Lundi 22 avril
2013

L'Edito

 

TRIOMPHE DE L'ABNÉGATION

En coupant les deux oreilles d'un grand toro de Miura alors qu'il remplaçait le Juli blessé, Manuel Escribano vient de faire irruption avec force dans la cour des grands. En moins de vingt minutes, il a gagné de droit son inclusion dans toutes les ferias de la saison, et il est à espérer que l'on pensera à lui pour compléter les cartels non encore fermés des grandes arènes françaises.

Voir édito






Actualité
SÉVILLE : LA RÉDEMPTION PAR LA PURETÉ ET LA FOI.
DEUX OREILLES POUR ESCRIBANO, VUELTA POUR UN MIURA


Aujourd'hui le monde taurin a, pendant une après-midi, été lavé de ses péchés en trois actes de foi et de contrition. Les contritions se sont exprimées dans la douleur des spectateurs et aficionados de devoir se contredire, sans probablement s'en rendre vraiment compte. Les actes de foi sont venus aux mains de trois saints et un disciple. Manuel Escribano, David Adalid, Fernando Sánchez et Marcos Galán. Quant à la réincarnation c'est la ganaderia de Miura qui s'en est chargée. Séville dernier jour de féria, il fait soleil, chaud et les arènes sont presque pleines malgré la possibilité de se faire rembourser les billets après la blessure du Juli. Personne de donne "un duro" sur ce que sera le résultat de la course. Tout le monde se plaint du mauvais sort ayant affecté El Juli et par conséquence le final de féria tant attendu.
Le lot de Miura est de parfaite présentation en Miura. Les toros sont fins très armés. Le quatrième arrive en piste comme une locomotive et marque la différence avec ses congénères. Appelé de loin par José Mora il s'élance comme une fusée et vient rémater contre le burladero où le banderillero a à peine eu le temps de se réfugier. Le toro se casse la corne. Mouchoir vert. Si je vous en parle c'est que dans les quelques minutes qui ont précédé son retour au corral, ce toro a donné des charges d'une grande spontanéité et agressivité qui nous ont fait regretter qu'il ne puisse pas être combattu. Puisse t-il avoir des frères au campo et qu'on nous le fasse savoir pour que nous allions les voir. Avant d'entrer dans le détail une dernière remarque pour bien valoriser ce qui va suivre. Les Miuras ont des comportements particuliers et même s'ils sont nobles, comme ce fut le cas aujourd'hui, ils ont cette faculté normale pour eux de varier les comportements d'une passe à l'autre et de se retourner dans un mouchoir de poche ou de tirer des derrotes inopportuns après avoir donnés une embestida par le bas. Ils ne sont pas menteurs, ils sont comme cela. D’où la valeur des actes de foi qui seront narrés ci-après.
Rafaelillo est un Macho. A son premier Miura qui saute dans le capote il reste quieto et finit par le passer en véroniques serrées plus demie et revolera. Le ton est donné. Le bicho est sans classe au cheval, tête haute et montre des signes de faiblesse. José Mora est bon en banderilles, citant et attendant que démarre le toro et la réunion est dans les cornes, même si une banderille tombe au sol. Rafaelillo entreprend la faena après brindis au public en tablas, une par une par le haut d'abord puis en liant avec douceur. Le toro est tardo mais noble et Rafaelillo va construire sa faena toute en douceur mais malheureusement trop hachées pour soulever l'enthousiasme. Quelques enchainements de passes sur les deux cornes extirperont toutefois des olés. Pinchazo suivi d'une entière portée avec décision, excellente, un poil contraire et en arrière. Descabello et Palmas plus salut au tiers. Son second bis est une estampe de toro qui proteste au capote, est brave au cheval, puis change de comportement pendant les banderilles et rend la faena impossible à un vaillant Rafaelillo qui tire tout de même quelques muletazos de bon aloi dans une faena courte. Entière avec décision et habileté. Quelques sifflets au toro. Palmas et salut au tiers.
