Mardi 22 avril
2014

L'Edito

 


AU MÉRITE


Paco Ureña n'est pas glamour, n'a pas de directeur de communication, ne connaît pas les dates de son "Tour 2014" et se fiche comme d'une guigne de savoir d'où proviendront les corridas qu'il combattra. Depuis le mois d'août dernier, sa vie a changé : de la soute de la galère, il s'est hissé au pont supérieur. À la force des poignets. Et s'il rame encore, c'est le coeur plus léger.


Voir édito



   

Actualité
ARLES : DEUX OREILLES POUR UREÑA D'UN GRAND MARGÉ

Sérieuse et forte corrida de Margé globalement ingrate, ne se livrant pas, se retournant sur les chevilles, sauf le lot de Urena brave et collaborateur avec une note particulière pour le sixième, le toro de l'après midi et sans doute le plus complet de la feria. Abellan : salut et division. Escribano: silence et salut. Urena: salut et deux oreilles.
Une fois ses appuis assurés, le faible premier se laissa piquer dans une belle attitude. Bridé par son manque de force, il donna néanmoins des charges de classe mais pauvres en émotion. Il ne s'éteignit qu'après quatre bonnes séries. Abellan livra une faena de six séries sans fausse note ni effet de manche. Il tua sans brio de 3/4 de lame après deux pinchazos. Salut. Le quatrième mit les reins avec hargne et fit chanter l'étrier lors du second assaut. Il arriva à la muleta brutal, court et âpre. Grâce à son métier Abellan réussit à voler des derechazos exposés mais électriques. Il tua mal. Division.
Le second cogna dans le peto en passant d'une corne à l'autre sans pousser. Ses charges pêchèrent par les mêmes travers, vite défensives et cherchant les chevilles. Escribano tenta, en vain d'obtenir une charge exploitable. Il tua proprement d'une entière et d'un descabello. Silence. Le cinquième poussa puissamment en alternance avec des temps de repos. Il ne se départit pas de ces hésitations. Loyal mais sans générosité, il ne donna que des charges courtes, la tête revenant sans cesse dans les pied du matador. Escribano pratiqua par passes données une à une sans vrai brio mais montrant sa volonté. Entière. Salut.
Le lot de Paco Urena sauva la course, surtout le dernier. Le troisième mit les reins avec classe puis se centra encore mieux au second assaut où il poussa avec continuité perpendiculairement à la ligne du peto. Il confirma ces bonnes dispositions en chargeant droit dans la muleta mais un léger derote cassa le rythme de ses courses. Contrarié par cette incidence, Urena ne trouva pas toujours le tempo idéal mais réalisa une faena de bonne facture qui aurait mérité plus de lié. Salut. Arastre applaudi. Le dernier poussa avec classe et se grandit brillamment lors des deux autres assauts. Logiquement, il confirma au troisième tiers où il gratifia son matador des charges les plus exploitables de l'après midi. De plus, chaque fois qu'il fut sollicité, il répéta suavement. Appliqué et académique, Urena réalisa une faena reposée mais en deçà du potentiel artistique du Margé. 3/4 de lame efficace libéra une pétition unanime qui fut honorée de deux oreilles. Le Président sut associer le toro à ce triomphe en accordant la vuelta posthume à la dépouille. Petite entrée. Les surporters du ganado français se sont comptés. Frédéric Pascal. Voir galerie André Viard. Voir galerie Valentin Heyere. Voir galerie Elsa Vielzeuf.

ARLES : QUATRE OREILLES POUR ANDY CARTAGENA

Andy Cartagena a offert sa prestation la plus aboutie dans les arènes d'Arles, grâce à une cavalerie au top niveau. Grand niveau aussi de Ventura, qui a connu moins de réussite que les autres années. Dans ce contexte, figurer dignement était difficile pour Lea Vicens qui n'a pourtant pas déçu ses fans, même si, face au meilleur lot, elle a laissé passer une belle occasion de triompher de manière importante. Andy Cartagena quatre oreilles, Diego Ventura oreille et salut, Lea Vicens silence et oreille.
André Viard. Voir reportage André Viard.

MUGRON : LOUIS HUSSON A HOMBROS

La placita Landaise toute fleurie de Mugron accueillait ce jour sa traditionnelle novillada du Lundi de Paques. Une poignée d'antis corridas bien insignifiants, ont été contenus au large par les forces de police. Beau temps et quasi lleno pour ce cartel de six novillos de Luis Algarra, bien présentés mais manquant de forces pour aller au bout de leurs intentions et par la même de transmission.
Meilleur le quatrième à la muleta. Tercio de piques pas très flamboyant, notamment sur le troisième. José Garrido (vuelta et salut), tranquille et paraissant "en dedans" le poulain d'Antonio Ferrera, présent au callejon, a léché quelques bons moments épars. Ginés Marin (silence et silence) n'a rien montré de bien déterminant sur son lot. Louis Husson (oreille et oreille avec sortie a hombros). Très attendu pour sa présentation en novillada piquée, le régional de l'étape a ouvert son compteur avec deux oreilles tel qu'on le connaît : vertical, élégant à mi hauteur et un tantinet précautionneux. Mais il s'est jeté pour deux estoconazos sans retenue pour conclure et parachever une tarde très honorable.
Roger Martin. Voir reportage Roland Costedoat.

