Dimanche 23 avril 2006


EDITO


CASTELLA EFFLEURE LA PORTE DU PRINCE


Lorsque sortit en piste le cinquième toro de la corrida d'hier, La Maestranza priait sans doute pour qu'il embiste un peu, mais ce ne fut pas le cas et la Porte du Prince outre ouverte se referma. Voir édito d'André Viard



ACTUALITE

SEVILLE : DEUX OREILLES CASTELLA, UNE POUR MANZANARES

Trois toros de Jandilla (compliqué le premier, éteint le troisième et rajado le cinquième) deux de Zalduendo (excellent le second primé d'une vuelta, plus tardo mais avec du fond le dernier) et un de La Dehesilla manso. César Rincon silence et silence, Sébastien Castella deux oreilles après avis et salut, José Mari Manzanares applaudissements et oreille. La corrida a commencé par un épisode inédit, le torilero ayant ouvert la porte du ciquième toro - deuxième de Castella, en lieu et place du premier de Rincon. Après rapide concertation, il fut décidé de le remettre dans son chiquero. Un quart d'heure en tout.
Sortit alors le premier jandilla de lidia ordinaire pour Rincon qui dut s'employer ferme face à un adversaire coriace, de même qu'à son second qui lui laissapeu d'options.
Sébastien Castella a trouvé dans son premier de Zalduendo un adversaire de qualité, brave noble et mobile, qui lui a permis de se montrer à son meilleur niveau dans son registre. Ayant sans doute trop allongé sa faena avant de prendre l'épée, Castella eut du mal à cadrer et laissa une estocade al encuentro très longue d'effet qui donna lieu à un avis. Au terme d'un long moment, le brave Zalduendo alla mourir au milieu du ruedo. À la demande du public, après avoir concédé les oreilles au torero, le président accorda tardivement une vuelta posthume au toro alors qu'il était déjà au desolladero... Le cinquième - celui de l'épisode inaugural de la corrida - révéla vite sa condition de manso. Castella essaya, resta quieto, insista, força l'animal à accepter quelques passes, mais il était impossible de couper cette troisième oreille synonime de Porte du Prince que le matador biterrois venait de frôler.
Le premier de Manzanares était noble mais manqua de fond, ce qui ne permit pas au torero d'aller au-delà d'une ébauche esthétique et technique mais dénuée d'émotion. Avec les mêmes armes et beaucoup de décision, il mit progressivement le dernier dans sa muleta lors d'une faena in crescendo de grand mérite au cours de laquelle il ratifia avoir acquis une dimension morale et professionnelle supérieure à celle qu'on lui connaissait.

"LES ANTI CORRIDAS PEINENT À SE FAIRE ENTENDRE DANS LE SUD..."

