Lundi 28 avril
2014

L'Edito

 


SPINS DOCTORS ET CANONISATION


Si l'on adhère au concept de manière inconditionnelle, voir deux Papes que l'on a connus de leur vivant canonisés le même jour, est de nature à renforcer la Foi. Si l'on y adhère moins, ou si on a l'esprit critique, les attendus des mérites qu'on leur prête peuvent inciter à la suspicion, voire à une remise en question de tous les canonisés de la terre.


Voir édito



   

Actualité
SAINT-MARTIN DE CRAU SAMEDI : DEUX REHUELGA DE VUELTA

Toros de Rehuelga (Buendia) charpentés et de grand trapio, les deux premiers obéissants mais sans charge, les deux du milieu braves et collaborateurs avec mention spéciale pour le quatrième pour lequel une partie du public demanda l'indulto, les deux derniers malcommodes avec mention très mal au dernier infernal à droite de bout en bout. Morenito de Aranda : salut aux deux. Ruben Pinar:silence aux deux. Thomas Duffau : deux fois silence.
Le premier attaqua le peto par le bas en s'employant tout en donnant des signes de faiblesse. Obéissant, tête basse, il faiblit dès qu'il était sollicité par le bas. A mi hauteur, il fut fade et sans allant. Morenito de Aranda. Ne l'obligea pas, ce qui lui permit d'en profiter lors d'une longue faena sans émotion, en dépit de quelques détails artistiques. Salut après pinchazo, entière et descabello. Une fois ses appuis assurés le quatrième poussa avec style. Il répéta en venant de loin aux allures d'un beau galop. Il fit de même dans la muleta où il donna des charges de classe en allant à mas, de plus en plus longues et vibrantes. Morenito de Aranda put laisser s'exprimer son sens artistique en liant derechazos et naturelles, jusqu'à déclencher une pétition d'indulto. Laquelle rencontra l'opposition légitime de l'autorité. Le triomphe fut gâché par une authentique déroute à l'épée. Silence et vuelta à la dépouille.
Le second poussa par à coup puis se laissa châtier sans s'employer. Tout en restant sur la réserve il eut l'avantage de baisser humblement la tête dans les leurres. Pinar sut habilement l'enrouler autour de sa taille pour construire de bonnes séries des deux mains. Silence après une mort sans brio. Le cinquième bouda les piques où il rechigna pour répéter. Au troisième tiers il se montra tardo, court et ne baissant la tête que contraint et à regret, laissant Pinar sans option. ¾ habile. Silence.
Le troisième s'appuya sur les postérieurs lors du premier assaut, il resta sans réaction au second mais se reprit au troisième où il mit les reins. A pied, il opta pour « rompre dans le bon » chargeant avec allant mais avec le défaut de garder la tête à mi hauteur. Dans cette attitude il répéta avec promptitude, ce qui donna de la vibration à sa lidia. Duffau enchaîna les séries dans un bon rythme, mais perdit une oreille probable au descabello. Silence. Vuelta généreuse à la dépouille. Agressif et dangereux à droite dès sa sortie. Il trompa le Président qui le laissa entier après deux rencontres. En dépit d'une lidia au cordeau de Raphael Viotti, il arriva entier dans la muleta de Duffau. Ce dernier tenta l'impossible du coté gauche puis dut se prémunir contre le genio. Estocade habile. Silence. Petite pluie sur la fin. 1000 entrées environ.
Frédéric Pascal. Voir galerie Valentin Heyere. Voir galerie Elsa Vielzeuf.

