Samedi 9 mai 2008

L'Edito

La photo


TORO FUGUEUR

Voici quelques jours, me rendant de Lora del Rio à La Campana, je me suis arrêté à l'angle du grand cercado de Zahariche dans lequel les ganaderos enferment les toros de l'année. Voir édito


Actualité

SAN ISIDRO : IMPACT DE SERGIO AGUILAR

La ganaderia de Gerardo Ortega est depuis longtemps cataloguée dans le mundillo comme toréable mais sujette à fragilité. Paradoxalement, le point commun des toros du jour fut leur belle présentation - sans excès de poids ni de volume, très armés - et l'absence de facilité, bien au contraire. Le plus vibrant fut le second dont on se demandera longtemps si en d'autres mains plus expertes il n'aurait pas été de triomphe. Les autres sont à oublier. Ce dont il faudra se souvenir en revanche est la prestation de Sergio Aguilar qui face à deux toros peu propices a décliné les fondamentaux du toreo, ce qui devrait lui valoir, il faut l'espérer, de revenir bientôt dans ces arènes.
Le premier fut décasté et brusque, tête haute à tout moment , frein à main bloqué, intentions douteuses et sur la défensive. Un cadeau ! Antonio Barrera sans option malgré un effort digne dut abréger après avoir montré qu'il n'y avait aucune autre solution possible. Epée contraire en s'engageant bien.
Le second, encasté, bas, fin, moins de 490 kilos, eut une sortie spectaculaire en mettant bien la tête ce dont Leandro ne profita guère cape en main. Brave en poussant tête haute lors de la première pique, il subit une lidia prodigue en capotazos inutiles, et un second puyazo court. Quite de Sergio Aguilar par gaoneras brouillonnes mais stoïques face aux charges vibrantes. Prompt et encasté, le toro ne fut pas compris par le torero qui alterna quelques muletazos esthétiques avec une majorité d'autres peu précis qui lui valurent deux avis sans frais, le toro lui mettant le piton droit sur la cuisse sans dommage puis sous la chaquetilla le gauche. Le public voulut y croire jusqu'au bout mais la faena ne prit jamais son envol par manque d'acoplo du torero qui pour finir tua médiocrement et écouta un avis, du président celui-là.
Plus grand, plus lourd (575 kilos) plus basto, le troisième fut reçu de cape par Sergio Aguilar avec plus de volonté que d'à-propos. Le toro renversa le cheval lors de la première pique prise sans bravoure excessive et tête haute, puis se décomposa en compliquant la lidia avant de prendre un second puyazo sans grande aficion et arriver en manso déclaré à la muleta. Après s'être bien doublé par le bas, Sergio Aguilar trouva d'emblée le sitio à droite et donna une série parfaite de rythme et de temple, laquelle manqua d'émotion par la faute du toro. Il réédita à droite dans le même son mais se fit désarmer et lors de la troisième série le toro s'arrêta. Aguilar essaya tout de même à gauche, extirpa quelques muletazos parfaits à base de quiétude et d'allonge. Une surprise pour beaucoup, ce qui explique sans doute la quasi indifférence du public madrilène qui passa totalement à côté de la faena. Lors d'un desplante, le toro tira un derrote qui toucha le torero à l'arcade. Epée quasi entière, deux descabellos et un avis alors que le toro tombait, lesquels ne sauraient masquer le manque d'écho de cette faena basée sur les fondamentaux du toreo.
Le quatrième se décroisa beaucoup à la cape, fut discret et sans classe face à la cavalerie avant de se montrer réservé durant le tercio de banderilles puis de se déplacer à contre-coeur et sans style dans la muleta de Barrera avant de s'arrêter dès la seconde série.
Le cinquième, du fer de Sepulveda, fut un toro sérieux de 530 kilos, aleonado, bas, bien armé, qui arborait à l'oreille gauche deux étiquettes oranges, les néfastes crotales que l'on avait oublié de lui retirer. Après une sortie froide qui permit de voir qu'il mettait bien la tête, il poussa bravement lors de la première rencontre, reins mis et tête en bas, rechargea et subit une seconde ration dans le prolongement de la première, puis fut remis en suerte après que l'on ait pu voir sa capacité à humillier dans le capote malhabile de Leandro qui le fit tomber. La seconde pique (en fait la troisième) fut anodine mais de trop. Vidé de ses forces, il laissa entrevoir un fond de noblesse mais ne bougea pas jusqu'au moment où sur un excès de confiance du torero il lui infligea une voltereta qui lui valut un léger puntazo et d'être appelé à saluer à la mort de son adversaire par une partie du public tandis que l'autre sifflait.
Le dernier, anodin lors des deux premiers tiers, fut reçu par un cambio au centre par Aguilar qui une nouvelle fois fit preuve de calme, de temple et d'aguante avant de prendre la main gauche, toujours au centre, et de réduire l'allure désordonnée et violente du manso. Par le bas et en rond, "poussant" le toro jusqu'au bout des passes en faisant flotter le pico de sa muleta sous ses cornes, Aguilar prit l'ascendant sur son adversaire de la manière la plus classique qui soit sans que le public, une nouvelle fois, ne semble se rendre réellement compte de son mérite qui était pourtant évident. Par le bas à droite aussi il aguanta les doutes de son adversaire, évita les coups de tête et extirpa une poignée de muletazos qui valaient une faena. Quand il reprit la main gauche un spectateur du tendido 7 sembla vouloir lui reprocher son placement mais le public le fit justement taire. Un pinchazo et une entière.
André Viard.

