PLUS DE GESTES



Après celles de Manzanares à Séville, de Talavante à Béziers, de Fandiño à Bayonne et de Juan Bautista à Istres, les encerronas du Fandi à Grenade et de Sébastien Castella à Béziers montrent la volonté des toreros de conquérir le coeur de l'aficion... et de consolider leur place.

Cette même aficion leur en sera probablement gré, surtout si les toros choisis sont à la hauteur des intentions généreuses affichées par les toreros qui, s'ils veulent atteindre leur but, devront aller au bout de leurs intentions. Ce fut le cas pour Juan Leal à Samadet, où il combattit six novillos de Fuente Ymbro, bonitos, certes, mais encastés. Ce le fut moins pour Jimenez Fortes qui a raté le coche chez lui à Malaga, en raison d'un choix trop timoré des ganaderias retenues pour l'occasion.

La temporada française est de ce point de vue peu sujette à la suspicion au vu de certains des lots qui y seront lidiés à Dax, Bayonne ou Mont de Marsan notamment, où l'on semble tout prés de remporter le pari lancé voici deux ans : obtenir des figuras qu'ils assument enfin leur rang en renonçant aux facilités qu'ils y avaient imposé depuis trop d'années.


André Viard