Jeudi 19 avril 2012

L'Edito

 

CADENCES INFERNALES
En Andalousie la pluie est enfin tombée. Le campo reverdit, et pendant un mois, avant que ne commence San Isidro, les toros retrouvent peu à peu leur identité à mesure qu'on les débarrasse des funestes fundas. Du levant au couchant, c'est le moment de faire provision d'images pour nourrir les études thématiques sur les encastes qui, après la France, ont séduit l'Espagne.


Voir édito


Actualité

SÉVILLE : OREILLE POUR NAZARÉ ET ESAU FERNANDEZ

Corrida très bien présentée sauf le troisième castaño anovillado de cara. La corrida a montré dans l'ensemble mobilité et noblesse sauf le deuxième qui après le tiers de pique résulte invalide. Selon les critères modernes certains diront que la corrida a été brave parce qu'elle a été mobile dans la muleta. Cependant si on retient le critère classique du combat au cheval on ne peut réellement dire que la corrida fut brave. Peu ou pas piquée la corrida ne s'est pas employée au cheval. Les 1, 5 et 6 étaient des toros de triomphe. La terna sévillane n'en a pas profité. Un peu plus d'une demie entrée avec un temps nuageux, froid et venteux.
Salvador CORTES touche un premier qui dès avant la pique ouvre la bouche et auquel CORTES ne trouve pas le rythme au capote. Il s'emploi peu au cheval, est peu piqué et galope en banderilles. Il est allègre et déjà donne la sensation d'offrir le triomphe. CORTES brinde au public et cite depuis le centre. Le toro tarde mais lorsqu'il va il galope. La première série droitière est gênée par le vent et n'est pas lisse. Dans la deuxième série à droite le toro accroche la muleta et la série se termine mal. La troisième à gauche est de trois naturelles, plus le pecho. Autre serie à gauche de peu d'intensité où le bicho va a menos. Retour à droite pour la meilleur série parce que CORTES aguante le ralentissement du toro et le conduit. Suivent trois séries sur les deux cornes de moindre intensité avec le toro faisant mine de rajarse. Epée entière desprendida et tendida. Plus d'aplaudissement pour le Fuente Ymbro que pour le Torero à qui le public interdit qu'il fasse la vuelta. Ce toro en 4 ou 5 séries comme fut donné la bonne série à droite permettait de couper les deux oreilles. A son second CORTES après deux pases del pendulo en début de faena est sans idée et sans recours face a un toro qui n'est ni de grande qualité ni compliqué. Deux pinchazos et une demi-épée en arrière, atravesada et perpendiculaire.
Le premier opposant d'Antonio NAZARE étant invalide, c'est à son deuxième que le Sévillan trouvera à s'exprimer. Intervenu en quite au premier de Cortes par chicuelinas et revolera, ses intentions sont claires. Le quatrième toro de l'après midi est supérieurement présenté, cornalon, veleto. Au capote il garde la tête à mi hauteur. Il hésite à aller au cheval et y combat peu. Brindis au public. NAZARE trouve dès la première série le rythme du bicho à droite et ce pour les trois premières séries droitières. La quatrième baisse de ton du fait du vent. Le passage à gauche marque le tournant de la faena. Nazare se fait toucher la muleta, interrompt la série, la musique s'arrête et le bicho le surprends avec une voltereta dont il sort bléssé. La dernière série à droite est bagareuse avant de terminer pas des manoletinas et un desplante genoux plié. Demie épée caida et atravesada d'effet rapide. 1 oreille. Aplausos pour le Fuente Ymbro. NAZARE passe à l'infirmerie.
Esau FERNANDEZ est allé à deux reprises à puerta gayola, la première pour donner une larga cambiada et la deuxième pour un larga afarolada. Bien que volontaire le torero a torééé ses deux toros al hilo, tocando por fuera, en faisant le pont à maintes reprises. Si son premier ne permettait pas d'espérer de triompher, son deuxième avait lui des qualités pour le faire. Il brinde ce toro au public, ce qui montre bien qu'il y croyait aussi. La faena d'abord à gauche, puis abandonnée à droite à cause d'une colada du toro, il reviendra à droite, à la sixième série, pour bien nous montrer que c'est cette corne qui aurait permis de couper les oreilles. Fernandez n'était pas dans le coup. Entière en arrière desprendida. Lutte du toro, mort sans puntilla. 1 oreille et aplausos al toro. René-Philippe Arneodau (voir blog).

