Vendredi 25 mai 2012

L'Edito

 

CASTELLA SE RELANCE
Sébastien Castella, qui sera absent cette année de toutes les arènes d'Aquitaine et même de celles de Béziers, vient d'interrompre à Madrid l'inquiétante série de contre performances qui l'avait marginalisé depuis le début de la temporada.

Voir édito



Actualité

NÎMES JEUDI : OREILLE POUR JUAN PABLO SÁNCHEZ

Corrida sans fond et insipide de Torrehandilla. Sans force, elle n'a pas été piquée. Le seul à recevoir un châtiment fut le bravuchon quatrième. Les second et troisième ont montré quelques qualités à la muleta les autres sont restés sur la réserve sans finir leurs actions. Paquirri silence et division, Fandi silence et ovation, Juan Pablo Sanchez oreille et silence.
Le premier ne resta pas dans le peto. Juste de force il eut tendance à tomber si il était soumis par le bas. Docile mais ne se livrant pas il donna des charges anodines. Paquirri ne chercha pas à le faire répéter et égraina les passes une à une. Il tua bien. Silence. Le quatrième fut le seul à mettre les reins avec un semblant de poder. A pied il donna des charges prévisibles, mais avança par d'inconfortables bonds successifs. Paquiri ne s'adapta qu'à moitié. Il tua laborieusement. Division.
Le faible second entra au pas sous le cheval, puis s'affala au pied du peto, avant d'obtenir une chute alors qu'il était encore au sol. Il ne montra quelques qualités qu'au troisième tiers, où il sortit des suertes par de franc appuis sur ses postérieurs. Avec beaucoup de professionnalisme Fandi l'exploita pleinement lors d'une faena donnée des deux mains. Une mise à mort en trois voyages et autant de descabellos le priva de l'oreille. Silence. Le cinquième sortit seul de deux picotazos. A pied il se laissa tromper mais chargea sans classe et prompt à peser sur l'homme mosqu'il etait obligé de finir par le bas. En dépit de sa détermination et de ses efforts pour allonger le bras, Fandi ne parvint pas à le faire répéter lors d'une faena sans fluidité. ½ lame. Descabello. Ovation. Il banderilla avec brio ses deux adversaires.
Le troisième vint de loin sur le piquero, qui l'épargna. Il garda assez de pouvoir pour donner, tête franchement basse de longues trajectoires rectilignes. A droite il crocheta parfois mais à gauche il fut aussi suave qu'un bonbon. L'allonge et le temple de son matador encouragèrent ses bonnes dispositions. Juan Pablo Sanchez sut, de plus agrémenter sa faena d'enchainement sans décoller les talons qui lui gagnèrent les faveurs du public. Pinchazo. Entière tombée. 1 oreille. Le dernier fit illusion à la pique mais arriva flojito et endormi à la muleta. La profondeur de certains geste de J. P. Sanchez sauvèrent la faena du néant. Silence après une mort sans brio. Même entrée que la veille, moins de 5000 personnes.
Frédéric Pascal. Voir galerie Roland Costedoat.

NÎMES MERCREDI : ABURRIMIENTO

Décevante corrida de Victorino Martin, physiquement très dans le type de maison, sans jus ni émotion. Le seul à réveiller le public fut le manso cinquième dont la lidia houleuse réserva quelques surprises. Tous ont baissé la tête mais dans le style saltillo malo, c'est à dire plus pour chasser les chevilles que pour suivre la muleta. Aucun ne s'est livré d'où des faenas techniquement varièes mais sans vibration. Diego Urdiales silence et salut, Alberto Aguilar vuelta et division, Joselito Adame salut et pétition.
Le premier fit une sortie d'alimana, tous freins serrés. Il confirma son peu de fond, en attaquant le cheval sans brio et sans pousser. Il fit mine de s'améliorer en début de faena puis resta court dès lors qu'il fut soumis par le bas. Intelligemment Urdiales lui donna la sortie à mi-hauteur pour le voir se retourner assez loin pour être exploitable. Deux pinchazos et entière. Silence. Le quatrième ne poussa pas dans le peto. Il arriva endormi à la muleta avec une charge molle et courte, mais claire à droite; franchement impossible à gauche. En depit de ces médiocres conditions Urdiales réussit de beaux derechazos, menton dans la poitrine et chargés de sentiments. Pinchazo. Entière. Salut. Urdiales remplit parfaitement son rôle de chef de lidia pendant la lidia de l'infernal cinquième.
Le second poussa avec classe puis s'éteint dans le peto. A pied il eut l'avantage de bien baisser la tête, mais fit comme au cheval. Il donna 3 séries puis s'éteignit et ne chargea plus qu'avec une mollesse peu propice à l'émotion. La volonté d'Aguilar égaya un peu les ébats. Pinchazo. Entière. Vuelta. Le cinquième fut le seul toro noir du lot dont il fut aussi le garbanzo negro. Il sortit seul du premier assaut, pour se réfugier dans les terrains du toril, où le réserve put lui infliger quelques picotazos. Manso de gala, il sema la panique dans la cuadrilla que vint efficacement épauler Urdiales. Court et retors, il défendit perfidement ses positions jusqu'à la fin. Aguilar eut du mal à s'en défaire. Division.
Le troisième poussa de biais, corne gauche à mi hauteur. Il obtint une chute en déséquilibrant le cheval par l'arrière. Il fit l'avion dans la muleta, mais en avançant sans brio et au pas. Adame sut s'étirer avec lui pour le faire durer longuement le temps d'une faena techniquement sans faute mais fade. Entière spectaculaire. Salut. Le dernier poussa droit au cheval, mais referma progressivement sa course sur l'homme. Adame déjoua la manoeuvre en appuyant ses toques vers l'extérieur et inventa une faena que le victorino n'avait pas. Entière d'effet fulgurant. Petite pétition sans effet. Arènes peu garnies, ½ cuvette, soit moins de 5000 personnes. Vent gênant.
Frédéric Pascal. Voir galerie Roland Costedoat.