Le premier de Castaño a du moteur et pousse dans la cape. Le torero donne de bonnes véroniques puis décide de mener le bicho au centre se déplaçant en arrière. Bien piqué par Tito Sandoval le Miura démontre son manque de classe à cette épreuve. Arrive l'homme du jour pour un quite par chicuelinas et revolera. Escribano est d'une tranquilité incroyable, prenant son temps comme s'il était face à un Juan Pedro. Et là Acte de Foi de deux hommes, dont l'attitude a été d'une envergure impactante, aidés en cela par le disciple Marcos Galan à la brega. Adalid comme son compañero Fernando Sanchez citent avec parcimonie de gestes, laissent démarrer le Miura, l'espèrent longuement, lèvent les bras et se réunissent avec la tête sans qu'il soit possible de faire mieux, car mieux serait être sur les cornes. Magistral moment de tauromachie. Castaño attends le bicho au centre pour des déréchazos mais n'arrive pas à rester quieto dans la première passe. Il lie en ligne des muletazos appréciés du public, la musique joue. Le bicho ne termine pas les passes et le torero est quelque peu contorsionné, ne donnant pas de muletazos par le bas à ce Miura noble qu'il aurait fallu essayer de faire humilier en se confiant plus. C'est à l'épée qu'il se confie en portant trois pinchazos en entrant droit et une entière d'effet rapide. Palmas pour le toro et palmas et salut au tiers. Sont second sort en piste au galop. Castaño dessine des veroniques suaves et templées. Le toro est peu piqué car faible. Surprise la cuadrilla décide de ne pas changer les tours et c'est de nouveau Adalid qui se présente avec les palitroques. C'est un bis repetita de ce que j'ai écrit ci-dessus. Les arènes sont debout, l'ovation est énorme, les banderilleros se congratulent. La faena est un mélange de quelques bons muletazos sur les deux cornes et des toques por fuera avec effet élastique où le Miura revient sur l'homme. Entière en bonne place. Applaudissements au toro et vuelta pour Castaño.
La grande révélation du jour c'est Manuel Escribano qui en plus d'être fils de Séville est aussi un peu un enfant de chez nous. Par deux fois il est allé à Puerta Gayola pour donner des largas cambiadas à genoux positionné loin des toriles. Les véroniques qui suivent à son premier sont tout simplement incroyables si ont considère qu'elles sont données à un Miura. Une grande tranquillité et esthétique pour des véroniques templées et limpias qui peuvent être en compétition comme les meilleures de la féria. Le toro est très sérieux. Il le mène au cheval par chicuelinas avec temple et toujours tranquille. Parfaitement piqué par José Manuel Quinta le toro s'emploie peu. Les banderilles d'Escribano sans être aussi pures que celles de la cuadrilla de Castaño n'en sont pas moins empreintes d'imagination, en particulier un sesgo por dentro et quiebro démarré assis sur l'estribo. Deux pendulos pour démarrer la faena sans bouger le tout avec un minimum de gestes. La faena est hachée par moment mais le torero reste calme, le corps vertical et réussit à lier quelques excellents muletazos sur les deux cornes. Adornos, abanico et desplante précèdent des manoletinas le tout face à un animal qui restait court dans les passes. Pinchazo et entière desprendida. Palmas et saludo pour ce qui méritait une vuelta. Le dernier toro de la feria est ouvert de cornes avec un tout petit peu moins de trapio. De nouveau de bonnes véroniques, puis des tapatias pour l'emmener au cheval. Il est mal piqué. Un peu moins bon aux banderilles Escribano va ensuite se rattraper. L'attitude et bonne durant les 3/4 de la faena, toujours la même tranquillité malgré les difficultés du bicho qui reste court. Il le torée comme si c'était un toro bueno. Un spectateur se lève pour chanter un canto flamenco "tenemos un torero de valor". La musique enquille et Escribano, au moment où tous lui recommandent de matar, écrit en deux séries sur chaque corne une page de l'histoire de la Maestranza de Sevilla. Le corps droit, il torée avec douceur et temple, en se passant les cornes à des millimètres de ses chevilles dans un acte de foi sublime qui transporte le public dans une réalité autre que celle des triomphes récents, la réalité du toreo puro. Une entière en s'abandonnant, deux oreilles d'un toro de Miura dans les arènes de Séville pour rentrer dans l'histoire. Aujourd'hui il y a eu Corrida de toros dans les arènes de Séville grâce au toro de Miura dont le dernier a obtenu la vuelta al ruedo autant pour lui que pour ses frères. René-Philippe Arneodau. Voir blog.