Sous le titre peu équivoque "Les anti-corrida peinent à se faire entendre dans le sud de la France", l'AFP a diffusé hier auprès de tous les médias français un papier de fond sur le sujet, lequel a le mérite de poser les termes du débat. Ci-dessous le texte intégral :
ARLES (France), 22 avr 2006 (AFP) - Comme à chaque début de saison tauromachique, les anti-corrida tentent, non sans mal, de faire entendre leur voix dans la région d'Arles et de Nîmes (sud de la France) à forte tradition taurine.
   A l'occasion de la féria pascale à Arles qui marque le début de la saison, l'Alliance pour la suppression des corridas, basée à Nîmes, a lancé une campagne d'affichage pour dénoncer des « spectacles barbares ». Aussitôt les affiches collées, elles ont été recouvertes de peinture.
   « Il n'est pas de bon ton d'afficher tout haut son opposition », commente une habitante d'Arles.
   « Déni d'expression », s'emporte la présidente de l'Alliance, Claire Starozinski. « C'était de la provocation », rétorque le président des arènes d'Arles, Luc Jalabert, qui coupe court à la conversation lorsqu'on aborde la question.
   Le sujet est très sensible et tourne vite au dialogue de sourds, admet André Viard, éditeur de la revue « Terres Taurines » et ancien torero, qui vit dans les Landes. Pour lui, la tauromachie est « une culture ancrée dans l'histoire de l'humanité » et qui en France a attiré l'an dernier près d'un million de personnes dans les arènes. « Qu'elle ne fasse pas l'unanimité dans un monde enclin à aseptiser tout ce qui dérange, est un fait. (...) Mais a-t-on le droit de vouloir éradiquer une culture, au risque d'être soi-même le barbare que l'on dénonce ? », s'interroge-t-il.
   Un argument qui fait sursauter Dominique Joron, de la Fédération de liaison anti-corrida (Flac), basée à Agde (Hérault). « L'excision dans d'autres pays c'est culturel, les femmes voilées aussi. Est-ce que c'est acceptable pour autant ? ».
   Les pro-corrida affirment que les « antis » font « beaucoup de bruit pour rien ». Seules une vingtaine de personnes ont manifesté mercredi devant les arènes d'Arles à l'appel de la Flac, alors que 55.000 entrées ont été enregistrées dans les arènes au cours du week-end pascal - 10% de plus que l'an dernier - et que plus de 450.000 personnes ont participé aux réjouissances dans la ville, un argument économique de poids.
   La Flac qui revendique une trentaine d'associations adhérentes et des dizaines de milliers de membres, admet que ses appels à manifester n'attirent pas les foules. Mais affirme que l'opinion publique est largement acquise à sa cause, même dans le sud.
   Ces dernières années, comme l'Alliance pour la suppression des corridas, elle multiplie les campagnes d'affichage. Elle compte aussi sur son lobbying auprès d'élus pour faire changer la loi qui autorise la corrida avec mise à mort « de Fréjus à Bordeaux, de la mer à la garrigue ». Selon elle, 62 députés soutiennent une proposition de loi destinée à les faire interdire ainsi que les combats de coqs.
   « Pour l'instant, on ne nous écoute pas: la corrida prend de l'ampleur, elle est très médiatisée, dit M. Joron. Mais notre opposition se structure. Cela ne fait que quinze ans que le mouvement est vraiment lancé ».
   Le mouvement anti-corrida s'est organisé au début des années 1990, avec la création de la Flac, de l'Alliance ou du CRAC (Comité radicalement anti-corrida).
   Selon M. Viard, l'action des anti-corrida « s'est accélérée grâce à internet ». Il lie directement cet essor à la lettre de menaces contenant des lames de rasoir qu'il a reçue en mars, comme neuf autres personnalités du monde taurin. « Le discours de ces associations pousse des extrémistes à passer à l'acte », dit-il.
   Mme Starozinski y voit des propos « calomnieux ».

Une fois de plus, pour réfuter l'incontournable réalité culturelle de la corrida, les anti ne trouvent qu'à lui opposer le fait que l'excision est aussi une culture, assimilant une fois encore la femme à l'animal. Les féministes apprécieront sans doute. Quant aux "dizaines de milliers de membres" revendiqués par une FLAC que l'on sait à l'agonie, à quand un défilé ?

CORRIDAS TELEVISEES

Les prochaines corridas télévisées sont les suivantes : samedi 22 en direct de Santa Cruz de Mudela sur Castilla-La Mancha et peut-être Canal Sur, toros de Navalrosal pour Sergio Martínez, Sánchez Vara et Tomás López ; mardi 25 sur Canal Sur en direct de Séville toros de Juan Pedro Domecq pour  Enrique Ponce, Rivera Ordóñez et “El Cid” ; dimanche 30 enfin, de Séville aussi mais sous réserve d'accord avec l'empresa, sur TVE1 puis TVEI le soir, toros de Miura pour El Fundi, Juan José Padilla et Javier Valverde. Les trois sont prévues à 18 heures 30.


CONFERENCE À BIRAN

Les Amis du Vieux Biran invitent les aficionados à assister à la conférence donnée par madame Araceli Guillaume-Alonso, Maître de Conférences en espagnol à l’Université de Paris IV Sorbonne sur le thème : Ronda, ou un certain concept de l’art tauromachique. De Pedro Romero à Antonio Ordoñez. Cette conférence sera accompagnée d’une projection permettant d’asseoir la discussion. Elle se tiendra le vendredi 28 avril 2006, à 21h00, dans le Boulodrome d'hiver de Biran ( accès à côté de la mairie) 32350 Biran. L’entrée est gratuite. Pour l'occasion, Alain Cantarutti, artiste-peintre tauromache exposera dans la salle de la conférence.