MADRID JEUDI : CASTELLA IMPACTE

La corrida de Nuñez del Cuvillo venant après celle d’hier pourrait faire croire que l’afición madrilène a vécu une grande tarde de toros au regard du triomphe sans oreille de Sebastien Castella qui réapparaissait après sa blessure de la semaine dernière. Il n’en fut rien car un seul toro, celui précisément toréé par notre compatriote, montrait caste et bravoure durant la faena après un tercio de pique moyen. Cette caste aurait d’ailleurs valu un autre contre-temps à Sebastien car le toro avant d’entrer aux piques se jettait carrément sur lui à hauteur de poitrine et seule la cape salvatrice dévia le coup de corne. Les autres toros de Nuñez del Cuvillo furent tous protestés dès leur sortie par manque de présence, malgré des cornes de respect, avec de plus des « hechuras » et têtes de novillos. Deux toros , les 2ème et 6ème furent renvoyés au corral et remplacés par un de Carmen Segovia et un autre de Salvador Domecq respectivement. Ceux qui restèrent en piste étaient dépourvus de caste ni profondeur dans les charges, sauf le 4ème déjà cité.
Sebastien Castella a signé jusqu'à aujourd’hui la faena la plus complète de la feria. Commencée par le classique pase cambiado por la espalda ou péndulo suivie de pases les pieds collés à l’arène, passes par le bas, changement de main et passe de poitrine, le tout dans un minimum de terrain. Donc début tonitruant et émouvant. La faena qui suivit, fut typique du style du torero de Béziers, des passes des deux mains, meilleures et plus serrés les naturelles, plus longues et templées en derechazos. Le toro n’humilie pas trop mais, brave, il est conduit à mi-hauteur dans des passes de grande intensité et entrega de la part du torero. Des passes par le bas, du goût du public de Madrid, et deux estocades presque horizontales concluaient la faena. Entre temps avaient sonné deux avis et l’oreille malgré tout demandée n’était pas accordée. A son premier, figé au centre du ruedo, Sébastien Castella n’eut d’autre ressource que le mettre à mort par une estocade légèrement tombée.
Le jeune mexicain Diego Silveti confirmait l’alternative. Si ce n’est un quite par gaoneras à son premier, ses deux faenas n’eurent pas le retentissement souhaité pour ce jour important dans la carrière du dernier de la dynastie des Silveti. La faute en revient à ses deux toros : le premier assez faible était toréé par passes isolées donc sans lien et son deuxième, compliqué, avait pour principal défaut de lancer des hachazos ou derrotes en fin de passe. Il faut dire que ce toro n’avait pas été piqué et qu’il était le seul cinqueño de l’après-midi.
Daniel Luque eut seulement le rôle de comparse et il le remplit fort bien en deux faenas qui se déroulèrent dans le plus profond silence tant le jeu des toros et ce celui du torero n’intéressaient plus personne.
Sebastien Castella : applaudissements ; deux avis et grande ovation. Daniel Luque : silence aux deux. Diego Silveti : applaudissements et silence.
Georges Marcillacas Ventas – .
Georges Marcillac.

