Dimanche 11 mai 2008


EDITO


FEUX CROISES


Alors que finalement pas grand monde ne commente la grave blessure reçue par José Tomas à Jérez, celle que vient de subir Matias Tejela à Nîmes survient fort à propos pour rappeler à ceux qui l'ignorent que les toros dits "commerciaux" blessent et tuent aussi. Voir l'édito. CV d'André Viard



ACTUALITE

NÎMES MATIN : DEUX OREILLES CASTELLA, UNE PONCE

Six toros de Zalduendo mobiles et collaborateurs les second et (surtout) troisième, plus ou moins éteints à la muleta les autres. Ponce, oreille et ovation. Castella deux oreilles et ovation. Cayetano: salut et ovation.
Le premier s'élança avec classe et alegria mais resta passif sous le fer (manque de pouvoir?). D'entrée Ponce maîtrisa sa charge sur chaque millimètre de son déroulé. Hélas, son manque de force compromit le rythme des séries. Dans les planches, en fin de parcours, à toro quasiment arrêté, Ponce se surpassa dans le registre du temple et de la douceur. L'entière efficace consolida l'oreille. Symboliquement présenté au cheval, le faible quatrième ne révéla sa classe que dans les leurres qu'il suivit aux allures du galop et en baissant la tête bien avant d'arriver à juridiction. Prévoyant que dans cet exercice il épuiserait vite ses pauvres réserves physiques, Ponce ne le brinda pas et lui servit une faena d'infirmier précautionneux. Dans ce rôle aussi, quel talent ! Entière. Descabello. Ovation.
Le second subit deux brèves rencontres en engageant les reins. Il attaqua les statuaires de réception avec un galop suave. Entre chaque série Castella prit soin de le citer de loin pour lui ménager des temps de respiration. Il put ainsi lier en série des passes irréprochablement synchronisées à la charge. Il ne réduisit les distances qu'au final pour assurer une courte séquence d'encimismo. Entière. Deux oreilles, la seconde légèrement contestée. Le cinquième poussa brièvement avec classe et confirma son fond de caste en répétant dans les leurres, mais il ne dura pas. Castella le défia, dans le grand axe de la piste, pour un cambio inouï de flegme, puis il se retrouva sans partenaire. Face à un toro quasi arrêté, il réussit la performance de lui inventer un faena à contre style; toute en douceur et mesure. Il tua mal. Ovation. L'excellent troisième poussa en aplomb sur ses quatre membres, tête fixe dans le bas du peto. Il prit la muleta dans la même attitude idéale. Il collabora pleinement à la valorisation du toreo profond et chaleureux, mais encore un peu scolaire de Cayetano. Ce dernier ponctua ses séries, classiquement exécutées, de remates personnalisés, mais versa dans la facilité lors d'un final tout en enchaînement de molinetes. Pinchazo. Entière. Deux descabellos. Salut. Reins engagés, comme ses frères, le dernier ne démérita pas aux piques. Cayetano lui prit efficacement le mufle dans les plis de sa muleta présentée très en avant. En dépit de quelques fautes de synchronisation, il posa à droite des gestes très purs. A gauche son allonge exceptionnelle lui permit deux superbes séries d'un grande lenteur. Une mise à mort sans brio par deux pinchazos avant une lame efficace, lui coûtèrent un trophée. Ovation. Belles éclaircies, crème solaire de rigueur, public pertinent, ce qui est rare avec une arène pleine. 
Frédéric Pascal. Voir reportage Roland Costedoat.

