Samedi 21 avril 2012

L'Edito

 

SEVILLA TIENE UN COLOR ESPECIAL...
... dit une copla fameuse de Los del Río, et le débordement d'allégresse qui a submergé la Maestranza hier en a apporté une nouvelle preuve en offrant quatre oreilles à Manzanares. Après l'indulto d'Arrojado l'an passé, nul ne semble être en mesure de refermer les vannes de ce triomphalisme débordant.


Voir édito


Actualité

SÉVILLE : QUATRE OREILLES POUR MANZANARES

La corrida de Victoriano del Rio et Toros de Cortes de ce jour est le prototype de lot de toros moderne, c'est-à-dire le medio Toro dont on espère que certains auront un peu plus de force et d'allant pour permettre aux toreros de s'exprimer. Encore faut-il , pour qu'il y ait un grand moment, qu'il y ait aussi un grand torero. Aujourd'hui Manzanares était là. Les deux premiers de la tarde étaient, à mon avis, imprésentables pour une arène de première catégorie. Le reste da la corrida, aux allures moyennes, marquait le changement avec les lots des jours précédents.
Parlons tout de suite du comportement au cheval. Et bien là aussi c'est la même chose. Tout est moyen, l'engagement, la force, la touche de mamsedumbre. Ont dit que la corrida "ha cumplido" au cheval. La seule émotion est venue du quinto qui, mal cogido par le picador, a réussi à soulever le cheval par le devant et provoquer une chute après une lutte du cavalier pour rester sur sa monture.
La Maestranza a reçu Juan José PADILLA avec une immense ovation, debout, l'obligeant à saluer avant le début de la corrida. Toute l'après midi PADILLA a eu à cœur de bien faire, posant les banderilles à ses deux opposants, toréant avec lenteur au capote son deuxième en véroniques harmonieuses. Il pose les banderilles à ses deux toros avec plus ou moins de réussite, les bonnes paires étant de bonne qualité, laissant l'avantage au toro et posant les palitroques réuni avec le bicho. Le premier toro brindé au public ne s'emploi pas à la muleta. PADILLA lui vole des séries sans émotion et termine par des adornos por bajo et un molinete. Un pinchazo et une entière. Ovation et salut. Son second après avoir montré des étincelles au deuxième tiers, s'éteint face à la muleta de PADILLA qui insiste sans succès puis termine par un espadazo. Salut au tiers.
Aujourd'hui était le jour de MANZANARES. Plutôt que de vous détailler ses Faenas je voudrais vous expliquer pourquoi son toreo a un tel impact. D'abord MANZANARES respire la classe dans toute sa gestuelle naturelle. Ensuite il est capable de transposer cette classe, dans son toreo, magnifiée à des degrés inhabituels. Face au toro il pense. Il teste les distances et sait exactement celle qu'il va mesurer pour lier comme il le souhaite les séries si personnelles que sont les siennes . Comme tous les grands toreros il sait où laisser le toro à la sortie d'une passe pour pouvoir le reprendre dans la muleta et lier. Et parce qu'il maitrise cela, il toréé dans les passes, mais il toréé aussi entre les passes. Ce qui amplifie l'impact de son toreo c'est le naturel et la lenteur avec lesquels il se retourne à la fin de chaque passe pour préparer la suivante et commencer à déplacer la muleta pour la suivante avant que le bicho ne se soit totalement livré. L'effet est immense et c'est extrêmement difficile à réaliser. Il termine ses séries en remplaçant les sempiternels double pechos par des cambios de mano ou des trincherillas. Et quand il pratique le pase de pecho c'est au ralenti et en toréant le pecho. Les caractéristiques de son second opposant ont données plus de valeur à sa prestation. Il a tué ses deux opposants al recibir avec une aisance et une efficacité époustouflantes, en donnant le pecho pour le cite. MAZANARES a été fêté aux cris de Torero ! Torero ! et porté en triomphe, par la porte del Principe, par les élèves des écoles taurines de Séville. Grand moment de communion des générations pour l'avenir de la Fiesta. Et s'il fallait encore en rajouter disons que MANZANARES a tout d'un homme d'une immense classe. Brindis de son second au docteur Ramon Vila en l'invitant à venir en piste, mais surtout saluant au tiers après la mort de son second Victoriano en compagnie de sa cuadrilla qui nous avait régalés d'un moment exceptionnel. Une brega lucide, mesurée et par le bas de Curro Javier. Deux paires de banderilles, d'anthologie la seconde, de Juan José Trujillo laissant tout l'avantage au bicho venant de très loin et l'attendant avec un minimum de mouvement pour une paire plus que réunie. Stupéfiant. Luis Blazquez ne fut pas en reste.
Passer après un tel Esthète et un tel succès était quasi impossible. TALAVANTE l'a fait avec dignité et générosité. Il toréé son premier en le citant de loin et en lui donnant des séries essentiellement droitières, agrémentées d'adornos comme les cambios de manos, les bernardinas et les arruzinas qu'il a si bien apprises au Mexique. Une entière un poil en arrière et une oreille. Son second se déplace avec émotion jusqu'au début de faena que TALAVANTE dessine en séries liées des deux mains. Puis le toro s'arrête et TALAVANTE résout par un arrimon valeureux et sincère. Un pinchazo et une entière traserita. Saludo al tercio.
Les arènes de Séville étaient pleines pour la première fois durant la féria. Il faisait beau et chaud avec un léger vent. Une grande après midi avec un Torerazo et sa cuadrilla. René-Philippe Arneodau (voir blog).