MADRID MERCREDI : PÉTARD DE JUAN PEDRO

Lamentable et désastreuse corrida de Juan Pedro Domecq pour un cartel qui promettait avec Morante de la Puebla, Alejandro Talavante qui remplaçait Cayetano Rivera et Juan Pablo Sánchez de Aguascalientes (Mexique) qui confirmait l’alternative. Il va être difficile de rendre compte sans un certain dépit de cette corrida oú les toros de Juan Pedro Domecq , qui avaient laissés leurs pinceaux d’artistes au campo, ont ruiné les espérances d’un public qui remplissait comme il se doit Las Ventas et sans doute celles du jeune mexicain.
Des six pensionnaires de JP quatre cinqueños sans doute des invendus de l’an passé et qui, à un bon prix, furent choisis pour Madrid ! On peut se poser des questions…Tous les six perdaient l’équilibre à quelque moment de leur présence en piste, le 6ème s’agenouillant avant même que Juan Pablo Sánchez ait terminé sa faena…Des piques ? certaines oú le picador levait le palo après un simulacre de planter la pointe dans l’échine des toros qui sortaient presque titubant ou bloqués par le manque de caste après un maigre châtiment.
Des toreros on notera le macheteo « sui-generis » de Morante à son premier impossible et deux derechazos et passe de trinchera à son deuxième, passes isolées car aucune continuité dans les charges n’était à espérer de ce toro que le torero de La Puebla avait malgré tout sorti des planches pour un semblant de faena.
Alejandro Talavante eut lui aussi à s’efforcer de faire passer le 3ème qu’il avait accueilli par des statuaires et rematé par des passes par le bas. A mesure que s’enchaînaient les séries de la droite et de naturelles le toro réduisait sa trajectoire pour finir arrêté. Au 5ème qui humiliait presque au pas, Talavante avait quelque difficulté à lier les passes car le toro par coups de têtes empêchait la finition de la passe et obligeait le torero à rompre.
De Juan Pablo Sánchez on retiendra son sens du temple mais ses deux faenas n’avaient malheureusement aucun intérêt du fait de l’indigence chronique de ses toros. Morante fit un quite par veroniques au dernier toro avec divisions d’opinion et colère de Fernando Lozano, apoderado du mexicain.
A l’épée les trois matadors n’ont pas fait honneur à leur titre.
Morante de la Puebla : bronca ; un avis et applaudissements et sifflets. Alejandro Talavante :applaudissements et silence. Juan Pablo Sánchez : applaudissements de sympathie aux deux.
Georges Marcillac.

DERNIERS CARTELS MONTOIS

Les deux derniers cartels de la feria de la Madeleine sont les suivants : samedi matin, novillos de Alcurrucén pour Conchi Ríos, Juan Leal et Álvaro Sanlúcar ; vendredi 20 en nocturne, corrida portugaise, toros de Bohorquez pour Mendoza, Moura et Manzanares. Les autres cartels sont les suivants : Mercredi 18 juillet toros de Parladé pour Morante, Manzanares et Luque, jeudi 19 toros de Margé pour Ponce, Padilla et Mathieu Guillon qui prendra l'alternative, vendredi 20 toros de Fuente Ymbro pour Matias Tejela, Fandiño et David Mora, samedi 21 toros de Jandilla pour El Juli, Talavante et Thomas Duffau, dimanche 22 toros de José Escolar pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Julien Lescarret.

CORRIDA À VILLENEUVE

Le mardi 7 août à 19h, le Cercle Taurin de Villeneuve organise une corrida dans le cadre des fêtes patronales : toros de Santa Ana (origine Marquis de Domecq) pour Javier Conde, Julien Lescarret et Thomas Dufau.

NOVILLADA À SAINT-SEVER

Le 24 juin prochain, à Saint-Sever, novillos de Montealto pour José Manuel Sandin, Rafael Cerro et Luis Miguel Castrillon. En matinée, quatre erales de Camino de Santiago pour Joao Machado (Béziers) et Louis Husson (Dax)
.   

TIENTA DU LUNDI DE PENTECOTE CHEZ JEAN-LOUIS DARRÉ

Comme tous les ans aura lieu à Bars la traditionnelle tienta du lundi de Pentecôte, mais cette année, feria vicoise oblige, celle-ci se déroulera l’après midi, après la corrida matinale de Vic Fezensac. Au programme de la Ferme du Cantaou, chez Jean-Louis DARRE : repas champêtre (apéritif, buffet de tapas, grillade de toro, dessert, café et vin à volonté à partir de 14h), puis tienta de 6 becerras des ganaderias de l’Astarac et du Camino de Santiago par Julien Lescarret et Thomas Dufau. Lundi 28 mai chez Jean-Louis DARRE – Ferme du Cantaou – 32300 BAR. Pas de réservation. Prix de la journée 40 euros.

