de l'École taurine d'Arles. Vendredi 6, novillos de Dos Hermanas pour César Valencia, Francisco José Espada et Lilian Ferrani. En nocturne, second Championnat d'Europe des recortadores. Samedi 7 corrida goyesque, toros de Domingo Hernández pour Enrique Ponce, El Juli et Juan Bautista. L'amphithéâtre sera décoré par l'architecte Rudy Ricciotti. Dimanche 8 au matin, corrida portugaise, toros de Gallon pour Fermín Bohórquez, Joao Moura fils et Ginés Cartagena, avec les forcados de Chamusca. L'après-midi, toros de La Quinta pour El Cid, Manuel Escribano et Diego Silveti.

TEMPORADA DE DAX

Pour la Feria : mardi 13 août en nocturne, novillos d’El Parralejo. Mercredi 14 journée landaise. Jeudi 15 août au matin toros de Fuente Ymbro pour Miguel Ángel Perera et Iván Fandiño mano a mano. L'après-midi, toros de Cuadri pour Javier Castaño, Manuel Escribano et Luis Bolívar. Vendredi 16, toros de José Escolar pour Fernando Robleño, Morenito de Aranda et Alberto Aguilar. Samedi 17 toros d'El Pilar pour Juli, Manzanares et Talavante. Dimanche 18 toros de Fermín Bohórquez pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Lea Vicens. Lundi 19 toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Alberto Aguilar et David Mora.
Pour Toros y Salsa : samedi 7 septembre toros de Torrestrella pour Padilla, Fandiño et Jiménez Fortes. Dimanche 8 deux toros de Victorino Martín, deux de Fuente Ymbro et deux de Garcigrande pour Morante et Castella.

FERIA DE PARENTIS

Samedi 10 août, novillos de Raso de Portillo pour Jesús Fernández, Imanol Sánchez et Luis Gerpe. Dimanche 11 au matin novillos de Paloma Sánchez Rico pour Ángel Bravo. L'après-midi, novillos de Paco Madrazo pour Mario Alcalde, Luis Miguel Castrillón et César Valencia. .

FERIA DE CARCASSONNE

Vendredi 30 août à 20 heures, novillos de Aguadulce pour la rejoneadora Joana Andrade avec les forcados de Cascaïs, et les novilleros Miguel de Fernando et Luis Miguel Castrillón. Actuarán los Forcados de Cascaïs. Samedi 31 à 17 heures, novillos de Cebada Gago pour Tomás Angulo, César Valencia et Dorian Dejean. Dimanche 1er septembre à 11 heures 30 Fiesta campera, à 17 heures novillos de Miura pour Imanol Sánchez, Jesús Chover et Alberto Pozo.

NOVILLOS POUR SAINT-SEVER

Les novillos choisis par Art et Tradition pour les arènes de Saint-Sever proviendront le 23 juin de Jose Escolar Gil et le 25 août de Jose Manuel Escolar Carrasco (parent du précédant mais encaste Domecq par Garcigrande, un autre parent).

EXPO PERMANENTE
DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS


Devant un public fourni et en présence de nombreux ganaderos, l'exposition consacrée au toro au campo par Terres Taurines a été inaugurée hier midi par André Viard. Installée dans la galerie du Tendido 2 elle restera accrochée durant toute la temporada. Parmi les toros exposés, entre ceux de Miura, Adolfo Martin, Prieto de la Cal, Barcial ou Cuadri, quatre ganaderías françaises sont à l'honneur : Blohorn, Margé, Scamandre et Francine Yonnet. Au fil de la saison, de nouveaux élevages seront présentés, afin de montrer la diversité des paysages et des encastes qui sont la richesse des terres taurines.

UNE CAPE DE JOSÉ TOMAS AUX ENCHÈRES

Jose Tomas a fait don d une de ses capes , dédicacée, à sa Peña francaise. Elle fera l'objet d'une mise aux enchères durant la Feria de Dax, et les fonds recueillis seront mis au service d'une action sociale. Pour toute information complémentaire: PenaJoseTomas@aol.com."




"El Juli": Rosario Domenecq, su mujer, el mejor apoyo tras su ...
Europa Press
El torero Julián López, más conocido como "El Juli" fue cogido por un toro en la Plaza de toros de la Maestranza. ... ... Lire
Two men killed during Bullfight
- Video
Two men have been killed and at least 15 people injured at a bullfighting festival in northern ... Lire
Une journée pour décrypter la tauromachie
Sud Ouest
Une journée pour décrypter la tauromachie. Avec cet événement, les aficionados espèrent conquérir un nouveau public. Paulita revient après avoir foulé le sable des arènes orthéziennes en juillet dernier...Lire
The Spanish Tradition of Bullfighting
Arts & Humanities Life
Last week Spain entered its annual bullfighting season. It's always something that has fascinated me ever since I remember learning about the tradition in my ... Lire
LES PRIETO DE LA CAL POUR AIRE

Nous avons visité pour vous les toros de Prieto de la Cal qui seront combattus à Aire. Voir galerie.