PALAVAS : TROIS OREILLES POUR JULI, DEUX POUR CESAR JIMENEZ

Le lot de la filiale Domecq-Bohorquez n'inspirait pas plus de terreur que celui, lidié la semaine précédente, par la maison mère ; mais autant ce dernier fut fade et sans âme, autant celui de la branche Bohorquez montra de la bravoure, de l'allégresse, de la mobilité. Tous ont fait des sorties au grand galop, ont conservé cette allure pendant tout leur combat, ont répondu avec entrain à tous les cites et ont humblement baissé la tête dans les leurres. Ceux là se sont comportés en artistes, les autres en fonctionnaires. Revers de la médaille : tous ont fléchi, même le dernier, le moins brave mais le plus facile pour le torero. Le premier et le second affichèrent une classe d'enfer. La race des quatrième et cinquième laissa poindre quelques traces de genio. Les troisième et dernier baissèrent un peu de ton mais se révélèrent les plus suaves pour le torero. Aparicio, silence aux deux. El Juli, deux oreilles et oreille. C. Jimenez, oreille à chacun.
L'agressivité du premier le fit se jeter contre un burladero où il se fractura le frontal. Par miracle la corne resta en place et il fut lidié normalement. Il poussa modérément mais avec constance et chargea la muleta  avec une abnégation que le fait de la fracture rend encore plus remarquable. Il fut faible et  Aparicio dut le toréer à mi hauteur. Avec beaucoup d'envie et de détermination, ce dernier signa une faena de bon goût, zébrée d'éclairs artistiques, mais conclue sans brio, en trois voyages. Silence. Les qualités morales du quatrième en faisaient un grand toro. Malheureusement ses qualités physiques ne suivirent pas. Du fait de sa bravoure, il ne se laissa dominer que par le bas, mais il tomba chaque fois qu'on lui baissa la main. A mi hauteur, il se fit court et crocheteur. Confronté à une équation impossible Aparicio fut digne. Silence
Tête au raz du sol le second se jeta sans arrière pensée contre le peto et dans les leurres. Juli en fit rapidement son jouet et lui livra une longue faena, pétillante et juvénile. Muleta toujours bien placée, il épousa parfaitement la charge du coté droit, fut moins disert à gauche où le toro se livrait moins. Pour arracher la seconde oreille, il fit l'effort d'un temps d'encimismo, puis tua d'un de ces estoconazo dont il a le secret. 2 oreilles et vuelta posthume à la dépouille. Le cinquième laissa transparaître une pointe de genio dès l'entame de la muleta. Intelligemment Juli ne chercha pas à lier les passes. Il l'entrepris dans des terrains réduit en acceptant de se le faire passer très près. Ainsi, il sut à la fois s'adapter aux conditions de l'animal et capter l'intérêt du public en suscitant de l'émotion. Nouvelle entière en forme de coup de canon. Une oreille.
Le troisième humilia comme ses frères, mais buta beaucoup dans la muleta en début de faena. Sa charge ne se décomposa pas pour autant, à gauche elle resta particulièrement suave. Cesar Jimenez ne le comprit vraiment que dans les cites courts de fin de faena, où il réussit à enchaîner les figures. Il coupa une oreille après une entière. Moins classieux, mais plus docile, le dernier se laissa tromper des deux cotés, lors d'une longue faena, qui pêcha par manque d'âme. Une estocade d'effet rapide déclencha la pétition. Une oreille. Il manquait mille personnes pour faire le plein. Vent gênant au quatrième.
Frédéric Pascal. Voir reportage Laurent Deloye.