SAINT-GILLES, FERIA DE LA PÊCHE ET DE L'ABRICOT

Dimanche 24 juin à 11 heures, becerrada en classe pratique (entrée gratuite) : quatre becerros du Marquis d'Albaserrada pour Santiago Sanchez Mejias, (CTN),Tristan Barrale « El Diego » (CTN), Bastien Roulier (CFT) et Tony "El Potro" (CFT). À 17 heures, toros de Cebada Gago pour Manuel Escribano, Oliva Soto et Camille Juan. Réservations au 04 66 64 78 59 à partir du 1er juin.

RUGBY Y TOROS À CAPTIEUX

Trois jours de fêtes dans les landes Girondines, les 1, 2 et 3 juin, avec au cartel de la novillada du 3 juin, des novillos Vicente Ruiz pour Alberto Duran, Juan Leal et David Martín Escudero. L’actualité de la feria et  les vidéos de présentation des novillos et du cartel sont disponibles sur le blog : http://rugbyytoros.blogspot.com. Location à partir du lundi 14 mai : 05.56.65.88.95. Organisation : Association RENOUVEAU ET TRADITION 33840 CAPTIEUX. rugby-y-toros@orange.fr. Consultant : Michel BERTRAND.


CARTELS DE PARENTIS

Samedi 4 août novillos de Valdellan pour Imanol Sánchez, Cayetano Ortiz et Antonio Puerta. Dimanche 5 au matin novillos de Raso de Portillo pour Carlos Durán et Fabio Castañeda. Dimanche après-midi, novilos de Flor de Jara pour Javier Jiménez, Mario Alcalde et Rafael Cerro.

TEMPORADA DACQUOISE

Feria d'Août. Samedi 11. Ponce, Juli et Luque, toros de Jandilla. Dimanche 12. toros d'Escolar pour Robleño, Javier Castaño et Alberto Aguilar. Lundi 13. Toros de Alcurrucén pour Juan Bautista, Cid et Thomas Dufau. Mardi 14. Toros de Zalduendo pour Morante, Manzanares et Talavante. Mercredi 15 au matin toros de Murube pour Mendoza, Leonardo et Moura. L'après-midi toros de Baltasar Iban pour Urdiales, Sergio Aguilar et Juan del Álamo. Pour Toros y Salsa : samedi 8 septembre toros de Fuente Ymbro pour Cid, Fandiño et David Mora. Dimanche 9 toros de Garcigrande pour Curro Díaz, Juli et Manzanares.

FÊTE DE LA ROSIÈRE À LA BRÈDE

Seule place taurine de l’agglomération bordelaise, La Brède fêtera samedi 23 jjuin à 18h, sa 15ème corrida dans le cadre des Fêtes de la Rosière. Au programme, toros de Baltasar Iban pour Antonio Nazaré, Arturo Saldivar et Thomas Dufau. En matinée, novillada non piquée (entrée 10 € - organisation Fiesta Garona). Clémentito et Jean Baptiste Molas combattront des erales des frères Bats en Mano à Mano. Animations par les Bandas toute la journée. Réservations au bureau des arènes du 11 au 23 juin 05.56.20.20.30. Tarifs de 22 à 70€. Nombreuses bodegas et restaurants sur le campo de feria. Dossier de presse.


FERIA DE VIC

Samedi 26 mai au matin, deux erales et deux novillos de L’Astarac et du Lartet pour Borja Jiménez et Javier Jiménez. L'après-midi, toros d'Escolar Gil pour El Fundi, Fernando Robleño et Sergio Aguilar. Dimanche 27 au matin, corrida concours. toros de Carriquirri, José Moreno de Silva, Fidel San Román, Esteban Isidro, Alcurrucén et La Reina pour Antonio Barrera, Iván García et Morenito de Aranda. L'après-midi toros de La Cruz pour Julien Lescarret, Joselillo et Raúl Velasco. Lundi 28 au matin, toros de Flor de Jara pour Juan Bautista, Iván Fandiño et David Mora.


CÉRET DE TOROS

Samedi 14 juillet, 18 heures, toros de Moreno De Silva pour El Fundi, Javier Castaño et Serafín Marín. Dimanche 15 juillet, 11 heures, novillos des Hros de Escobar et de Mauricio Soler Escobar pour El Dani, Imanol Sánchez et Emilio Huertas. Dimanche 15 juillet, 18 heures, toros de Escolar Gil pour Fernando Robleño.

UNION TAURINE BITERROISE

L'Union Taurine biterroise invite les aficionados à suivre ses activités sur son site.

GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 


















imprimez cette page