NÎMES APRES-MIDI : GRAVE CORNADA DE MATIAS TEJELA

Cinq toros de El Pilar et un de Moise Fraile lidié en quatrième. Enfin on à vu des piques. Les second troisième et cinquième furent de vrais bravos solides et encasté avec mention spéciale pour le cinquième, n°63 , très complet, honoré de la vuelta et qui, en d'autres mains, se serait montré encore meilleur. Le premier ne mit pas la tête, le dernier fut un manso brusque et dangereux. Le Fraile sortit tout mou. Castella division, une oreille et une oreille. Cesar Jimenez: salut et une oreille. Matias Tejela: deux oreilles après blessure.
Le premier fit illusion lors de deux brèves rencontres mais ne confirma pas dans la lidia à pied. Il refusa de baisser la tête et se fit volontiers crocheteur des deux cornes. Castella essaya bien de résoudre le problème en forçant les sorties par le bas mais c'est alors avec les antérieurs que le toro accrocha la muleta. La réussite n'accompagna pas plus l'épée.  Division. Le Moïse Fraile manqua de conviction au cheval. Il répondit tout aussi mollement aux cites de Castella. Au prix d'un arimon impressionnant, la capacité de ce dernier à maîtriser les distances courtes, lui permit de sortir une faena d'un toro aussi mobile qu'une enclume. Deux pinchazos avant une entière. Une oreille. Le sixiéme, qui echut à Castella du fait de la blessure de Tejela. Prit une première pique par surprise puis sortit en ruant des deux rencontres suivantes sans laisser au piquero le temps de le châtier. Castella opta pour l'affronter avec toute sa force alors que sa couardise lui faisait accumuler les réactions imprévisibles. Dès qu'l ne craignit plus pour sa sécurité il accepta de suivre vaguement la muleta mais tout en conservant une brusquerie prononcée. Castella sut en éviter les ressacs mais pas une ruade traîtreusement décochée en plein genou à la sortie d'un pecho. Le combat fut adapté aux conditions de l'animal, Castella se sortant à plusieurs reprises de situations délicates grâce à sa froide détermination et une habileté de tous les instants. Le souffle de l'épopée passa sur le public qui obtint une oreille après une entière suivie de deux descabellos. Au bilan c'est avec les trois mauvais toros du lot qu'il a réussi à couper deux oreilles. Le second afficha vite son tempérament. Il fut le premier à être récompensé par deux vrais piques ou il montra aussi du nerf et une inclinaison défensive à jouer des cornes. Sa caste vive sema une petite pagaille aux banderilles. Le style rêche et autoritaire qui rend Cesar Jimenez assez froid servit ici son propos. Il s'imposa classiquement par derechazos et naturelles puis put toréer avec le corps plus relaché sans perdre en transmission. Entière et pétition justifiée mais manifestement minoritaire. Salut. En cinquième sortit le n° 63. Il obtint une chute au premier contact puis se livra chaque fois plus dans un grand style lors des deux suivants. Il confirma ses caractéristiques de toro complet en donnant de longues et loyales charges à Cesar Jimenez. Au point qu'il en devint trop facile pour ce dernier qui eut du mal à sussiter une émotion à la hauteur des qualités de son adversaire. Une seule oreille après deux pinchazos et une entière. Vuelta émouvante à la dépouille.
Le troisième reçut une vrai ration de fer en poussant tête basse et perpendiculairement au peto. Il se laissa rapidement dominer puis répondit à toutes les sollicitations de Matias Tejela. Avec un tel matériel, ce dernier accumula les passes, certaines de grande qualité et d'autres moins bien finies. L'ensemble dégageant cependant un charme juvénile incontestable, du fait de l'évidente prise de risque. Ce que confirma l'engagement du maestro à la mort. Soulevé violemment par la corne droite  le Pilar le repris en l'air de sa corne gauche. Il tomba sur le garrot et fut repris une troisième fois dans sa chute; Une vision d'horreur. Visiblement touché il revint dans les cornes pour enfoncer une entière avant de rejoindre l'infirmerie. Deux oreilles.Temps maintenu beau. Matias Tejela souffre d'une cornada de quatre trajectoires dont deux superficielles. Il a été opéré à Nîmes et son état n'inspire aucune inquiétude .
Frédéric Pascal. Voir reportage Roland Costedoat.

