LE CHIFFRE DU JOUR


Sur la grande énigme des honoraires que touchera à Madrid José Tomas, une indiscrétion circule dans le mundillo : 360.000 euros par corrida, soit 60 millions des anciennes pesetas.

Un chiffre vraisemblable dans la mesure où les honoraires de José Tomas dans des arènes comme Dax par exemple s'élevaient l'an passé à 25 millions de pesetas, et que pour cette année ils étaient montés à 35, raison pour laquelle l'affaire ne s'est pas faite. À Nîmes on parle de 40 pour mai prochain, ce qui rend vraisemblable la rumeur du mundillo.

Pour la petite histoire, la différence minime qu'évoquait José Antonio Chopera pour expliquer le fait qu'il n'engageait pas José Tomas - lorsque c'était le cas - s'élevait dit-on aussi à 5 millions de pesetas par après-midi, soit 30.000 euros. Un pourboire !

Bien sûr, certains trouveront choquant qu'un torero perçoive ces honoraires pour un seul après-midi alors que certains de ses compañeros - et pas les moins nombreux - engagés dans la même feria toucheront à peine 2 millions et demi de pesetas soit 15.000 euros, pour combattre les corridas les moins engageantes de la San Isidro.

Si les écarts n'ont jamais été aussi importants entre le haut et le bas de l'escalafon, le phénomène a cependant toujours existé. En fait, les toreros se classent en gros en trois catégories : à un bout de l'échelle les hors cadre (José Tomas, Juli, Ponce, Castella, Morante et peu d'autres) et à l'autre les sans grade, ceux qui ne demandent même pas combien on va leur donner, sachant par avance qu'ils sont interchangeables et que leurs honoraires seront ceux fixés au plancher par les accords syndicaux. Entre les deux, le groupe mouvant des toreros que l'on prend en considération (une quinzaine) et que l'on paye en fonction de leurs performances.

En tout état de cause, il n'est pas inutile de rappeler à ceux qui trouveraient que certains toreros sont trop payés, qu'à côté des footbaleurs, boxeurs, basketteurs... de premier plan - et même de second - ils font figure de travailleurs pauvres
.

André Viard