MADRID : TOMÁS CAMPOS SÉLECTIONNÉ POUR LA FINALE

Le troisième volet du Concours de Novilladas de Taurodelta-Canal+Toros de Las Ventas s’est refermé sur un bilan équivalent à celui des deux dimanches précédents : un novillero élu pour la finale du 28 avril sans qu’il n’ait coupé d’oreille et encore moins fait de vuelta ! C’est peu dire du contre sens qui consistait à élire chaque fois un novillero pour la finale alors que deux novilleros d’un jour ou aucuns auraient mérité participer à la finale. Il va sans dire que les comparaisons des mérites respectifs auraient dû aussi tenir compte de la prestation des novilleros face à des novillos obligatoirement de caractéristiques différentes. L’élu du jour fut Tomás Campos alors que Gonzalo Caballero aurait pu aussi bien être retenu sans que le jury eût à rougir de son choix.
Le lot des novillos était de Hnos. Collado Ruiz complété d’un de El Cotillo sorti en 5ème position. Ce dernier se cassait une patte juste au-dessus du sabot en début de faena alors qu’il avait montré de belles intentions et malgré cet accident il ne cessa de charger jusqu’à la mise à mort laborieuse de Tomás Campos.  Heureusement il avait mis en évidence, pour sa présentation à Madrid, des qualités tant au capote qu’à la muleta, des bonnes manières et un certain sens artistique, à son premier novillo, assez laid de hechuras, les deux cornes astilladas et qui eut un comportement honorable aux piques, poussant fort en rafale la tête dans le caparaçon, sortant la tête basse avec en prime une vuelta de campana. Tomás Campos lui imposait des passes longues de joli tracé, templées, meilleures à droite que dans des naturelles plus courtes mais dessinées dans un style plaisant.  Il terminait par une série de sanjuaneras et passe de poitrine. Estocade entière tendue. Il y eut pétition d’oreille non accordée.
Roberto Blanco faisait son premier paseo à Madrid et ne déméritait pas face à deux novillos différents de comportement et de présentation : le premier un tout petit novillo bien fait de 414 kg ! brave mais ne pouvant pas appuyer ses charges par le train arrière et le 4ème, le novillo le plus sérieux d’armures et surtout « encasté » lors de la faena de muleta alors qu’il avait donné des signes de mansedumbre aux capes.  Avec  hargne  il entrait dans la muleta du jeune novillero qui ne se démontait pas et réussissait, en baissant la main à canaliser, irrégulièrement il est vrai, cette fougue qui aurait mis en difficulté plus d’un.
Gonzalo Caballero toucha deux novillos l’un du fer annoncé qui se traînait à la limite de l’équilibre et l’autre de Martelilla, sobrero du 6ème collado-ruiz , qui tenait debout mais dont le calamocheo (mouvement de tête intempestif) dans la muleta rendait difficile le toreo posé et très serré du novillero formé à l’Ecole de Tauromachie de Madrid. Toujours placé et avançant la jambe contraire, Gonzalo montrait une assurance et meilleure technique que celle de l’an dernier où il avait pris de sérieux « bouchons » lors de ses premières apparitions en novilladas piquées. En changeant le novillo de terrain et lui baissant la main il réussissait à passer le martelilla dans un minimum de terrain, en évitant parfois la bousculade. Faena sérieuse, vaillante, terminée par une estocade contraire arrière.
Bonnes paires de banderilles de Curro Robles et Miguen Martín.
Roberto Blanco : un avis et silence aux deux. Tomás Campos : Saluts (pétition d’oreille et vuelta avortée par les intégristes de Las Ventas) et silence. Gonzalo Caballero : silence ; un avis et ovation au dernier.
Georges Marcillac.

