LA SPA EN QUESTION



Très prompte à donner des leçons de morale, la SPA n'est pas exempte de reproches et depuis de nombreuses années plusieurs articles de presse ont dénoncé ses dérives également sanctionnées par un rapport très critique de la Cour des Comptes. Le combat contre la tauromachie est-il l'arbre qui cacherait la forêt ? La question mérite d'être posée.

Il suffit d'ailleurs de cliquer et les réponses tombent. Le Net est sans pitié et les associations de protection animale ne sont pas tendres envers la SPA. Jalousie mal placée qui s'expliquerait par les ressources importantes dont bénéficie cette dernière ? Peut-être. Mais sans doute aussi pas mal d'indignation à voir la SPA se livrer à des pratiques qu'elle dénonce chez les autres... Difficile à croire mais les faits sont là, étayés par un article paru dans l'Express et un autre du magazine Capital. Le dossier est long, parfois pénible à lire en raison des faits évoqués, mais je ne saurais trop conseiller aux aficionados de le lire de bout en bout et de le faire circuler. Ceux qui commenceraient à culpabiliser à force de s'entendre traiter de tortionnaires en ressortiront revigorés.

Faut-il rappeler que les remous dont il est question ont abouti à l'élection d'une nouvelle présidente en novembre 2006, laquelle a probablement reçu pour mission de redorer l'image de l'institution, ce qu'elle a cru pouvoir faire notamment en sautant sur l'opportunité de se faire connaître grâce à la médiatisation de la lutte anti-taurine depuis que Renaud s'y était engouffré.

Mais on n'efface pas le passé. Très médiatisée aujourd'hui ainsi qu'elle l'a souhaité, la nouvelle présidente de la SPA voit ressurgir quelques batteries de casseroles dont elle se serait bien passée. Mais qu'a-t-elle cru ? Qu'elle pouvait sans risque nous faire jouer le rôle de bouc-émissaire pour redorer son blason ? C'est un peu raté et il suffit d'entendre comment elle perd pied lorsqu'on la place face à sa propre réalité pour comprendre que ses certitudes vascillent. Et cela ne fait que commencer
.

André Viard