Sofiane "Morenito d'Istres"
ORTHEZ : MATINEE TAURINE

A la limite de la malchance côté temps, Remi Laborde et ses troupes peuvent être fiers de cette matinée dans les arènes du Pesqué en hommage au Docteur Xavier QUANCARD ! L’aficionado local et régional a répondu présent pour voir cette fiesta campera annulée le 26 avril et, au sortir des arènes, il faisait bon voir les sourires autour de l’apéritif puis du repas servi sur place. Trois novillos costauds des frères BATS ont servi dans l’ensemble et contribué au succès de ce 8 mai. Une oreille pour Thomas BAQUE, rejoneador régional et fort appliqué avec, peut être, un peu trop de timidité face à ce public enjoué. Hélas pour lui, Mario GUIRAO n’était pas dans un bon jour y compris lame en main. Triomphe donc de MORENITO DE ISTRES qui est venu glaner une oreille après une faena appliquée débutée par une portagayola et trois faroles ! Le minot s’applique, torée de tête et écoute les conseils de son professeur Richard Milian. Sans une mise à mort à la va vite ce sont deux oreilles qui auraient pu dégringoler du Palco. Le métier viendra.
Pierre Charrain.

DON BULL S'EXPLIQUE

Pedro Haces, empresario mexicain plus connu sous l'apodo de Don Bull depuis qu'il a annoncé sa feria de Las Vegas, a expliqué ainsi les raisons qui l'ont conduit à monter ce projet : «La première est que la majorité des gens n'aime pas voir le sang couler et en outre il n'est pas possible d'organiser aux Etats Unis des spectacles où l'on maltraite des animaux.» Avant d'ajouter : «Il s'agit d'une Fiesta Brava moderne susceptible d'accueillir une plus grande variété de spectateurs». Comme les antis, par exemple ?

MICHELITO REPREND SA TEMPORADA

Un temps interrompue pour cause de grippe porcine, la temporada reprend au Mexique et Michelito - le torero le plus actif de tous les escalafones dans son pays - pourra honorer la longue série de courses auxquelles il doit participer. La première est prévue le 13 mai dans les arènes de Rancho Viejo. À ce jour, Michelito a toréé à 26 reprises, coupé 38 oreilles, 3 queues, et indulté un becerro.

PERIPLE À LA FERIA DE SANJOANINAS

Périples Lointain, spécialiste des voyages en terres taurines, organise du 24 au 28 juin un voyage à la feria de San Joaninas aux Açores. Pour tous renseignements : www.periples-lointains.fr

BAYONNE PRESENTE SA TEMPORADA

Olivier Baratchart, directeur des Arènes et Alain Lartigue, mandataire taurin de la Ville de Bayonne, présenteront les cartels de la temporada bayonaise (avec vidéos des toros retenus)
le jeudi 14 mai (19h30) à BORDEAUX, au restaurant espagnol EL ASADOR (7, quai de la Monnaie),
le vendredi 15 mai (19h30) à PAU, à la Bodega de MEILLON, avec le Club Taurin Joseph Peyré le lundi 18 mai (19h) à TOULOUSE, au restaurant J’GO (16, place Victor Hugo). Entrée libre partout.