SÉVILLE : VENTORILLO AU PLUS BAS

Les Ventorillos dont deux furent renvoyés au corrales, remplacés par un Ventorillo et un Montealto étaient dans l'ensemble biens présentés sauf le 5 burraco un peu anovillado. Ces toros sans fond, sans classe et faibles ont rendus l'après midi triste et ennuyeuse.
Diego URDIALES touche un premier qui n'a jamais terminé de rompre vers l'avant. Il a gardé la tête haute tirant des derrotes et mettant Urdiales en danger à plusieurs reprises. Epée entière, en avant et contraire. Un descabello. Silence. A son second bis il sert quelques veroniques ritmées et la demie. Le mansito andarin est brindé au public. Le début de faena est peut-être trop probatoire. Le bicho a une charge longe dont il fut propice de profiter. Quand Urdiales se décide à le faire le toro va a menos en ayant du mal à terminer les passes. Macheteo. Pinchazo profonds, entière tendida.
FANDIÑO exprime une attitude déterminée depuis le début de saison. Il attend avec impatience son heure. Il n'est pas le type de torero qui fait dans le détail. Il lui faudra un toro qui bouge fort, qui transmette, peut être les Victorinos de la semaine de Farolillos. Au premier de Urdiales il délivre des gaoneras sans rompre malgré les pointes qui lui passent près. Bonnes veroniques lentes et guidées à son premier qui pousse à la première rencontre puis s'échappe à la deuxième. Fortes profite aussi de l'embestida suave du Ventorillo en chicuelinas main basses et lentes. Brindis de Fandiño au public. Malheureusement ce toro rend les armes rapidement et s'immobilise. Faena tronquée. Entière contraire un peu tendida. Au Burraco faible et protesté, Fandiño donne le Pendulo au centre. Ce Ventorillo avance en petit sauts. Les premières séries font illusion. Puis le néant. Quasi entière de coté. Le toro s'allonge alors que sonne l'aviso. Salut au tiers peu applaudi.
Le meilleur de la tarde arrive avec le premier de Jimenez FORTES aux mains de Tito Sandoval son picador. Excellent travail de positionnement du cheval, toro bien pris et piqué sans excès. Applaudissements. Quite de URDIALES par delantales. Ce toro faible calamochea dans la muleta de Fortes. Rien de relief sinon la volonté du torero de rien lâcher jusqu'à l'arrimon protesté par certains, applaudi par d'autres. Pinchazo et demi épée en arrière. Plusieurs descabellos après que le puntillero ait fait relever le bicho. Au dernier bis de Montealto, lui aussi très bien piqué par Carlos Perez à la première rencontre, FORTES toréé al hilo, en ligne, changeant la trajectoire dans le dernier tramo de la passe et ce pendant la première moitié de faena. Puis ce sont des passes données une à une et arrimon. Il termine par manoletinas puis une entière en entrant droit et se faisant découdre la taleguilla. Plusieurs descabellos avec aviso. René-Philippe Arneodau.

TEMPORADA DACQUOISE

Feria d'Août. Samedi 11. Ponce, Juli et Luque, toros de Jandilla. Dimanche 12. toros d'Escolar pour Robleño, Javier Castaño et Alberto Aguilar. Lundi 13. Toros de Alcurrucén pour Juan Bautista, Cid et Thomas Dufau. Mardi 14. Toros de Zalduendo pour Morante, Manzanares et Talavante. Mercredi 15 au matin toros de Murube pour Mendoza, Leonardo et Moura. L'après-midi toros de Baltasar Iban pour Urdiales, Sergio Aguilar et Juan del Álamo. Pour Toros y Salsa : samedi 8 septembre toros de Fuente Ymbro pour Cid, Fandiño et David Mora. Dimanche 9 toros de Garcigrande pour Curro Díaz, Juli et Manzanares.