VIC MATIN : MORUCHADA DE PEREZ DE LA CONCHA

Impressionnants de présentation, les novillos de Perez de la Concha ont été calamiteux de comportement. Sans race, sans caste, ils ont fait fausse impression sous les piques en poussant avec force mais sans classe lors de dix neuf rencontres. Dotés de robes grises et blanches pour la plupart, il ne leur a manqué qu’une cloche autour du cou pour une autre utilisation que le combat dans une arène. Les novilleros ont fait preuve d’un immense courage pour affronter ces adversaires particulièrement dangereux, surtout les premier et quatrième. Joao Ferreira, silence et silence, Julien Dusseing « El Santo », salut et silence, Marco Leal, silence et silence. Ferreira ne peut rien faire face à son premier. Impossible à cadrer à la cape, le novillo lui infligera une terrible voltereta dès le premier muletazo, heureusement sans conséquence. Il s’en débarrassera de trois pinchazos, un descabello, silence. Face à son second, il sert quatre véroniques mais le danger est permanent. Copieusement châtié à trois reprises, le novillo ne se préoccupe pas de la muleta et tente d’attraper le portugais par tous les moyens. Il n’y parviendra pas et Ferreira l’abat d’un mete y saca, quatre pinchazos, silence. Le Santo sera un peu mieux loti. Six véroniques pour recevoir son premier qui prend trois grosses piques. Le novillo semble se laisser manœuvrer à gauche mais la mala casta reprend le dessus et Julien se montre à son avantage à la mort par un pinchazo puis une entière, un avis un descabello, salut. Face à son second rien à voir, le novillo est impossible à la cape et à la muleta. Un bajonazo, silence. Marco Leal fait preuve de cran et de courage face à son premier qu’il combattra avec détermination. Il réussira à arracher quelques muletazos mais au prix d’un terrible effort. Deux pinchazos, un avis, une entière, quatre descabellos, silence. Son second est un énorme novillo faible, qui semble mieux disposé dans son combat. Il va accepter deux ou trois séries avant de reprendre son genio. ¾ d’épée, trois descabellos, silence. ¾ d’arène, temps couvert, 16°.
Jean-Paul Campistron

