Vendredi 14 mai 2010

L'Edito

 

PÉTARD TAQUILLERO

La maigre chambrée enregistrée pour l'encerrona de Sébastien Castella (un tiers d'arène soit environ 4000 spectateurs) est un fait préoccupant qui doit interpeler tout le monde, et le torero en premier.

Voir édito.
guardiola

Actualité

NÎMES : TROIS OREILLES POUR CASTELLA

Commodes de tête, les six exemplaires choisis pour l’opération 1 million pour Haïti n’ont pas collaboré jusqu’au bout. Sauf le troisième, de Nunez del Cuvillo, tous se sont éteint en cours de troisième tiers. En dépit de leurs difficultés et des conditions météorologiques défavorables, Castella, visiblement en forme et désireux de bien faire, aurait pu couper des oreilles aux cinq premiers, s’il avait tué avec brio.
Avec le fade Albareal, il ne récolta qu’un silence, puis il coupa les deux oreilles du bon mais poussif Garcigrande. Il salua après plusieurs échecs au descabello pour achever le Nunez. Un silence face à l’incommode l’Alcurrucen précéda une oreille coupée au meilleur Garcigrande, qui faiblit sur la fin. Le Pilar n’avait pas d’option, ovation. L’Albareal mit les reins sous le fer puis découvrit la nuque à la muleta, qu’il suivit docilement, mais sans le piquant qui assure la transmission. En soignant son placement Castella lui permit de respirer, lors d’une faena copieuse, clôturée de trois quart de lame et deux descabellos. Silence.
Le premier Garcigrande poussa droit, en appui cadré et sans coup de corne parasite. Hélas ses forces mesurées ne lui permirent pas de répéter. Bien dans le sitio et le rythme, Castella n’eut pas à forcer son talent pour assoir sa domination, qui parut évidente jusqu’à ce que son adversaire se rebelle et lui fasse subir une voltereta. Indemne, il se releva pour laver l’affront dans les terrains rapprochés, où il excelle. Une entière efficace libéra la pétition, à la quel le Président fit droit. Deux oreilles, généreuses mais très fêtées par le public.
Le Nunez del Cuvillo poussa sans explosivité. Il arriva à la muleta mobile et tête basse. Il répéta des deux cotés, mais avec un soupçon d’improbabilité qui occasionna quelques enganchones. Castella l’assomma de son pouvoir et lia de belles séries, mais tua mal. Salut et ovation à la dépouille.
Le brutal Alcurrucen se défendit dans le peto. Long à s’élancer, il mit souvent à l’épreuve son matador. Il fallut toute l’autorité de la muleta de ce dernier pour l’obliger à mettre la tête dans le drap. Impavide, fémorales quasi au contact de la corne, il finit par imposer sa tauromachie de proximité au récalcitrant. Une entière longue à faire effet lui fit perdre l’oreille. Silence.
Avant la lidia du cinquième Castella brinda cette journée à tous les matadors français présents dans le callejon. Cet exemplaire, le second de Garcigrande, s’élança droit sur le cheval comme sur la muleta, mais il baissa de ton lorsqu’il se sentit trop fortement dominé. Malgré ce Castella put lui réaliser sa faena type, composée d’une soixantaine de muletazos, initiée par deux cambios au centre du ruedo, poursuivie en donnant de la distance dans les terrains classiques et versant progressivement vers la démonstration de pouvoir au fil des cornes. Là, dans les évolutions de proximité, sa souplesse naturelle lui permet une précision du geste exceptionnelle, qui fait la différence. Une mise à mort en deux voyages lui fit perdre le bénéfice probable de deux oreilles. Une seule une oreille.
Le dernier d’El Pilar, haut mais au long cou, poussa avec énergie. A pied il découvrit généreusement la nuque pour charger chanfrein parallèle au sol, mais avec tant de mièvrerie et sur si peu de distance, qu’il fut impossible d’en sortir de l’émotion. De plus il se désintéressa progressivement du combat et finit totalement décomposé, impossible à cadrer. Le mérite de Castella fut d’essayer toutes sortes de stratégie pour forcer le succès. Sans autre retour que de la peine à la place de la gloire. Ovation après ¾ de lame. 4000 personnes. Pluie intermittente. Sol glissant et délavé. Morenito de Nîmes toujours virtuose dans son rôle de sobresaliente de luxe. Dans le même rôle, Charly « El Lobo » put aussi montrer son envie toujours intacte.
Frédéric Pascal.

