EUZKADI BÉTONNE

Patxi López, lehendakari (président socialiste de la Comunidad) du Pays Basque a confirmé hier que le débat était clos et que la fête taurine est une tradition culturelle qui ne serait pas remise en question.

Cette déclaration qui faisait suite à une question posée au Parlement de Vitoria, met un terme à la tentative d'intox de groupes minoritaires qui avaient émis l'idée de fomenter une ILP comparable à celle qui vient à terme en Catalogne.

Selon le lehendakari, le gouvernement basque garantira la pérennité du spectacle taurin pour que les aficionados puissent en profiter, dans le respect de tous et de manière normale.

Pour bien montrer l'importance de ce fait culturel incontestable, le lehendakari a rappelé que selon les archives de l'Université de Oñati, un des premiers spectacles taurins connus se serait déroulé en 1160 à Soraluce au Pays Basque, et que par ailleurs i existe actuellement 16 arènes actives dans la Communauté dans lesquelles furent organisées l'an passé 48 spectacles, ce qui confirme la vitalité de cette culture.

De sources confidentielles, nous avons également appris que plusieurs des principaux industriels catalans auraient rencontré Artur Mas, président de CiU, parti qui en Catalogne détient les clés du vote sur l'ILP, afin de le mettre en garde contre les conséquences négatives d'une abolition qui pourrait entraîner le boycot de certains produits catalans dans tous le pays, comme le "champagne" que l'on y produit par exemple.

Un argument de poids qui aurait incité Artur Mas à envisager un scénario honorable de sortie de crise et expliquerait les récentes prises de position dont nous nous sommes faits l'écho hier.


André Viard