VIC TARDE : FUNDI A HOMBROS, OREILLE POUR RAFAELILLO ET LESCARRET

Sans excès de poids et avec des trapios harmonieux, le lot de Robert Margé était doté d’armures redoutables, adaptées aux arènes de Vic. Pour cette corrida d’ouverture les toros français ont fait preuve d’une belle bravoure dans leur ensemble et sans l’acharnement des picadors durant leur tercio, ils auraient pu développer une certaine noblesse dans la dernière phase de leur combat. Hormis le cinquième, qui se réfugia trop vite contre les planches, tous les autres possédaient suffisamment de noblesse et de bravoure pour suivre les leurres mais sans niaiserie. La caste vive et le piquant des Margé n’autorisaient aucune erreur. L’autre ennemi du jour fût le vent qui a joué en défaveur de ceux qui ont tenté d’élaborer leur ouvrage au centre du ruedo. José Pedro Prados « El Fundi », oreille et oreille, Rafael Rubio Lujan « Rafaelillo », oreille et silence, Julien Lescarret, silence et oreille.
Le Fundi regarde son premier opposant aller et venir dans le ruedo sans essayer de l’intéresser à sa cape. Le toro entre en contact deux fois avec le groupe équestre sans force, plutôt violemment mais avec classe. Durant la lidia le toro fait l’avion sur le côté gauche dans les capes des peones. Très à l’aise aux palos, le madrilène entame sa faena par des doblones appuyés. En grand professionnel, José invite son adversaire le long des planches, à l’abri du vent pour servir un ouvrage sur le côté gauche principalement. En économisant le toro, par série de deux passes ajustées et libérées par des pechos doublés, le madrilène sert un travail sérieux, posé, et parfaitement maîtrisé. Entière caida jusqu’aux ongles et malgré la maladresse du puntillero, l’oreille tombe. Son second possède une corne gauche terrifiante qui avertit le Fundi dès la troisième passe en lui déchirant le capote d’un coup sec. Le toro vient bien de loin et prolonge sa course bien au delà des capotazos donnés. A la pique le toro revient deux fois avec bravoure mais tête haute. Le châtiment est impitoyable. Astucieusement entrepris sur la corne droite, la faena débute par trois séries limpides. Le Fundi tente à gauche mais le toro est court et confirme sa réticence sur ce bord. Retour à droite pour un superbe derechazo enchaîné par deux pechos successifs qui enflamment les tendidos. Une demie trasera, un descabello, oreille.
Rafaelillo reçoit son premier par des véroniques longues mais brusques. Le toro prend deux vilaines mais énormes piques en poussant bravement. Malgré l’épreuve, le toro entre avec allégresse dans la muleta du murciano. Celui-ci enchaîne les premières séries avec succès mais ses déplacements sont rapides, saccadés. Ces défauts nuisent à la qualité esthétique mais le torero est volontaire et son abnégation ajoutée à la qualité de son coup d’épée seront couronnées d’une oreille. Face à son second, un toro impressionnant d’armure, Rafelillo sert cinq véroniques et deux bonnes demies. Le toro est violent au contact du peto, prend trois piques mais manque de force. Trop piqué il s’éteint complètement à la muleta. Il n’accepte aucun muletazo et le torero se décourage rapidement pour clôturer d’un pinchazo suivi une demie dans le cou, silence.
Devant son premier, Julien Lescarret débute mal en se faisant arracher le capote dès la troisième véronique. Le toro est brave au cheval et vient se faire châtier trois fois. Bonne entame de Lescarret sur le flanc gauche mais le toro relève la tête en fin de passe. Julien continue son travail au centre en plein vent et subit plusieurs désarmés. L’erreur technique se paie cash car la caste vive du toro prend vite le dessus et oblige le français à toréer sur la défensive. ¾ d’épée tendida, pinchazo puis 1/3 caida, trois descabellos, un avis, silence. Face au dernier, Julien s’applique et dessine quatre véroniques excellentes en gagnant du terrain. Le toro prend deux piques, tête haute mais avec bravoure. Le landais débute sa faena avec habileté et les deux premières séries à droite sont bien guidées. Sous pression, il réalise un ouvrage désordonné mais méritoire, surtout à droite. A gauche le toro est court et s’éteint en fin de faena. Julien jette son corps entier sur la corne droite pour enfouir une entière jusqu’aux ongles, le toro lutte en brave et oblige le torero au descabello. Oreille de poids pour le landais. Un peu plus de trois quarts d’arène, vent gênant mais pas de pluie avec 20°.
Jean-paul Campistron. Voir reportage André Viard

ZOCATO PRIX HEMINGWAY

Notre compañero Zocato s'est vu décerner le prix Hemingway hier à Nîmes pour sa nouvelle intitulée "Arequipa, Pérou". Enhorabuena pour ce petit chef-d'oeuvre (40 lignes à peine, c'est ça le talent).

TIENTA À LA GANADERIA DE L'ASTARAC

Jean-Louis Darré invite les aficionados à participer à la traditionnelle tienta qu'il organise dans sa ganaderia de l'Astarac le lundi matin de Pentecote. Au programme, 10 heures tienta de six becerras de l'Astarac et du Camino de Santiago par Julien Lescarret et Mehd Savalli, 12 heures repas champêtre. En avant-première, le ganadero présentera aux aficionados présents les toros de la première corrida de l'Astarac qui seront combattus le 8 août à Vic. Pas de réservations, participation 40 €.

L'EXPO DU QUITE

L’exposition taurine 2008 « El Arte del Toreo » qu’organise la Peña El Quite  propose les œuvres de plusieurs artistes. José López CANITO, célèbre peintre taurin madrilène, ( qui expose en même temps à « Las Ventas » et a réalisé toutes les affiches du Mexique), Isabelle HUSSON artiste dacquoise réputée dont une de ses œuvres illustre la couverture de « Matadores » ( de Antonio Picamills ), Serge LAFOURCADE, photographe d’art, créateur de l’affiche de la Madeleine 2006, Bruno BARTOLI qui présente des luminaires à thème taurin, et enfin le jeune Montois Yannick GRILLON, auteur de l’affiche de la Madeleine 2008. Minoterie de Mont de Marsan du 17 Mai au 28 Mai de 10 h. à 12 h. et de 14 h à 18 h 30.

