L'ALLIANCE ANTICORRIDA CONDAMNEE


Sous ce titre choc, l'AFP a diffusé hier une dépêche très remarquée grâce à laquelle tous les médias français et espagnols ont été informés de la grande victoire remportée par les organisateur de Rieumes qui, si elle existait - mais a priori rien n'interdit de la créer - mériteraient de se voir décerner la Grande Croix du Mérite de l'Aficion.

Ainsi que le précise l'AFP, "la cour d'appel de Toulouse a confirmé hier la légitimité de la tradition taurine en Haute-Garonne et a condamné l'Alliance anticorrida à verser 3.000 euros aux organisateurs d'une corrida dans ce département, a-t-on appris aujourd'hui de source judiciaire.

Depuis une dizaine d'années, poursuit la dépêche de l'AFP, l'Alliance anticorrida poursuivait en justice les responsables de Rieumes, à une vingtaine de km au sud de Toulouse, réclamant l'interdiction d'organiser des corridas dans la commune.

Dans son arrêt, la cour a estimé qu'"une tradition ininterrompue de course de taureaux peut être invoquée à Toulouse, ainsi que dans sa région" et a jugé mal fondées les demandes d'interdiction et de dommages et intérêts de l'Alliance anticorrida. Elle a condamné celle-ci à verser 3.000 euros au club taurin de Rieumes, ainsi qu'à payer les dépens".

Inutile de dire que cette décision intervient au meilleur moment, alors que l'Observatoire a entrepris de regagner le terrain perdu et d'inverser diverses prises de positions contraires à la culture taurine. Grâce soit donc rendue à Yves Samyn et les siens, sans oublier tous les juristes qui ont magnifiquement oeuvré, lesquels ont manifesté le désir d'intégrer le groupe de travail juridique de l'Observatoire. Inutile de dire que s'ils n'en avaient pas pris l'initiative, nous les en aurions priés.

André Viard