FÊTE DE LA ROSIÈRE À LA BRÈDE

Seule place taurine de l’agglomération bordelaise, La Brède fêtera samedi 23 jjuin à 18h, sa 15ème corrida dans le cadre des Fêtes de la Rosière. Au programme, toros de Baltasar Iban pour Antonio Nazaré, Arturo Saldivar et Thomas Dufau. En matinée, novillada non piquée (entrée 10 € - organisation Fiesta Garona). Clémentito et Jean Baptiste Molas combattront des erales des frères Bats en Mano à Mano. Animations par les Bandas toute la journée. Réservations au bureau des arènes du 11 au 23 juin 05.56.20.20.30. Tarifs de 22 à 70€. Nombreuses bodegas et restaurants sur le campo de feria. Dossier de presse.

FESTIVAL À CHATEAURENARD

Le CAT (Culture Animation Tradition) et l'AMTF organisent un festival taurin le 21 avril à 16h à chateaurenard, entrée générale 15 euros, gratuit pour les moins de 16 ans. Au cartel toros de Fernay, Meynadier, Gallon, André, Pagès, Terradoc pour Morenito de Nîmes, Julien Lescarret, Medhi Savalli, Roman Perez, Patrick Oliver, Tomasito. Renseignements: 0621716769,, torerosfrance@hotmail.fr ou page facebook: association des matadors de toros français. La vente des billets aura lieu sur place le jour même. Le tirage de la tombola (cape de Juan bautista, muleta de Lescarret et billets de corrida de Dufau pour la Madeleine) organisée à cette occasion aura lieu en piste à l'issue du festival.


TEMPORADA À THÈMES

L'opus 38 de Terres Taurines sort en kiosques ce début de semaine. Le sens de la Fiesta, c’est ailleurs que dans les happenings de la «Champion’s League» qu’il faut le chercher, dans les arènes où le toro conserve son identité, mais aussi au campo, là où il est encore préservé des méthodes d’élevage indignes. Cet opus propose cinq pistes comme autant de destinations pour une temporada à thèmes. La première est une rencontre en avant-première : Robleño-Escolar, protagonistes d’une affiche déjà culte cet été à Céret. La seconde nous conduit vers le Campo Charro où, à l’écart des routes taurines actuelles, la finca de Terrones préserve jalousement son passé. La troisième suit la route du Quijote, au coeur de la Mancha, jusqu’au pied de la Montagne du Trésor où Samuel Flores élève ses Gamero Cívico. Pour la quatrième, retour en Camargue où Ginés Cartagena fait ses premiers pas, protégépar l’aura de son père et son ange gardien. Enfin, pour terminer, une destination atypique aussi, vers le Parc Jurassique des Contreras, perdu dans les collines de Forfoleda. Feuilleter.


FERIA DE VIC

Samedi 26 mai au matin, deux erales et deux novillos de L’Astarac et du Lartet pour Borja Jiménez et Javier Jiménez. L'après-midi, toros d'Escolar Gil pour El Fundi, Fernando Robleño et Sergio Aguilar. Dimanche 27 au matin, corrida concours. toros de Carriquirri, José Moreno de Silva, Fidel San Román, Esteban Isidro, Alcurrucén et La Reina pour Antonio Barrera, Iván García et Morenito de Aranda. L'après-midi toros de La Cruz pour Julien Lescarret, Joselillo et Raúl Velasco. Lundi 28 au matin, toros de Flor de Jara pour Juan Bautista, Iván Fandiño et David Mora.


CÉRET DE TOROS

Samedi 14 juillet, 18 heures, toros de Moreno De Silva pour El Fundi, Javier Castaño et Serafín Marín. Dimanche 15 juillet, 11 heures, novillos des Hros de Escobar et de Mauricio Soler Escobar pour El Dani, Imanol Sánchez et Emilio Huertas. Dimanche 15 juillet, 18 heures, toros de Escolar Gil pour Fernando Robleño.

UNION TAURINE BITERROISE

L'Union Taurine biterroise invite les aficionados à suivre ses activités sur son site.

GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 

















imprimez cette page