SÉVILLE : MAÎTRISE DE CASTAÑO, VOLONTÉ D'AGUILAR

La corrida de CUADRI a été applaudie en sortie de chiqueros et en arrastre les 2, 3 et 4. Le lot très lourd dans la balance, 601 Kg de poids moyen, au caractéristiques typiques de Cuadri, cornes cornigachas et de couleur grises, avec des arrières trains massifs, a eu un comportement déconcertant passant des bonnes embestidas longues à des attaques courtes tirant des derrotes parfois dans la même série. Malgré leur volume ils se sont en certaines occasions déplacés par le bas. Face à ce lot schizophrène il fallait une technique alliée à une confiance sans faille.
En ce qui concerne Antonio BARRERA, même s'il est vrai qu'il n'a pas été le mieux servi au sorteo, qu'il a été gêne en certaines occasions par le vent, comme ses compagnons de cartel, il faut bien avouer que la confiance n'était pas au rendez-vous et que sa technique ne l'a pas compensé. A son premier ¾ de lame en perdant la muleta et en étant poursuivi, plus deux descabellos. Silence. A son second ¾ d'épée caida, divers descabellos, Silence.
Javier CASTANO c'est le contraire. Métier et volonté ce sont alliés pour lui permettre de signer une première faena de beaucoup de mérite. Ce bicho est un chasseur de proie ce qu'il démontre en banderilles. Comme ses congénères il répond aux mouvement violents par des écarts. Ce qui veut dire aussi qu'en cas de vent il répondrait aux moindres mouvements de la muleta. Il faut donc être technique et CASTANO le fut. Bon positionnement dans l'axe et en distance. Faena principalement droitière de grand mérite terminant dans les cornes et faisant passer. Un pinchazo et une entière un poil contraire, Aviso et plusieurs descabellos. Salut au tiers. Avec son second il montre sa disposition par un arrimon sans option. Pinchazo et entière contraire en perdant la muleta.
Au crédit d'Alberto AGUILAR il faut reconnaître une grande volonté toute l'après midi. Il est intervenu en quite au 2, 3 et 4 avec plus ou moins de succès, le meilleur étant les chicuelinas et media à son premier. A ce toro violent dans l'embestida il livre une faena droitière avec des séries vibrantes au début puis a menos avant ¾ d'épée en lo alto perdant la muleta, Avis et 4 descabellos. Saludo al tercio. Au sixième qui se freine dans le capote et attaque avec violence, il mettra du temps à trouver les règles. La dernière série à gauche est la meilleure après avoir donné des passes de la gauche en s'aidant de l'ayuda, ou à droite en se faisant toucher la muleta. Mais il est arrivé au bout du compte à trouver, tardivement, les codes. ½ épée en arrière et basse, plusieurs descabellos. A noter un tiers de vara bien mené au 4 autant dans le placement que par le travail du picador Tito Sandoval. De même bonne première pique au 3 par Juan Carlos Sanchez et combat vivace du Cuadri avec chute. David Adalid, second lidiando de Castaño, a banderillé les deux toros de son Maestro. Demie entrée, temps ensoleillé et vent. René-Philippe Arneodau.

SÉVILLE : MATURITÉ DE BOLIVAR ET VOLONTÉ D'ADAME

La corrida du Conde de la Maza n'a pas réservé de surprises. Présentée hors du type Nuñez, les toros ont rendus la tâche difficile aux toreros. Ils ont démontré mansedumbre, peu de classe dans les embestidas et dans l'ensemble de la noblesse. Le premier est massif, laid, il doute et attaque en se désintéressant à la sortie du capote. Lorsqu'il le prend, il tire un achazo. A la première rencontre avec le cheval il est bien pris par le piquero et se bagarre. La pique est mesurée. Bien cité pour la deuxième rencontre il est à nouveau bien pris par Luis Miguel Leiro. Le bicho se défends de la tête. Le tiers de pique est supérieur du fait du varilarguero. Bolivar débute la faena par le bas mais le toro se retourne à l'envers et fini par le mettre en difficulté en lui tirant un derrote en direction du visage. Bolivar ne s'en offusque pas et fait les choses bien en se plaçant judicieusement. Le toro est mauvais et sort de la muleta la tête haute. Bolivar essaye les deux cornes. Le bicho est pire à gauche. Un pinchazo et une entière pour conclure. Le second adversaire de Bolivar, montado, capacho et tocado , est sérieux. Il attaque fort le capote, avec violence, Bolivar le mène au centre. Le bicho est manso au cheval et est bien piqué lors de la deuxième des trois rencontres. La faena est une faena de Maestro mature. Le toro développe du genio et Bolivar lui livre une faena longue et laborieuse. Encore bien placé il embarque le Nuñez dans des séries sur les deux cornes. A gauche le bicho se colle au bout de trois passes. La faena sera essentiellement droitière, volant des passes dans un style dominateur en séries liées, résistant aux mises en danger. Une grande estocade légèrement desprendida. Bolivar aurait mérité une pétition d'oreille. Le public de la Maestranza a été froid avec lui.
Salvador Cortes touche deux Conde de la Maza permettant peu de choses. A son premier il arrive à servir trois séries à gauche, de rythme excellent, longues et liées. Puis le toro se dégonfle. ½ épée desprendida et salut au tiers. Le second est impossible. Cortes tente, puis lui porte une ½ lame basse et atravesada.
Le premier cardeno de ADAME est abanto et distrait. Manso au cheval il est mal piqué. Le début de faena est très prometteur. A la sortie du pecho de la deuxième série le toro se couche. Il n'arrivera plus à combattre. Il a eu une défaillance physique inconnue. La corrida se termine avec un toro laid, un peu anovillado, cornidelantero et fin. Il galope sans permettre du toreo de capote. Il est manso au cheval en deux rencontres. Le comble est qu'à la première rencontre, la pique est bien positionnée dans le morillo et le picador rectifie pour la porter en arrière. Quite par Lopesina rematé par une pase cambiada. Le début de faena, au niveau de la première ligne de pique, se fait par statuaires valeureuses. Puis deux séries à gauche données al hilo dans des passes longues et guidées. A droite la faena baisse de ton, le toro se désintéresse. Retour à gauche pour des naturelles données de face sans pouvoir les lier. Une entière desprendida bien exécutée déclenche une pétition majoritaire. 1 oreille pour la volonté dans une faena sans grande émotion. René Philippe Arneodau
.