GARLIN : EXCELLENTE NOVILLADA DE PEDRAZA, ROMAN A HOMBROS


4/5 ème d’arène. 6 novillos de Pedraza de Yeltes (Salamanque), superbement présentés et homogènes de trapio et d’armures. Braves à bravitos sous le fer pour la plupart, partis souvent de loin, parfois désordonnés dans la poussée, lors de 15 rencontres, dont 2 chutes (4ème et 6ème). Mention particulière au 2 ème dont la vuelta posthume a été refusée par la Présidence, par ailleurs excellente, malgré la pétition d’une partie du public. Les 3ème, 4ème et 6 èmes sont à citer également pour leurs qualités. Les novillos (à un degré moindre le premier, juste de forces) se sont révélés d’une grande présence sur l’ensemble de la lidia et ont permis une tarde d’un intérêt soutenu et entretenu par l’engagement des novilleros présents.
Jésus Fernandez: silence et silence avec avis. Roman : oreille et oreille ; José Garrido oreille et salut au tiers après avis. Salut du banderillero Alvaro Duran au 5ème. Vuelta à hombros du mayoral à l’issue de la course en compagnie de Roman. Minute de silence à l’issue du paseo en hommage au ganadero Jean Louis Claberes, récemment décédé.
Sélectionné à l’issue de l’innovante fiesta campéra du matin, Jésus Fernandez a pour l’essentiel confirmé ses limites apparues dans cette matinale. A son premier, lourd et charpenté, brindé au public, Jésus dessinera quelques droitières citées de loin où le toro semble s’engouffrer avec alegria. Las, ce toro, juste de forces, réduira rapidement ses charges des deux côtés et ne permettra pas à Jésus de construire une faena structurée. Une entière concluante. Silence. Au corpulent second, Jésus débute par doblones et enchaine par une bonne série de derechazos mais sa faena perd rapidement de liant et d’intensité. Main gauche, il a beaucoup de difficultés à garder le toro dans la muleta, ce dernier devient plus distrait et avisé. Les passes se succèdent ensuite de manière mécanique et sans effet sur le public. Après une tentative à récibir, quelques pinchazos et un trois quart d’épée, il n’écoutera que le silence et 1 avis.
Après un mano à mano au quite avec José Garrido, Roman brinde son premier au public. Séduisante mise en place à son premier par doblones genou fléchi en gagnant vers le centre. Il enchaîne par une bonne série de derechazos, malgré un désarmé, cités de loin face à un excellent toro qui embiste museau dans le sable. A gauche, la faena reste coordonnée et liée de manière élégante, main basse. Après un retour main droite de qualité, la faena se termine par quelques dosantinas et autres manoletinas serrées du meilleur effet sur le public. Accroché à la cuisse sur sa première entrée à matar, il conclut d’une entière portée dans le berceau des cornes, sans conséquence, et d’un descabello. Une oreille. Le cinquième est accueilli main droite près des planches. L’enchainement des passes ensuite, à bonne distance, et à mi hauteur, reste suave, avec deux bonnes séries main gauche exécutées avec quiétude et sincérité qui témoignent de la maturité et de la technicité de ce jeune garçon. Après un mete y saca, une entière et un descabello, il coupera une oreille.
A son premier brindé au public, le natif de Badajoz débute par derechazos en amenant le toro vers le centre, par cites à mi-distance et enchaîne deux séries de bonne facture. Le toro fléchit quelque peu dans sa charge corne gauche, mais José le contient élégamment dans sa muleta et parvient à enchaîner les passes. La suite de la faena se révèle plus laborieuse face à un bicho qui a moins de fluidité dans son embestida. Après un pinchazo et une entière tendida, il coupera un pavillon. Le sixième, de trapio imposant, sème la zizanie dans le ruedo, après avoir renversé la cavalerie; le piquero restera jambe coincée sous le cheval sous la menace du toro de longues secondes avant d’être dégagé. Passé cet épisode tumultueux, José débute par doblones face à un toro puissant mais qui réduit ses charges au fil de la lidia et qui exige d’être vigilant. La faena devient plus saccadée main gauche, même si Garrido réduit les distances. Il reste déterminé et conclut par des naturelles rageuses, de face, avant de porter une demie et une entière courageuse face à un toro presque aussi haut que lui au morillo… Salut au tiers après un avis.
Joël Segot. Voir galerie Roland Costedoat.