HENRI EMMANUELLI CONTRE L'ORDRE MORAL

En introduction de la novillada de Mugron, remarquable discours d'Henri Emmanuelli sur le thème de la montée d'un ordre moral qui veut s'imposer à tous auquel il a assimilé sans ambages le comportement des antis.

RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.

NOVILLOS POUR CASTELNAU RIVIÈRE BASSE


Pour sa sans chevaux du 5 juillet 2014, Castelnau Rivière Basse a retenu des erales de Hubert Yonnet, Olivier Riboulet, Astarac, Malaga, Le Lartet et Alma Serena. .


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.

FERIA DE NÎMES

Les cartels de la Pentecote Nîmoise ont été dévoilés hier, avec pour principale surprise, au regard de ses triomphes passés, l'absence de Javier Castaño dans la corrida de Miura, ce qui a soulevé une vague de messages indignés sur les réseaux sociaux espagnols. Les cartels sont les suivants. Jeudi 5 juin toros de Alcurrucén pour David Mora, Joselito Adame et Thomas Dufau. Vendredi 6 au matin novillos à désigner pour Álvaro Lorenzo, Clemente et Varea. L'aprés-midi, toros de Victoriano del Río pour El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Samedi 7 au matin deux toros de Capea pour Lea Vicens et quatre de Zalduendo pour Juan Bautista. L'aprés-midi, toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Román qui prendra l'alterrnative. Dimanche 8 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, Finito de Córdoba et Manzanares. L'aprés-midi toros de Fuente Ymbro pour Juan José Padilla, Iván Fandiño et Juan del Álamo. Lundi 9 au matin, toros de Capea pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández. L'aprés-midi toros de Miura pour El Juli, Rafaelillo et Manuel Escribano.

NOVILLADA DE CAPTIEUX

Dimanche 1er juin, novillllos de El Tajo y La Reina pour Fernando Rey, Clemente et Andrés Roca Rey. .

FERIA D'ALÉS

Samedi 31 mai, toros de Hubert Yonnet pour Paulita, Agustín de Espartinas et Camille Juan. Dimanche 1er juin, corrida concours : toros de Barcial, Puerto de San Lorenzo, Valdefresno, Adolfo Martín, Juan Manuel Criado et Camino de Santiago pour Rafaelillo, Alberto Lamelas et Salvador Vega.

CARTEL D'EAUZE

La comission taurine extra municipale d'Eauze a choisi pour le dimanche 6 juillet à 18h00 : 7 toros d'Antonio Bañuelos pour Juan Bautista, Joselito Adame, Michelito Lagravère (qui fera sa présentation de matador dans le Sud Ouest) et Gines Cartagena. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 4 erales de Jean-Louis Darré (cartel à définir).


LA QUINTA À ROQUEFORT

Pour la novillada du 15 aôut à Roquefort a été retenu un lot de La Quinta. En matinée, novillada sans chevaux avec la participation des élevages de Malabat, Astarac, Alma Serena et Casanueva.

FERIA DE VIC

Samedi 7 juin toros d’Adolfo Martin pour Antonio Ferrera et Manuel Escribano, mano a mano. Dimanche 8 au matin, toros de Cebada Gago pour Luis Vilches, Alberto Aguilar et Jésus Perez Mota. Dimanche 8 après-midi, toros de Pagès-Mailhan pour Morenito de Aranda, Joselito Adame et Thomas Dufau. Lundi 9 toros de Dolorés Aguirre pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.

CÉRET DE TOROS

Samedi 12 juillet, toros de Adolfo Martín pour Diego Urdiales, Fernando Robleño et Camille Juan. Dimanche 13 au matin, novillos de Vale Do Sorraia pour Vicente Soler et deux autres novilleros. Dimanche 13 après-midi. Toros de Felipe Bartolomé pour Carlos Escolar "Frascuelo", David Mora et Esaú Fernández. Lundi 14. Trois toros de Victorino Martín et trois de José Escolar pour Fernando Robleño, Paulita et Alberto Aguilar. .

TEMPORADA D'AIRE SUR ADOUR

1er mai, novillada concours d'élevages français : Tardieu frères, Aimé Gallon, Malabat, Lartet, Pagès-Mailhan et Camino de Santiago, pour Curro de la Casa, Francisco José Espada et Daniel Soto. Dimanche 15 juin, toros de Baltasar Iban pour Paulita, Manuel Escribano et Medhi Savalli. Le matin, novillada sans chevaux avec des erales de Casanueva.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 



















imprimez cette page