MICHEL CAMPISTRON EXPOSE À NÎMES

Notre compañero Michel Campistron expose son travail à Nîmes du 28 mai au 9 juin a la Galerie MATHYS, 4 rue de la couronne ( face parking des arènes).

FERIA DE VIC

Samedi 30 mai à 11 heures novillos de « Flor de Jara » pour Juan Luis Rodriguez, Juan Carlos Rey et Tomasito. L’après-midi : toros d’Escolar Gil pour “Rafaelillo”, Sergio Aguilar et David Mora. Dimanche 31 mai à 11 heures corrida concours avec les toros de  Miura, Palha, Victorino Martin, Cebada Gago, Escolar Gil et Fuente Ymbro pour « El Fundi », Javier Valverde et Luis Bolivar. L’après-midi toros de Fidel San Roman pour Diego Urdiales, Julien Lescarret et Alberto Aguilar. Lundi 1 er juin  toros de  « La Quinta » pour Luis Francisco Espla, « El Fundi » et Sergio Aguilar.
Pour la corrida du vendredi 7 août en nocture les toros seront de “L’ASTARAC”.
tel  0 892 56 32 32 ---05 62 06 56 55 -- fax 05 62 06 48 20 ou sur ctv@clubtaurinvicois.com. Vente des places en ligne sur le site du Club Taurin
.

FEDERATION DES CLUBS TAURINS DE BEZIERS

Aux arènes de Portiragnes, prés de Beziers, le dimanche 17 mai à 11 heures tienta de trois vaches braves de Robert Margé par les élèves de l'école de Béziers accompagnés par le torero "San Gillen" Prix de la journée: tienta+apéritif+repas : 20 euros.  Tienta+apéritif :10 euros. Une salle est prévue pour le repas en cas de mauvais temps Renseignements et inscription : tel 06 78 67 81 27.

CARTEL D'EAUZE

Dimanche 5 juillet à  11 heures novillada sans picador avec 4 novillos du Lartet. À18 heures corrida de Garcigrande et Domingo Hernandez pour Antonio Ferrera, - Joselito Adame et Ruben Pinar.