EXPO PERMANENTE
DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS


Devant un public fourni et en présence de nombreux ganaderos, l'exposition consacrée au toro au campo par Terres Taurines a été inaugurée hier midi par André Viard. Installée dans la galerie du Tendido 2 elle restera accrochée durant toute la temporada. Parmi les toros exposés, entre ceux de Miura, Adolfo Martin, Prieto de la Cal, Barcial ou Cuadri, quatre ganaderías françaises sont à l'honneur : Blohorn, Margé, Scamandre et Francine Yonnet. Au fil de la saison, de nouveaux élevages seront présentés, afin de montrer la diversité des paysages et des encastes qui sont la richesse des terres taurines.

SAINT MARTIN DE CRAU

Samedi 27 avril à 17 heures, trois toros de Hubert Yonnet et trois du Laget pour Joselillo, Mehdi Savalli et Miguel Angel Delgado. Dimanche 28 avril à 17 heures, toros de Dolores Aguirre pour Sanchez Vara, Manuel Escribano et Marco Leal. Programme complet sur le site de la Única. Voir.

NOVILLADA DU 1er MAI À AIRE

La novillada de Jacques Giraud sera lidiée le 1er mai à Aire par Mario Alcalde, César Valencia et Borja Jimenez. .

UNE CAPE DE JOSÉ TOMAS AUX ENCHÈRES

Jose Tomas a fait don d une de ses capes , dédicacée, à sa Peña francaise. Elle fera l'objet d'une mise aux enchères durant la Feria de Dax, et les fonds recueillis seront mis au service d'une action sociale. Pour toute information complémentaire: PenaJoseTomas@aol.com."



"El Juli": Rosario Domenecq, su mujer, el mejor apoyo tras su ...
Europa Press
El torero Julián López, más conocido como "El Juli" fue cogido por un toro en la Plaza de toros de la Maestranza. ... ... Lire
Two men killed during Bullfight
- Video
Two men have been killed and at least 15 people injured at a bullfighting festival in northern ... Lire
Une journée pour décrypter la tauromachie
Sud Ouest
Une journée pour décrypter la tauromachie. Avec cet événement, les aficionados espèrent conquérir un nouveau public. Paulita revient après avoir foulé le sable des arènes orthéziennes en juillet dernier...Lire
The Spanish Tradition of Bullfighting
Arts & Humanities Life
Last week Spain entered its annual bullfighting season. It's always something that has fascinated me ever since I remember learning about the tradition in my ... Lire

EXPO PERMANENTE DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS

Dimanche 21 avril sera inaugutée l'expo photo permanente des meilleurs clichés de Terres Taurines au campo. Cette expo, installée dans les vitrines du tendido 2, sera visible tout au long de la temporada. Voir.

CORRIDA DE SANCHEZ FABRES
À SAINT SEVER


Le Collectif Pedro Llen a bouclé le cartel de la corrida du 8 mai. Affronteront l'unique corrida d'encaste Coquillas présente dans le campo bravo et qui sera lidiée sous le nom des héritiers de Alfonso Sanchez Fabres, le valencien José Calvo, le colombien Luis Bolivar et Thomas Dufau.



FERIA DE LA MER DE PALAVAS

Dimanche 5 mai, toros de Luis Algarra pour Enrique Ponce, Finito de Cordoba et Daniel Luque. Mercredi 8 toros de Fuente Ymbro pour Juan Bautista, Sébastien Castella et Miguel Ángel Perera. Jeudi 9 toros de Hermanos Sampedro pour Pablo Hermoso de Mendoza et Andy Cartagena mano a mano.

LES PRIETO DE LA CAL POUR ALÉS ET AIRE

Nous avons visité pour vous les toros de Prieto de la Cal qui seront combattus à Alés et Aire. Deux belles corridas, bien dans le type de la maison. Voir galerie. Les cartels de la feria d'Alés sont les suivants : samedi 11 mai, toros de Adelaida Rodriguez pour López Chaves, El Capea et Juan Del Álamo. Dimanche 12, toros de Prieto de la Cal pour Marc Serrano, Fernando Cruz et Manuel Escribano. Il y aura une sans chevaux matinale le dimanche avec des erales du Cura de Valverde pour Alejandro Rubio y Manolo Vanegas. .

FESTIVAL DU CENTENAIRE À DAX

Premier acte des festivités prévues pour commémorer le centenaire des arènes dacquoises, le festival organisé le 12 mai prochain réunira les matadors Juan Mora, Javier Conde, Curro Diaz, Leandro, Oliva Soto et le becerrista Jean-Baptiste Molas face à des toros et novillos de Domingo Hernandez et Garcigrande. Voir.