MATINALE DE NÎMES : OREILLE POUR PATRICK OLIVER ET TOMASITO

Novillada matinale de diverses ganaderias françaises de types et jeux divers, les plus reconnaissant pour les toreros furent les trois derniers ; les quatrième de « Los Gallos »et cinquième, de Vigen Maria, étant honorés de la vuelta posthume. Patrick Oliver, silence après deux avis,une oreille. Thomas Joubert, une oreille et salut après deux avis. Thomas Duffau, salut et ovation, mal récompensé alors que c’est lui qui a affiché les plus net progrès.
Le premier, de Gallon, secoua le cheval par à coup avant de se montrer maniable, tardif dans ses réactions et fade. Muleta de soie et mains toujours avancées, Patrick Oliver, trouva rapidement le sitio et le bon tempo pour exploiter la corne droite avant de pouvoir, brièvement, s’exprimer à la naturelle. Il fit apprécier plusieurs remates artistiquement finis par le bas avant une déroute majeure à l’épée. 2 avis. Silence. Le quatrième un fort et agressif novillo de « Los Galos » découvrit la nuque dans les leurres avant de pousser avec classe dans le peto. A pied il manqua un peu de transmission pour être un grand novillo. Oliver parvint à s’étirer dans d’amples muletazos, avant de se complaire dans d’originaux enchainements sans rectifier sa position. Une lame tombée ne le priva pas d’une oreille. Vuelta posthume à la dépouille.
Insignifiant au cheval, le second, de Pages Mailhan, se laissa toréer sans baisser la tête. La sincérité et le sens du spectaculaire de Thomas Joubert lui valurent le soutien du public lors des ses entames de cape et de muleta par cambios au centre de la piste, puis il sut exploiter les ½ charges du Mailhan. Entière un peu basse. Une oreille. Le cinquième, de Virgen Maria, poussa reins mis et sur de bons appuis, ce qui augure de charges longues et franches. A la muleta, il ne déçut pas cet espoir. Joubert sut, souvent, se hisser à sa hauteur lors d’une faena laborieusement conclue à la mort. Salut après deux avis. Vuelto au novillo
Le compliqué troisième, de Jalabert, se retournait court, il poussa sans conviction en se défendant de la tête. Thomas Duffau trouva très précisément le sitio idéal pour pouvoir exploiter la corne droite lors d’une faena qui connut ses meilleurs moments de ce coté. Pinchazo. ¾ de lame. Salut. Le dernier, de Blohorn, baissa humblement la tête dans les leurres mais manqua de conviction face au cheval. Facile à tromper il offrait ses oreilles. Dans les bonne distances et sur un rythme adéquat, Thomas Duffau brilla particulièrement dans des séries de naturelles templées et artistique qui furent les meilleures de la matinée. Malheureusement les trophées lui échappèrent à l’épée. Ovation après quatre pinchazos et une entière. 3000 entrés, ciel bleu, public réactif et bien disposé envers les novilleros.
Frédéric Pascal.

JOSÉ TOMÁS POURRAIT REPRENDRE À BARCELONE

Le bulletin de santé publié par l'équipe médicale qui suit la réupération de José Tomás permet de penser qu'i pourrait faire son retour dans les ruedos à Barcelone, ce qui lui permettrait d'être présent à Mont de Marsan. À Madrid, où so forfait est officiel, l'empresa souhaite le remplacer par le Juli et Morante.

LA MADELEINE À BORDEAUX

Après Libourne vendredi dernier, Guillaume François, président de la commission taurine de Mont de Marsan, présentera les cartels de la Madeleine à Bordeaux le mardi 18 mai à 19 heures au restaurant l'Asador, 7 Quai de la monnaie (05 56 33 11 53). Après la présentation du film des toros au campo, questions/réponses avec le public. Julien LESCARRET, Thomas DUFAU et Mathieu GUILLON (accompagnés de Richard MILIAN) seront présents pour donner un éclairage particulier sur la place des toreros français et en particulier du Sud Ouest dans la féria de la Madeleine. Entrée libre, possibilité de repas à l'issue.

"DIRE SON MYSTÈRE"

L’esprit du printemps souffle aussi pour pentecôte. Fidèle à leur vocation de diffuseur de l’aficion, les promoteurs de « la primavera » organisent le mardi 18 mai à 19 h une projection du film de Fanny VIDAL « Dire son mystère ». Ne serais-ce que pour la sincérité et l’élégance des propos qu’y tient le matador Emilio MUNOZ, ce film mérite d’être vu et revu ; mais en plus il s’ouvre à une tauromachie intime peu travaillée par les medias français. Loin des discours éculés, Fanny Vidal a su fixer la simplicité aristocratique de ces chevaliers des temps modernes que sont les toreros. Elle chemine au plus près des vérités concrètes. Son film est une bouffée de « parlé vrai » et d’humanité qui vient à point compléter une approche parfois trop livresque de la corrida. A l’instar des ateliers qui ont accompagné la « Primavera des Aficionados », il est un excellent outil d’enracinement de l’aficion.