TIENTA À FONTVIEILLE

Le CTPR "Los Molinos" organise une tienta le samedi 29 avril 2006 à 10h30 dans les arènes de Fontvieille Quatre vaches de la ganaderia Granier Frères seront lidiées par Morenito de Nîmes, Charlie El Lobo, Julien Miletto et Marco Leal. Un apéritif offert clôturera cette matinée. Renseignements : 04 90 54 66 37

UN SITE SUR LA BOUVINE...


Notre confrère photographe Emile Grande invite les aficionautes à visiter le site qu'il consacre au monde de la bouvine et que l'on peut visiter sur http://grandemile.info.

... ET UN AUTRE SUR LE RECORTADOR LANDAIS CASARIN

Notre excellent confrère Cyrille Vidal nous signale le site du recortador landais David Casarin que les aficionautes sont invités à visiter :
http://casarin.pikapix.com

FACE AU TORIL EN AVRIL

Samedi 22 avril 2006 à 16 heures 20 le numéro 190 de Face au Toril, Magazine de la tauromachie proposé par Joël Jacobi et réalisé par Michel Dumas. Au sommaire : Premiers trophées A Valencia et Castellon, les triomphes de César Jiménez, Miguel Angel Perera et El Juli. Arles Compte-rendu de la feria pascale d’Arles. Quinquin Portrait de Francine "Quinquin" Yonnet, éleveur de toros. Face au Toril sera également diffusé le 23 avril 2006 à 12h50 sur France 3 Aquitaine.

TERCIOS EN VACANCES MAIS EN LIGNE

Les 3 dernières émissions de Tercios sont en ligne sur www.france3.fr : sélectionner la région Aquitaine, puis Emissions sur la page d’accueil, et cliquer sur « Tercios ».

MARCEL GARZELLI ON TOUR

Le Club Taurin Ricard Aquitiane le recevra le vendredi 21 avril à 19h30 Marcel Garzelli pour une présentation du cartel de la feria de Vic 2006. RDV: Resataurant Basque Txapel Gorri- 34 bis cours du Chapeau Rouge à Bordeaux.

bleu
CALLEJON EN LIGNE

À partir du 29 avril et jusqu'à la fin de la temporada, les aficionautes pourront écouter en direct ou en différé le magazine "Callejon" animé sur France Bleu Gascogne chaque samedi de 12 heures 30 à 13 heures par André Viard et Pierre Arnouil.


NOUVEAU SITE POUR SERGIO GALAN

Sergio Galán a mis en ligne une nouvelle page totalement rénovée dans laquelle il compte informer règulièrement les aficionautes des péripéties de sa carrière. www.sergiogalan.com.

LE CLUB TAURIN LOU BANDOT EN LIGNE

Le
club taurin "Lou Bandot "de Saint Laurent d'Aigouze invite les aficionautes à découvrir son site sur www.loubandot.com.

IMPRESSIONS DE VOYAGE

Philippe Gourgue, photographe à Terres taurines (notamment), vient d'éditer sous le label Impressions de voyage un coffret contenant 12 cartes postales et un feuillet de présentation. Le produit est vendu 10 €. Pour tout renseignement : Gilles Boillot, Impressions de voyage, 7 rue Jean Lissar 64240 Hasparren. Téléphone : 05 59 29 57 92. imp.voyage@wanadoo.fr .


LA LETTRE DE TERRES TAURINES

En un an à peine, la revue Terres Taurines a trouvé dans le coeur des aficionados une place à part, ce qui nous incite, à travers une lettre réalisée en complément du site, à renforcer le lien qui nous rattache aux aficionautes qui nous visitent chaque jour, lesquels recevront en cadeau lors de chaque envoi une photo originale. Pour s'inscrire.

TOROS Y TOREROS SUR CANAL ONCE

La chaîne méxicaine Canal Once a repris la programmation de son magazine taurin "Toros y Toreros" qui est mis en ligne chaque lundi sur http://oncetv-ipn.net/webcast/index.htm. A voir surtout pour les images d'archive diffusées dans certains sujets.

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.com

L'ACTUALITE TAUROMACHIQUE SUR "SUD-OUEST"

Seul grand quotidien régional à offrir une actualité règulière en ligne d'accès libre, le journal Sud-Ouest invite les aficionautes à retrouver les chroniques de Zocato entre autres sur www.sudouest.com. Dans la rubrique "couleur sud-ouest", cliquer sur la rubrique "toros".

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 












imprimez cette page