L'AFICION DE DEMAIN



Même si la menace qui pesait sur les mineurs de ne plus pouvoir entrer aux arènes semble d'ores et déjà écartée au terme des réunions qui se sont tenues au ministère de l'agriculture et au cours desquelles l'Observatoire a fait passer son point de vue, tout reste encore à faire.

À commencer par faciliter l'entrée aux arènes de ceux qui seront l'aficion de demain. Car il ne sert à rien de préserver leur droit si la barrière économique les empêche d'y accéder et si, baisse du pouvoir d'achat oblige, leurs parents ne peuvent plus les y emmener.

Précurseur en la matière, l'empresa d'Arles, de concert avec la ville, a mis en place depuis plusieurs saisons un "passeport pour les arènes" qui a déjà permis à plusieurs centaines de jeunes de s'installer dans les tendidos grâce à un abonnement spécifique à prix très réduit. D'autres arènes adapteront-elles le projet chez elles ? il faut le souhaiter.

D'autres initiatives ont vu également le jour, mais à plus petite échelle, comme à Bayonne où les très jeunes aficionados sont initiés, ou à La Brède cette année où l'entrée gratuite sera offerte aux mineurs de seize ans. À Mont de Marsan cette année, un "Pack Jeunes" sera proposé aux moins de 25 ans, grâce auquel ils bénéficieront d'une réduction de 50% pour l'achat groupé de deux places pour les deux spectacles du mardi.

Grâce à un jeune aficionaute très sensibilisé par le sujet, un projet à plus grande échelle circule désormais et plusieurs arènes ont manifesté de l'intérêt. Il faut aller plus loin et ouvrir les portes en grand. L'aficion de demain doit être aidée.


André Viard