SAN ISIDRO EN DIRECT SUR LE NET

Plus besoin d'être abonné à Digital +
pour suivre la San Isidro puisque l'on peut cette année voir toutes les corridas de Madrid en direct ou en différé sur le site plus.es moyennant un paiement de 6 € par carte bleue à condition de disposer d'une connection adsl. http://feriastaurinas.plus.es/

D'AFICIONADO À AFICIONADO

Pour Nîmes, à vendre prix coûtant, 5 seconde A rang 3 76 euros chacune pour le lundi 12 mai après midi (juli/perera/mendoza) 06 10 85 73 26
À vendre aussi, 2 abonnements pour la Feria de Vic au dernier rang soleil. Prix 122 € chacun, les deux vendus ensemble 244 €. Contact : 0622771150
Cède à prix coûtant deux abonos complets Feria de Vic Fezensac. Bien placés. Ombre. 8ème rang. Pas de tête qui gène, garde corps pour s'appuyer. 216 € l'un, indissociables. Tel 0613492674
Pour Vic aussi :
abonnement en barrera soleil (240 euros) pour les 4 corridas disponible chez Patrice Sifflet : 06 80 40 39 97, gïte Les Picaud : 05 62 64 43 59


ROMERIA DE MAUGUIO

La roméria de Mauguio aura lieu les 6, 7 et 8 juin. Samedi 7 à 17h30, spectacle équestre "Cheval star".  Dimanche 8 à 17h30, toros de la ganaderia Gallon avec Marc Serrano, Javier Valverde et Mehdi Savalli.

L'OPUS 17 EN KIOSQUES

L'opus 17 de Terres taurines est en kiosques. Au sommaire, quatre aventures humaines bien distinctes construites autour du toro : celle bien triste du "Dernier Nabab" de Salamanca, Alipio Pérez-Tabernero, celle plus gaie de "la pierre philosophale" du mundillo, José Luis Marca, celle fascinante de la famille Fano et celle riche d'espérances d'Iñigo Sanchez-Urbina, ganadero de Sepulveda, dont la "Nouvelle vague" nous offre l'occasion d'une réflexion de fond sur le spectacle de demain et l'évolution de la bravoure...

NOVILLADA DE CAPTIEUX

Dimanche 1er juin à 17 heures, novillos de Los Bayones pour  Ruben Pinar, José Manuel Mas et Roman Pérez.

PARIS : HOMMAGE À CESAR RINCON

Le lundi 2 juin, soirée privée en hommage à César Rincon. Le grand Maestro Cesar RINCON vient de mettre un terme à sa carrière lors d’une corrida mémorable le 24 février dernier à Bogota. PERIPLES LOINTAINS organise en collaboration avec l’Ambassade de Colombie et les Clubs Taurins de Paris une grande soirée privée en hommage au Maestro le lundi 2 juin prochain. Elle se déroulera dans le cadre magnifique du Théâtre Edouard VII (Paris 9°), sera présentée par Pierre Albaladejo, Vincent Bourg « ZOCATO » et sera honorée par les présences de  Son Excellence Fernando Cepeda Ulloa, ambassadeur de Colombie, le Maestro Cesar Rincon, les deux compagnons de son premier cartel en France, les maestros José Ortega Cano et Patrick Varin et des invités surprises. Cet évènement sera clôturé par un apéritif / cocktail dans les salons du Théâtre. Participation : 35 € par personne Pour recevoir votre invitation personnalisée, contacter : PERIPLES LOINTAINS Tel : 01.53.24.66.88 Fax : 01.48.01.08.00 ou E-mail


VIENT DE PARAÎTRE

Plusieurs ouvrages dignes d'intérêt viennent de paraître ou sont annoncés. Chez les Bibliophiles Taurins de l'UBTF, "La Tauromachie à Vichy" de Philippe Lavastre, historien et ancien membre de la Casa Velazquez. 133 pages noir et blanc, 20 €, distribué dans les librairies des villes taurines ou directement auprès de l'UBTF (4 Plan de Thau, 34540 Balaruc les Bains ou par mail). Chez Cairn, "Les Pourquoi de la Corrida" de nos compañeros Michel Gardère, Jean-Luc Mano et Jean-Louis Normandin auxquels s'est joint comme chef de lidia Marcel Garzelli. 79 pages noir et blanc,13 € . Chez les Editions de Paris enfin, dans la catégorie beaux livres, "La Belle Epoque de la Corrida", dans laquelle notre compañero Jean-Louis Lopez a réuni une documentation somptueuse à partir des journaux de l'époque. Préface de François Zumbielh. (format 24x28,5, relié cartonné quadri, 144 pages, 32 €).


