RÉALITY SHOW


D'autres y ont pensé, Garlin le fait : demain matin, deux novilleros se tireront la bourre pour savoir lequel des deux complètera le cartel de la novillada de la tarde. En direct, la competencia aura lieu sous l'oeil du public qui en sera le juge. Exactement comme à la télé.

Souvenez-vous : il y a quelques semaines, ici-même, j'avais émis l'idée que pour relancer l'intérêt d'une feria comme San Isidro, il serait peut-être intéressant de laisser cinq ou six cartels ouverts - ceux dans lesquels sont engagés les figures de préférence - afin de permettre à d'éventuels toreros méritants de gagner leur place et de se glisser ainsi au premier plan.

Un radio crochet en quelques sortes, dans lequel le public est seul juge, ce qui, on le comprend, permet de le mobiliser. N'étant plus seulement consommateur mais également acteur, il joue ainsi son rôle, et ce simple fait peut être déterminant à l'heure d'aller aux arènes plutôt que de rester devant la télé.

À Garlin, on a donc repris l'idée, et l'on assistera dimanche à une première. Une sorte de reality show, pas télévisé mais en direct quand même. Pourrait-on ensuite étendre l'expérience à d'autres arènes ? Il est probable que de nombreux organisateurs auront l'oeil fixé sur les coquettes arènes béarnaises pour tirer les leçons d'une telle innovation. Et si ça marche, personne ne reprochera à personne d'en faire autant.

André Viard