SAINT-MARTIN DIMANCHE : OREILLE POUR SANCHEZ VARA

Corrida de Dolores Aguire, lourde et imposante, digne de Madrid pour le gabarit, exception faite du second pauvre de tête. Elle compta un démon, le premier, un compliqué, le troisième et quatre braves et maniables. Sanchez Vara : vuelta et oreille. Joselillo : salut et silence. Marco Leal : silence aux deux. Il faut saluer le pundonor des toreros qui ont affronté cette corrida qui, même pour ses exemplaires les plus maniables, s'est toujours comportée avec agressivité, rendant le danger palpable à tous les moments de la lidia. Tous ont joué le jeu, mettant les toros en valeur au premier tiers en les plaçant répétitivement loin du cheval et en restant plus que dignes face à de tels adversaires. Dans ce registre, très présent et pertinent dans tous les compartiments de la lidia, Sanchez Vara s'est distingué, son premier combat montrant qu'il est prêt pour les défis d'envergure.
Le premier sortit en tricotant de la corne tout en envoyant les pieds devant et la tête en l'air. Il ne montra que du nerf au cheval où il tapa dans le caparaçon et sortit seul. De plus, il arriva à la muleta, freinant au moment de l'embroque pour mieux pousser les piétons à se découvrir. Sanchez Vara eut le grand mérite d'aguanter sans rompre les « frenazaos » félons de son adversaire pour l'encourager à débloquer sa charge. Avec vaillance, intelligence et habileté, il accepta de le faire passer très prés en dépit des difficultés et obtint une faena à l'ancienne de beaucoup de poids. Il tua d'une quasi entière et méritait l'oreille que seuls quelques indépendants demandèrent. Vuelta. Le quatrième obtint une chute puis vint de loin et poussa avec classe. Il confirma sa franche bravoure à pied où, tête basse, il répéta les charges, menées aux allures du petit galop. Main avancée et de ¾ face Sanchez Vara donna encore ce qu'il attend au public aficionado, c'est à dire un T.P. illustrant les leçons de toreo qui remplissent les manuels de tauromachie. Après une faena rythmée et de bon goût, il porta une entière à la rencontre qui nécessita le recours au descabello. La pétition n'en fut pas moins majoritaire. Oreille.
Le second fut sur le point d'obtenir une chute d'A. Sandoval (le neveu). Favorisé par le positionnement de ce dernier, il chargea le cheval avec style. Tête basse, il attaqua le troisième tiers en faisant valoir de solides qualités. Ne refusant aucun cite, il se livra de mieux en mieux, laissant toujours à Joselillo assez d'espace pour se replacer. Ce dernier se montra à la hauteur et efficace. Après une entière portée au ralenti, il perdit l'oreille au descabello. Le cinquième engagea les reins et les postérieurs sous le fer. Il répéta en venant de loin mais avec le défaut de garder la tête à mi hauteur. Il pratiqua à l'identique dans la muleta, donnant des charges exploitables mais gênantes du fait du port de tête. Joselillo ne trouva pas la cadence. Silence après deux pinchazos et une entière.
Le troisième se défendit avec nerf et sortit seul des piques. Il mit la tête dans les leurres mais ne se livra pas, se retournant court et cherchant les chevilles. Marco Leal tenta de s'adapter aux demi charges de son adversaire, mais son jeu resta électrique. Il finit sur une petite déroute à l'épée. Silence. Le dernier prit le peto tête basse et reins engagés. Puis il répéta avec promptitude, demandant une muleta très avancée pour charger avec fluidité. Leal ne le maîtrisa que rarement et la charge se décomposa. Une nouvelle déroute aux aciers acheva de refroidir les gradins.Silence. Plus de 2000 entrées. Temps fraîchissant.
Frédéric Pascal. Voir galerie Valentin Heyere. Voir galerie Elsa Vielzeuf.

XXème BOLSIN DE BOUGUE

La vingtième édition du Bolsin de Bougue aura lieu le dimanche 4 mai. À 9 heures 30, qualifications face aux vaches de Camino de Santiago. À 13 heures 30 proclamation des résultats. À 17 heures 30 finale face aux erales de José Cruz, 5 pour les 3 qualifiés.

VIC À ORTHEZ

Le club taurin La Lidia d'Orthez recevra le vendredi 9 mai à 19h, dans son local des arènes du Pesqué, Marcel Garzelli, président du club taurin vicois, qui présentera les toros de la feria vicoise et fera également une intervention sur l'Observatoire National des Cultures Taurines. La soirée se terminera par un buffet froid (5 euros), inscriptions avant le 5 mai.

RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.

NOVILLOS POUR CASTELNAU RIVIÈRE BASSE


Pour sa sans chevaux du 5 juillet 2014, Castelnau Rivière Basse a retenu des erales de Hubert Yonnet, Olivier Riboulet, Astarac, Malaga, Le Lartet et Alma Serena. .


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.

FERIA DE NÎMES

Les cartels de la Pentecote Nîmoise ont été dévoilés hier, avec pour principale surprise, au regard de ses triomphes passés, l'absence de Javier Castaño dans la corrida de Miura, ce qui a soulevé une vague de messages indignés sur les réseaux sociaux espagnols. Les cartels sont les suivants. Jeudi 5 juin toros de Alcurrucén pour David Mora, Joselito Adame et Thomas Dufau. Vendredi 6 au matin novillos à désigner pour Álvaro Lorenzo, Clemente et Varea. L'aprés-midi, toros de Victoriano del Río pour El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Samedi 7 au matin deux toros de Capea pour Lea Vicens et quatre de Zalduendo pour Juan Bautista. L'aprés-midi, toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Román qui prendra l'alterrnative. Dimanche 8 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, Finito de Córdoba et Manzanares. L'aprés-midi toros de Fuente Ymbro pour Juan José Padilla, Iván Fandiño et Juan del Álamo. Lundi 9 au matin, toros de Capea pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández. L'aprés-midi toros de Miura pour El Juli, Rafaelillo et Manuel Escribano.

NOVILLADA DE CAPTIEUX

Dimanche 1er juin, novillllos de El Tajo y La Reina pour Fernando Rey, Clemente et Andrés Roca Rey. .

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Hubert Yonnet pour Paulita, Agustín de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martín, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Alberto Lamelas et Salvador Vega.

CARTEL D'EAUZE

La comission taurine extra municipale d'Eauze a choisi pour le dimanche 6 juillet à 18h00 : 7 toros d'Antonio Bañuelos pour Juan Bautista, Joselito Adame, Michelito Lagravère (qui fera sa présentation de matador dans le Sud Ouest) et Gines Cartagena. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 4 erales de Jean-Louis Darré (cartel à définir).


LA QUINTA À ROQUEFORT

Pour la novillada du 15 aôut à Roquefort a été retenu un lot de La Quinta. En matinée, novillada sans chevaux avec la participation des élevages de Malabat, Astarac, Alma Serena et Casanueva.

FERIA DE VIC

Samedi 7 juin toros d’Adolfo Martin pour Antonio Ferrera et Manuel Escribano, mano a mano. Dimanche 8 au matin, toros de Cebada Gago pour Luis Vilches, Alberto Aguilar et Jésus Perez Mota. Dimanche 8 après-midi, toros de Pagès-Mailhan pour Morenito de Aranda, Joselito Adame et Thomas Dufau. Lundi 9 toros de Dolorés Aguirre pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.

CÉRET DE TOROS

Samedi 12 juillet, toros de Adolfo Martín pour Diego Urdiales, Fernando Robleño et Camille Juan. Dimanche 13 au matin, novillos de Vale Do Sorraia pour Vicente Soler et deux autres novilleros. Dimanche 13 après-midi. Toros de Felipe Bartolomé pour Carlos Escolar "Frascuelo", David Mora et Esaú Fernández. Lundi 14. Trois toros de Victorino Martín et trois de José Escolar pour Fernando Robleño, Paulita et Alberto Aguilar. .

TEMPORADA D'AIRE SUR ADOUR

1er mai, novillada concours d'élevages français : Tardieu frères, Aimé Gallon, Malabat, Lartet, Pagès-Mailhan et Camino de Santiago, pour Curro de la Casa, Francisco José Espada et Daniel Soto. Dimanche 15 juin, toros de Baltasar Iban pour Paulita, Manuel Escribano et Medhi Savalli. Le matin, novillada sans chevaux avec des erales de Casanueva.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 



















imprimez cette page