JOSE MANRUBIA À VIC ET NÎMES

Notre compañero José Manrubia expose ses oeuvres dans le cadre des ferias de Vic et de Nîmes. Les vernissages respectifs auront lieu le mercredi 7 mai à 21h15 à l'Espace Pablo Romero ( rue E.Jamais) dans le cadre de la féria de Nîmes et le samedi 10 mai après la corrida au Hang'art de Vic - Fezensac ( à 50 m des arènes) dans le cadre de la féria de Vic.

LA SPA EN QUESTION

Très prompte à donner des leçons de morale, la SPA n'est pas exempte de reproches et depuis de nombreuses années plusieurs articles de presse ont dénoncé ses dérives également sanctionnées par un rapport très critique de la Cour des Comptes. Le combat contre la tauromachie est-il l'arbre qui cacherait la forêt ? La question mérite d'être posée. Voir

TERCIOS LE 10 MAI

Tercios n°128 sera diffusé la samedi 10 mai 2008 à 11 h 05, proposé par Jean-Michel Mariou. Depuis quelques années en Espagne, une nouvelle forme de tauromachie, née dans la rue, s’est imposée peu à peu dans les arènes : les recortadores mélangent les sauts et les écarts devant des toros en pointe. Le premier concours officiel en France a eu lieu l’été dernier à Parentis en Born. Tercios vous propose aussi une rencontre avec le jeune toréro Alejandro Talavante, en tienta à la ganadéria « Las Mojas », à Lora del Rio. Et pour terminer, une visite chez les Bats père et fils, nouveaux éleveurs de toros bravos, à Montsoué, près de Saint Sever dans les Landes…

SIGNATURES À LA LIBRAIRIE TEISSIER DE NÎMES

La librairie Teissier de Nîmes propose les signatures suivantes : Vendredi 9 mai à 16 heures : Simon CASAS " l'envers de la cape " éd. Fayard ; Jacques DURAND " 20 ans de chroniques tauromachiques " éd. Atelier Baie ; Francis WOLFF " philosophie de la corrida " éd. Fayard. Samedi 10 mai à 16 heures : Eddie PONS " tout et n'importe quoi sur le cigare " éd. Diable Vauvert ; Antoine MARTIN " Cape de Mandrake " éd. Diable Vauvert ; Robert BERARD et les autres auteurs du prix Hemingway " Corrida de muerte " éd. Diable Vauvert. Dimanche 11 mai à 16 heures : Francois-Xavier GAUROY " sous le sable des arènes " éd. Timée et sous réserve, François ZUMBIEHL " discours sur la corrida " éd. Verdier ; Virginie GIRARD qui présentera " Ecrits sur les taureaux de Miguel de UNAMUNO ".

HOMMAGE À HUBERT YONNET

Le Samedi 17 mai sera organisée au mas de la Bélugue et aux arènes des Salins de Giraud une journée en l'honneur de la ganaderia Hubert Yonnet. Visite de la ganaderia, tienta et repas sont au programme. Pour réserver : 0671729404 et 0684207656.

