L'INSCRIPTION CONSOLIDÉE



Pendant que les aficionados font la fête, l'Observatoire travaille et sans faire de bruit élève peu à peu un mur infranchissable autour de la culture taurine. Après l'inscription au patrimoine, après la décision du Conseil Constitutionnel, c'est hier le Tribunal Administratif de Paris qui a apporté une nouvelle pierre à la muraille.

Le procés qui a eu lieu devant la 7ème section de la 1ere chambre le 14 mars dernier concernait la demande de désinscription formulée par diverses associations qui, au préalable, avaient posé la QPC. Le Conseil Constitutionnel ayant statué en leur donnant tort, l'affaire a donc été jugée au fond, et la justice a une nouvelle fois débouté les antis de leur demande.

Au passage, certaines d'entre elles ont été déclarées inaptes à intervenir sur ce dossier, leur objet social étant trop éloigné de cette cause. Exit donc nos amis suisses de la Fondation Franz Weber, et exit aussi les "Robins des Bois" qui avaient sauté sur ce dossier dont ils espéraient sans doute retirer une exposition médiatique.

Mais le plus important est que l'affaire ait été jugée au fond. Que dit le Tribunal Administratif ? Que l'inscription au Patrimoine a été faite conformément aux règles et qu'elle est légitime. Fermez le ban. Bien évidemment, les antis encore en course feront appel, et après l'avoir perdu tenteront de saisr le Conseil d'État, sans se rendre compte qu'à chaque échelon ils s'attachent un boulet supplémentaire à chaque cheville.

Dans cette longue procédure entamée le 13 septembre 2011 et qui a donc trouvé sa conclusion hier, l'Observatoire et l'UVTF ont toujours travaillé de concert. Le rôle de la commission juridique de l'Observatoire, présidée par le professeur Ottenhof, fut déterminant, de même que la gestion des procédures par maître Duffranc, Coloma et Guillaume François, ce dernier ayant eu le redoutable honneur de plaider devant le Tribunal Administratif de Paris, avec le succès que l'on sait. Et il n'est pas inutile de rappeler qu'ils ont tous trois mis leur talent au service de l'aficion, de manière totalement bénévole.


André Viard