FERIA DE NÎMES

Mercredi 15 mai, novillos de Enrique Ponce pour Román, Martín Escudero et Lama de Góngora. Jeudi 16, toros de José Escolar pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Luis Bolívar. Vendredi 17 toros de Jandilla pour Juan José Padilla, Juan Bautista et Iván Fandiño. Samedi 18 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Finito de Córdoba, Morante de la Puebla et José María Manzanares. L'après-midi toros de Núñez del Cuvillo pour Enrique Ponce, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Dimanche 19 au matin, Sébastien Castella et Juan Leal qui prendra l'alternative (mano a mano). Toros de Alcurrucén, Domingo Hernández et Nuñez del Cuvillo. L'après-midi, toros de Miura pour Antonio Ferrera et Javier Castaño mano a mano. Lundi 20 au matin, toros de Los Espartales pour Hermoso de Mendoza, Diego Ventura et Joao Moura hijo. L'après-midi toros de Victoriano del Río pour El Juli, Alejandro Talavante et Diego Silveti.

PENTECOTAVIC 2013

Samedi 18 mai corrida concours : toros de La Quinta, Murteira Grave et Margé, pour Diego Urdiales et Javier Castaño mano a mano. Dimanche 19 au matin. Toros de José María Escobar pour Rafaelillo, Manuel Escribano et Paco Ureña. L'après-midi, toros de Cebada Gago pour Fernando Robleño, Fernando Cruz et David Mora. Lundi 20, toros de Adelaida Rodríguez pour Juan Bautista, Iván Fandiño et Alberto Aguilar.

FERIA DE MONT DE MARSAN

Mercredi 17 juillet toros de Fuente Ymbro pour El Juli, Tejela et Fandiño. Jeudi 18 toros de Nuñez del Cuvillo pour Ponce, Manzanares et Luque. Vendredi 19 toros d'El Tajo et La Reina pour Padilla, Fandiño et Thomas Duffau. En nocturne corrida portugaise : Sergio Galán, Joao Moura hijo et Lea Vicens, toros de Fuenterey. Samedi 20 au matin novillos de Fuente Ymbro. L'après-midi toros de Victorino Martin pour Juan Bautista, David Mora et Alberto Aguilar. Dimanche 21 au matin novillada sans chevaux. l'après-midi toros de José Escolar pour Castaño et Robleño mano a mano.

JOURNÉE TAURINE D'ORTHEZ

Pour sa journée taurine du 28 juillet, Orthez a retenu : à 11 heures, 6 novillos de Hros de Miguel Zaballos pour Jesus Fernandez, Ivan Abasolo et Alberto Pozo ; à 18h30, toros de Raso de Portillo pour Fernando Robleño, Morenito de Aranda et Oliva Soto.

TOROS À EAUZE

Dimanche 7 juillet à 18h00, toros de Robert Margé pour Matias Tejela, Alberto Aguilar et Thomas Dufau. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 2 novillos de Darré et 2 novillos de Robert Margé. Samedi 6 juillet à 11h30 tienta avec les élèves de l'école "Adour Aficion".

OPUS 44 EN VENTE

À partir de trois sources différentes, qui à leur tour provenaient de diverses autres, dont quatre vazqueñas et Saltillo, Carlos Nuñez créa, voici 75 ans, un encaste propre dont la particularité est d’embister avec tant de vivacité et de bravoure, que parvenu à la fin du muletazo, et sans perdre le leurre de vue, le toro galope une foulée supplémentaire. Quels étaient les secrets de ce génial alchimiste ? Après l’étude des livres de Manuel Rincón, celle de ceux de Villamarta et de Carlos Nuñez permet de comprendre le lent processus au travers duquel, grâce à une pierre philosophale extraite de la riche carrière de Tamarón, de la même manière que le plomb se transmutait en or, la caste brute se transforma en bravoure. Et l’encaste Nuñez, à son tour, en une source nouvelle de laquelle allaient surgir bien d’autres. Dans cet opus aussi, l'histoire du Marquis de Villamarta et celle d'un poète qui se voulut ganadero, Fernando Villalon, personnage fantasque et profond que l'on trouve lui aussi à l'origine de l'encaste Nuñez. Dan cet opus encore, un voyage en terres taurines dans les ganaderias de Adolfo et Victorino Martin, Cuadri, Prieto de la Cal et du Conde de la Maza. Dans cet opus enfin, le portrait décalé d'un torero étonnant , Saul Jimenez Fortes : "Les vertus du Haut Mal".