FERIA DE MONT DE MARSAN

Mercredi 17 juillet toros de Fuente Ymbro pour El Juli, Tejela et Fandiño. Jeudi 18 toros de Nuñez del Cuvillo pour Ponce, Manzanares et Luque. Vendredi 19 toros d'El Tajo et La Reina pour Padilla, Fandiño et Thomas Duffau. En nocturne corrida portugaise : Sergio Galán, Joao Moura hijo et Lea Vicens, toros de Fuenterey. Samedi 20 au matin novillos de Fuente Ymbro. L'après-midi toros de Victorino Martin pour Juan Bautista, David Mora et Alberto Aguilar. Dimanche 21 au matin novillada sans chevaux. l'après-midi toros de José Escolar pour Castaño et Robleño mano a mano.

JOURNÉE TAURINE D'ORTHEZ

Pour sa journée taurine du 28 juillet, Orthez a retenu : à 11 heures, 6 novillos de Hros de Miguel Zaballos pour Jesus Fernandez, Ivan Abasolo et Alberto Pozo ; à 18h30, toros de Raso de Portillo pour Fernando Robleño, Morenito de Aranda et Oliva Soto.

TOROS À EAUZE

Dimanche 7 juillet à 18h00, toros de Robert Margé pour Matias Tejela, Alberto Aguilar et Thomas Dufau. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 2 novillos de Darré et 2 novillos de Robert Margé. Samedi 6 juillet à 11h30 tienta avec les élèves de l'école "Adour Aficion".


NOVILLADA DE SOUSTONS

Le dimanche 11 août, novillos de Pedres pour Alvaro Sanlucar, Gonzalo Caballero et Borja Jimenez. Le jeudi 8 en soirée, novillos de Jalabert pour Lea Vicens et Andy Cartagena.


TOUTE LA TEMPORADA DU SUD-OUEST

Programme complet de sa temporada dans le Sud-Ouest. Voir programme. Voir numéros de réservations.


FERIA DE CARCASSONNE

L’association "Carcassonne Toros" a annoncé les élevages retenus pour la Féria 2013 : vendredi 30 août, corrida mixte d’Aguadulce (rejon et forcados, 2 novilleros à pied ), samedi 31 août, novillos de Cebada Gago, dimanche 1er septembre, novillos de Miura.

CORRIDA D'EAUZE

Le cartel de la corrida du 7 juillet à Eauze est le suivant : toros de Robert Margé pour Matias Tejela, Alberto Aguilar et Thomas Dufau. Le matin novillada sans chevaux avec deux erales de Jean-Louis Darré et deux de Robert Margé.

FERIA DU NOVILLO À PARENTIS

Samedi 10 août novillos de Raso de Portillo, dimanche à 11 heures, quatre novillos de Paloma Sánchez Rico de Terrones (Lamamie de Clairac) qui se présentera en France. L'après-midi novillos de Paco Madrazo (Santa Coloma).



LÉGENDES DE L'ART ÉQUESTRE

Les 4 plus grandes Ecoles d’Art Equestre du monde seront présentes à Arles pour 9 soirées de gala dans l’écrin des Arènes décorées par Christian Lacroix :
Vendredi 26 et samedi 27 Juillet Le Cadre Noir de Saumur ; Vendredi 9 et samedi 10 août L’Ecole Royale d’Art Equestre de Jerez ; Vendredi 16 et Samedi 17 août L’Ecole Portugaise d’Art Equestre de Lisbonne ; Jeudi 22, Vendredi 23 et Samedi 24 août l’Ecole Espagnole de Vienne. Ces 4 Ecoles ne sont pas des conservatoires aux équitations similaires, elles portent et transmettent chacune un patrimoine vivant qu’elles n’ont de cesse d’enrichir à leur façon et en cela elles sont toutes différentes. Toutes sont les dignes héritières de la tradition équestre la plus artistique, la plus accomplie et la plus noble. Ces hommes et leurs chevaux sont à la fois les reflets de leur époque et les maillons d’une longue chaîne qui ne cesse aujourd’hui encore d’affiner ses connaissances. En équitation comme dans d’autres arts, comment comparer Van Gogh à Picasso ou Mozart à Beethoven ? Location à partir du 12 novembre 2012, places à partir de 30 € (enfants de – de 12 ans 15 €). Tous les galas débuteront à 22h. contact@arenes-arles.com. Abonnements – 10% (1 billet dans la même catégorie pour chaque Ecole). Groupes (+ de 10 personnes) – Comités Entreprises – Centres Equestres - Opérations Entreprises – Soirées VIP : 04 90 96 90 93.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 





































imprimez cette page