FÊTE DE LA ROSIÈRE À LA BRÈDE

Seule place taurine de l’agglomération bordelaise, La Brède fêtera samedi 23 jjuin à 18h, sa 15ème corrida dans le cadre des Fêtes de la Rosière. Au programme, toros de Baltasar Iban pour Antonio Nazaré, Arturo Saldivar et Thomas Dufau. En matinée, novillada non piquée (entrée 10 € - organisation Fiesta Garona). Clémentito et Jean Baptiste Molas combattront des erales des frères Bats en Mano à Mano. Animations par les Bandas toute la journée. Réservations au bureau des arènes du 11 au 23 juin 05.56.20.20.30. Tarifs de 22 à 70€. Nombreuses bodegas et restaurants sur le campo de feria. Dossier de presse.

FESTIVAL À CHATEAURENARD

Le CAT (Culture Animation Tradition) et l'AMTF organisent un festival taurin le 21 avril à 16h à chateaurenard, entrée générale 15 euros, gratuit pour les moins de 16 ans. Au cartel toros de Fernay, Meynadier, Gallon, André, Pagès, Terradoc pour Morenito de Nîmes, Julien Lescarret, Medhi Savalli, Roman Perez, Patrick Oliver, Tomasito. Renseignements: 0621716769,, torerosfrance@hotmail.fr ou page facebook: association des matadors de toros français. La vente des billets aura lieu sur place le jour même. Le tirage de la tombola (cape de Juan bautista, muleta de Lescarret et billets de corrida de Dufau pour la Madeleine) organisée à cette occasion aura lieu en piste à l'issue du festival.


TEMPORADA À THÈMES

L'opus 38 de Terres Taurines sort en kiosques ce début de semaine. Le sens de la Fiesta, c’est ailleurs que dans les happenings de la «Champion’s League» qu’il faut le chercher, dans les arènes où le toro conserve son identité, mais aussi au campo, là où il est encore préservé des méthodes d’élevage indignes. Cet opus propose cinq pistes comme autant de destinations pour une temporada à thèmes. La première est une rencontre en avant-première : Robleño-Escolar, protagonistes d’une affiche déjà culte cet été à Céret. La seconde nous conduit vers le Campo Charro où, à l’écart des routes taurines actuelles, la finca de Terrones préserve jalousement son passé. La troisième suit la route du Quijote, au coeur de la Mancha, jusqu’au pied de la Montagne du Trésor où Samuel Flores élève ses Gamero Cívico. Pour la quatrième, retour en Camargue où Ginés Cartagena fait ses premiers pas, protégépar l’aura de son père et son ange gardien. Enfin, pour terminer, une destination atypique aussi, vers le Parc Jurassique des Contreras, perdu dans les collines de Forfoleda. Feuilleter.


FERIA DE VIC

Samedi 26 mai au matin, deux erales et deux novillos de L’Astarac et du Lartet pour Borja Jiménez et Javier Jiménez. L'après-midi, toros d'Escolar Gil pour El Fundi, Fernando Robleño et Sergio Aguilar. Dimanche 27 au matin, corrida concours. toros de Carriquirri, José Moreno de Silva, Fidel San Román, Esteban Isidro, Alcurrucén et La Reina pour Antonio Barrera, Iván García et Morenito de Aranda. L'après-midi toros de La Cruz pour Julien Lescarret, Joselillo et Raúl Velasco. Lundi 28 au matin, toros de Flor de Jara pour Juan Bautista, Iván Fandiño et David Mora.


CÉRET DE TOROS

Samedi 14 juillet, 18 heures, toros de Moreno De Silva pour El Fundi, Javier Castaño et Serafín Marín. Dimanche 15 juillet, 11 heures, novillos des Hros de Escobar et de Mauricio Soler Escobar pour El Dani, Imanol Sánchez et Emilio Huertas. Dimanche 15 juillet, 18 heures, toros de Escolar Gil pour Fernando Robleño.

UNION TAURINE BITERROISE

L'Union Taurine biterroise invite les aficionados à suivre ses activités sur son site.

GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 

















imprimez cette page