NOVILLADA DE SOUSTONS

Le dimanche 11 août, novillos de Pedres pour Alvaro Sanlucar, Gonzalo Caballero et Borja Jimenez. Le jeudi 8 en soirée, novillos de Jalabert pour Lea Vicens et Andy Cartagena. .


TOUTE LA TEMPORADA DU SUD-OUEST

Programme complet de sa temporada dans le Sud-Ouest. Voir programme. Voir numéros de réservations.


JUAN LAFITTE EXPOSE À AUCH

L'ancien torero Juan Lafitte devenu peintre, et qui a déjà exposé dans plusieurs ferias, expose ses oeuvres depuis le 15 mars au Café-Restaurant La Bodega, rue Dessoles à Auch. Dans l'oeuvre de Juan Lafitte, toreo et flamenco se mêlent de manière récurrente pour offrir un résultat empreint d'onirisme et de poésie, dont le côté cathartique ne peut laisser personne indifférent. L'exposition est permanente. Juan Lafitte exposera ensuite pour la feria de pentecôte à Vic-Fezensac, puis à Bayonne pour les corridas d'août et septembre. Voir le site de l'artiste. Voir aussi.

FERIA DE CARCASSONNE

L’association "Carcassonne Toros" a annoncé les élevages retenus pour la Féria 2013 : vendredi 30 août, corrida mixte d’Aguadulce (rejon et forcados, 2 novilleros à pied ), samedi 31 août, novillos de Cebada Gago, dimanche 1er septembre, novillos de Miura.

CORRIDA D'EAUZE

Le cartel de la corrida du 7 juillet à Eauze est le suivant : toros de Robert Margé pour Matias Tejela, Alberto Aguilar et Thomas Dufau. Le matin novillada sans chevaux avec deux erales de Jean-Louis Darré et deux de Robert Margé.

FERIA DU NOVILLO À PARENTIS

Samedi 10 août novillos de Raso de Portillo, dimanche à 11 heures, quatre novillos de Paloma Sánchez Rico de Terrones (Lamamie de Clairac) qui se présentera en France. L'après-midi novillos de Paco Madrazo (Santa Coloma).



LÉGENDES DE L'ART ÉQUESTRE

Les 4 plus grandes Ecoles d’Art Equestre du monde seront présentes à Arles pour 9 soirées de gala dans l’écrin des Arènes décorées par Christian Lacroix :
Vendredi 26 et samedi 27 Juillet Le Cadre Noir de Saumur ; Vendredi 9 et samedi 10 août L’Ecole Royale d’Art Equestre de Jerez ; Vendredi 16 et Samedi 17 août L’Ecole Portugaise d’Art Equestre de Lisbonne ; Jeudi 22, Vendredi 23 et Samedi 24 août l’Ecole Espagnole de Vienne. Ces 4 Ecoles ne sont pas des conservatoires aux équitations similaires, elles portent et transmettent chacune un patrimoine vivant qu’elles n’ont de cesse d’enrichir à leur façon et en cela elles sont toutes différentes. Toutes sont les dignes héritières de la tradition équestre la plus artistique, la plus accomplie et la plus noble. Ces hommes et leurs chevaux sont à la fois les reflets de leur époque et les maillons d’une longue chaîne qui ne cesse aujourd’hui encore d’affiner ses connaissances. En équitation comme dans d’autres arts, comment comparer Van Gogh à Picasso ou Mozart à Beethoven ? Location à partir du 12 novembre 2012, places à partir de 30 € (enfants de – de 12 ans 15 €). Tous les galas débuteront à 22h. contact@arenes-arles.com. Abonnements – 10% (1 billet dans la même catégorie pour chaque Ecole). Groupes (+ de 10 personnes) – Comités Entreprises – Centres Equestres - Opérations Entreprises – Soirées VIP : 04 90 96 90 93.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 





































imprimez cette page