LES ACTIONS D'ALEJAN

S'étant donné pour objectif d'aider les écoles taurines françaises par le biais de partenariats, la marque Aléjan possède déjà quelques actions à son actif. Outre l'abonnement de tous les élèves des écoles taurines françaises à Terres Taurines, Aléjan a offert un novillo d'El Palmeral en privée pour Mario Guirao le 18 février, un capote à Patrick Villebrun le 7 mars, un jeu d'épées et descabello à Tomas Bournel le 10 mars, un capote à Matéo Julian le 17 mars. Aléjan prévoit trois nouvelles actions en mai et juin, toujours dans l'optique d'aider les écoles et leurs élèves. Les toreros français en activité à qui a été présentée la démarche d'Aléjan vont lui apporter leur soutien pour aider à la formation des jeunes. Rappelons qu'Alejan est née un jour de féria de Séville, de la rencontre de deux aficionados dans les salons de l'hôtel Colon. L’un est une des personnes les plus influentes de la mode espagnole et l’autre un aficionado français amoureux de l’art de vivre andalou. Ce virtuose de l’élégance andalouse crée, dessine et fabrique pour les toreros des modèles de chemises à la demande et sur mesure. Les collections sont entièrement dessinées et conçues par ses soins avec une exigence sur le choix des tissus commandés et fabriqués à la commande dans les meilleures maisons françaises, italiennes et volontairement brodées en France, garantie d'un résultat soigné. Plus qu'une nouvelle marque sur le marché très saisonnier des ferias estivales, Alejan veut être fidèle à sa devise et à son principe de "Porter nos valeurs avec fierté", tout au long de l'année. Enhorabuena !

SIGNATURES À LA LIBRAIRIE GOYARD DE NÎMES

La librairie Goyard organise à Nîmes diverses séances de signatures : vendredi 9 mai 15h30 :François Zumbiehl « le Discours de la Corrida » éditions Verdier. « Manolete» éditions Autrement. Pierre Dupuy «  la Ganaderia Saltillo » aux éditions Toros. Michel Gardère « Les pourquoi de la corrida » aux éditions Cairn. Jacques-Alain Raynaud réalisateur, dvd « Les yeux dans le noir », »Le rouge dans le noir », coffret dvd « Trilogie du grand roman de la Tauromachie Française ». Samedi 10 mai 15h30 : François-Xavier Gauroy « Sous le sable des arênes tome 2 » aux éditions Timée. Christian Gabanon et François-Xavier Gauroy « Corrida emotions » éditions Timée. Virginie Girard « Ecrits sur les taureaux » de Miguel de Unamuno. Edition les fondeurs de briques. Jacques Durand « 20 ans de Chroniques Tauromachiques »  Atelier B. Dimanche 27 mai 15h30 : Prix Hemingway 2008, rencontre avec les auteurs autour du recueil « Corrida de muerte et autres nouvelles » en présence du lauréat 2007 Robert Bérard.

VOYAGE D'ARLES À MADRID

Le CT Paul Ricard d'Arles organise un voyage du 26 mai au 1 juin inclus pour la San Isidro. Une novillada, 5 corridas et une de rejones avec les ganaderias Guadaria, Puerto de San Lorenzo, Palha, Adolfo Martin, Victorino Martin. Les toreros seront connus le 1 avril mais Juan Bautista, Juli, Perera, Encabo, Bolivar, Fundi, Talavante Cid... sont annoncés. Le voyage comprend aussi deux visites de ganaderias (Escolar Gil et Victoriano del Rio). Places (7)+ hotel  centre ville+ déplacement en car pour 600 euros par personne. renseignements aux 0680236008 ou 0686274600.

LES VINGT ANS DE L'ECOLE TAURINE D'ARLES

L'école Taurine d'Arles fêtera ses 20 ans au Arènes de Sonnaillier, le 31 mai en organisant une novillada sans picadors avec les élèves de l'Ecole, le 1er juin en organisant un festival avec les Matadors issus de l'Ecole (El Lobo, Morenito d'Arles, David Lombardo, Diamante Negro, Mehdi Savalli et Jérémy Banti) Repas et concert sont prévus.

LA MULETA EN LIGNE

Le Club Taurin La Muleta de Vendargues invite les aficionautes à visiter son site pour découvrir ses activités : www.clubtaurinlamuleta.fr.

L'UTB ET LE CTB EN LIGNE

Nos amis de l'Union Taurine Biterroise sont désormais présents en ligne et vous invitent à les visiter :
www.uniontaurinebeziers.asso.fr. Le Club Taurin Biterrois est pour sa part sur : http://cercle.taurin.free.fr/conferences.php3

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page