CARTELS DE MADRID

Feria de la Comunidad. Jeudi 30 avril. Novillos de Moreno Silva pour Julián Simón, Nuno Casquinha et José Carlos Venegas. Vendredi 1er mai. Novillos de José Vázquez pour Román Pérez, Fernando Tendero et Javier Cortés. Samedi 2 mai. Un toro de Guadalest pour Javier San José et six de Carmen Segovia pour Miguel Abellán, Diego Urdiales et Luis Bolívar. Dimanche 3 mai toros de Adelaida Rodríguez pour López Chaves, Andrés Palacios et José Calvo qui confirmera son alternative.
Feria de San Isidro. Jeudi 7 mai toros de Martelilla pour Eugenio de Mora, Joselillo et Emilio de Justo. Vendredi 8 mai toros de Gerardo Ortega pour Antonio Barrera, Sergio Aguilar et Leandro. Samedi 9 mai toros de Salvador Domecq pour Miguel Abellán, El Capea et David Mora qui confirmera l'alternative. Dimanche 10 toros de Los Recitales pour Curro Díaz, Iván Vicente et Ambel Posada. Lundi 11 novillos de Montealto pour Miguel Tendero, José Manuel Mas et Javier Cortés. Mardi 12 toros de José Luis Pereda pour Antonio Ferrera, Morenito Aranda et Iván Fandiño qui confirmera l'alternative. Mercredi 13 mai toros de Las Ramblas pour Juan Bautista, El Fandi et Luis Bolívar. Jeudi 14 toros de Garcigrande pour Morante, Castella et Alejandro Talavante. Vendredi 15 toros de Cortés pour Antonio Ferrera, Matías Tejela et Luis Bolívar. Samedi 16 toros de Los Espartales pour Hermoso de Mendoza, Andy Cartagena et Sergio Domínguez qui confirmera son alternative. Dimanche 17 toros de José Escolar pour Sánchez Vara, Rafaelillo et Fernando Robleño. Lundi 18 novillos de La Quinta pour Daniel Martín, Miguel Angel Delgado et Mario Aguilar. Mardi 19 toros de Núñez del Cuvillo pour El Juli, El Cid et Miguel Ángel Perera. Mercredi 20 toros de Peñajara pour Miguel Abellán, Serafín Marín et El Payo qui confirmera l'alternative. Jeudi 21 toros de Juan Pedro Domecq pour Morante, Manzanares et Ruben Pinar qui confirmera l'alternative. Vendredi 22 toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Perera et Talavante. Samedi 23 toros de Fermín Bohórquez pour Fermin Bohórquez, Hermoso de Mendoza et Álvaro Montes. Dimanche 24 toros de Samuel Flores pour López Chaves, Diego Urdiales et Javier Valverde. Lundi 25 novillos de Guadaira pour Francisco Pajares, Pablo Lechuga et Juan Carlos Rey. Mardi 26 toros de Parladé pour Uceda Leal, El Fandi et Daniel Luque. Mercredi 27 toros de Palha pour Paulita, Serranito et Israel Lancho. Jeudi 28 toros de Cebada Gago pour Luis Miguel Encabo, Fernando Cruz et Salvador Cortés. Vendredi 29 toros d'Adolfo Martín pour Frascuelo, Javier Valverde et Rafaelillo. Samedi 30 toros de Victorino Martín pour El Fundi, El Cid et Diego Urdiales. Dimanche 31 toros de Flores Tassara pour Joao Moura, Leonardo Hernández et Joao Moura hijo.
Feria de l'Anniversaire. Mardi 2 juin toros du Puerto de San Lorenzo pour El Fundi, El Cid et Sebastián Castella. Mercredi 3 juin Corrida de Beneficencia. Toros de Victoriano del Río pour El Juli, Manzanares et Perera. Jeudi 4 toros du Pilar pour Uceda Leal, Alejandro Talavante et Daniel Luque. Vendredi 5 toros de Victoriano del Río pour Esplá, Morante et Sebastián
Castella. Samedi 6 toros de Luis Terrón pour Antonio Domecq, Andy Cartagena et Sergio Galán. Dimanche 7 toros de  Alcurrucén pour Antonio Ferrera, Matías Tejela et Rubén Pinar.

ACTIVITES DANS LES CLUBS ET PEÑAS

Retrouvez le programme complet des activités dans les clubs et peñas pour les prochaines semaines en page "agenda".

ALEJAN CELEBRE SON PREMIER ANNIVERSAIRE

En effet, voilà 1 an que ALEJAN ouvrait son site en France, c’était le 01 Décembre 2007.
1 année durant laquelle vous avez pu découvrir et apprécier la qualité de nos vêtements 100% Français.
1 année riche en actions pour les jeunes des écoles taurines qu’il faut continuer à soutenir car ils sont l’avenir de notre Culture.
1 année de triomphes pour ALEJAN qui se positionne, grâce à vous, comme la marque des vrais aficionados, fiers de porter nos valeurs, celle des professionnels et de nos matadors qui aiment porter ALEJAN et le font savoir.

Pour célébrer cet anniversaire et vous remercier de votre confiance, ALEJAN vous offre, du 15 Octobre au 20 Novembre 2008, 3 avantages cadeaux :
 -       
Les frais de port gratuits pour toute commande supérieure à 100 Euros
 -        La participation au tirage au sort pour gagner 15 abonnements de 1 an à Terres Taurines pour toute commande supérieure à 150 Euros. *
 -        Une nouvelle Collection  d’une trentaine de tissus supplémentaires 
ALEJAN porte en elle ces valeurs que nous partageons dans la Tauromachie :
-       
Vous respectez en vous offrant des produits de Qualité Française
-        Soutenir l’Avenir de notre Aficion que sont ces jeunes apprentis toreros
-        Etre Fier de revendiquer notre Passion Rejoignez-nous sur le www.alejan.eu pour célébrer cet anniversaire et continuer ensemble cette Aventure d’Utilité Taurine. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté…

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 












imprimez cette page