L'ARENE DE FRANCE SANS LE MONDE TAURIN

Après une large consultation menée auprès des entités signataires de l'Appel de Samadet et alors que l'Europe vient de rejeter pour la deuxième fois une proposition d'abolition des corridas, la volonté majoritaire du monde taurin français est de ne pas participer en tant que tel au débat prévu dans le cadre de l'émission "L'Arène de France".

Ce qui ne veut évidemment pas dire qu'il est interdit à ceux qui le souhaitent d'y aller (de quel droit serait-ce le cas ?) mais que ceux qui s'y risquent ne représenteront qu'eux mêmes.

Deux arguments principaux expliquent ce choix : chargé d'animer l'émission, et donc de distribuer les questions et les temps de parole, Stéphane Bern est signataire de la pétition qui demande l'abolition des corridas, ce qui le disqualifie dans l'optique d'un débat équitable ; par ailleurs, l'amalgame inadmissible que la production entend faire sous le thème global de la "souffrance animale" entre la corrida, la chasse et la vivisection montre bien que ce dont il s'agit, plus que d'un débat, est un véritable procès.

À l'heure où l'Europe vient de rejeter pour la deuxième fois et à une immense majorité un texte abolitionniste et alors que la Cour de Cassassion a tranché depuis un an en confortant la jurisprudence concernant les régions taurines, ce pseudo débat apparaît donc comme une provocation grossière et gratuite qu'il est inutile de cautionner.

Pour montrer toutefois leur désir de débattre sur de vrais sujets, les signataires de l'Appel de Samadet ont en revanche fait savoir à la production que le jour où elle se pencherait sur le thème des dérives de l'intégrisme animalier, de nombreux participants sont prêts à l'épauler.


André Viard