L'AVENIR DE LA CORRIDA À PAU

Vendredi 4 juin à 19h.30 le Club taurin Palois Joseph Peyré en association avec le club Mexico Aztecas y Toros, propose une soirée sur le thème : "l'avenir de la corrida",avec la participation du Matador de toro Julien Miletto que l'on verra cette année à Aire-sur-l'Adour et Orthez notamment et de Michel Cardoze, journaliste, écrivain aficionado. Au cours de cette soirée sera présenté un film sur le dernier voyage de Mexico Aztecas y Toros avec des images inédites de la cornada de José Tomas à Aguascalientes. Apéritif offert par la Peña. Repas. Inscriptions : prière de téléphoner pour le mercredi 02 juin au plus tard à Roger CHAGUE au 05.59.80.05.74 ou par mail roger.chague@wanadoo.fr afin de réserver votre soirée (N’attendez pas le dernier jour !). Cette réunion est ouverte à tout public, membre ou non de notre peña.Invitez vos amis et amies, ils, elles seront les bienvenus(es) !

NOVILADA DE RISCLE

Pour sa novillada du 15 mai, le Tendido Risclois propose des novillos de Ana Romero pour Patrick Oliver, Thomas Duffau et Esaü Fernandez.

BOLSIN DE BOUGUE

La finale du Bolsin de Bougue a été reportée à dimanche prochain en raison du mauvais temps (réel) qui a empêché son déroulement. Y participeront Mateo Julian, Juan Ortega et Angel Jimenez face aux erales du Camino de Santiago.

TROPHÉE FRANCIS ESPEJO À ARLES

Dimanche 16 mai mai aura lieu dans les arènes de Gimeaux le 1er Trophée "Francis Espejo", en remerciement à cette figure de l'aficion locale qui a tant œuvré en faveur des jeunes de sa ville d'Arles. Sept jeunes apprentis toreros de l'École Taurine d'Arles participeront à cette classe pratique, face à sept becerros de la ganaderia Taurelle, de Saint-Just (34), d'origine "Piedras Rojas". La journée se déroulera en deux phases : Le matin verra la première épée d'une jeune élève pleine d'avenir, Dorine Cesco, alors que l'après-midi, ce seront les plus chevronnés qui défileront au paseo dans les arènes de la "Monumental" de Gimeaux. Entre les deux, un repas préparé par le Club Taurin "Lou Fourmigo", cher à Francis Espéjo et désormais présidé par sa fille, Estelle. A l'affiche : "El Tolosa" ; "Morales Balti" ; "Gregorio Lopez" ; Fabien Sanchez ; Bastian Coelho et Lilian Ferrani. L'organisation est assurée par l'École Taurine d'Arles et le Club Taurin "Lou Fourmigo". Une participation aux frais de 8 euros est demandée pour la classe pratique. Pour réserver le repas (12 euros), tél : 04 90 93 95 58.

CLUB TAURIN TOROS Y CARIDAD

Le Club Taurin Toros y Caridad propose le 16 mai à 11 heures une sortie à la ganaderia Fernay (Mas des Jasses de la Ville à Pont de Crau). Apéritif, repas et visite de la ganaderia. La journée 20€ tout compris (15 € pour les membres du club). Pour réserver : 06 64 75 05 64.

CORRIDA POUR SAINT-GILLES


La société Arènes Organisations de Luc Jalabert qui gère déjà les arènes des Saintes et de Méjanes, organisera le 4 juillet une corrida à Saint-Gilles avec les toros de Piedras Negras (Patrick Laugier).

LES SAINTES - MÉJANES


Le 11 juillet à Méjanes aura lieu la corrida du Rejon d'Or avec au cartel des toros de Santos Alcalde pour Martin Burgos, Andy Cartagena, Rui Fernandez, Sergio Galan, Manuel Manzanares et Noelia Mota. Le 14 juillet aura lieu aux Saintes la corrida du Centaure d'Or avec au cartel des toros de Castilblanco pour Joao Salgueiro, Pablo Hermoso de Mendoza et Sergio Galan.

TIERRAS TAURINAS

De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

GENEALOGIES EN LIGNE

ésireux de voyager dans les arcanes de la caste, une visite sur l'excellent site Toro-Genèse est conseillée..


fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 


terres taurines buendia

terres taurines buendia

terres taurines buendia

terres taurines buendia


imprimez cette page