DANS LE DOS DE L'AUTRUCHE


Tandis que certains confrères semblent avoir choisi la politique de l'autruche face aux menaces anti taurines que nous serions quelques uns à exagérer, deux faits viennent conforter notre choix de les dénoncer afin de faire prendre conscience aux aficionados de la nécessité d'agir aussi.

Le premier concerne la publicité que la compagnie de voyage Easyjet avait publié et dont nous nous étions fait l'écho ici, laquelle avait pour objet de "vendre" la feria de Fenouillet à ses clients anglais. Suite à un courrier d'anti taurins notoires et acharnés, la compagnie a répondu ceci : "EasyJet apologies for any offence caused by the inclusion of bullfighting in its 'June Highlights' and have immediately removed all references". Autrement dit, de plates excuses pour l'offense faite en parlant des corridas et le retrait du produit.

Le deuxième fait n'est pas moins significatif et c'est le très sérieux site économique nord-américain bloomberg.com
qui en fait état : à la demande de la très radicale association animalière PETA (people for the Ethical Treatment of animals), la production du film consacré à Manolete s'est engagée à ne filmer aucun combat réel impliquant des toros qui pourraient être blessés et à remplacer ceux-ci par des images de synthèse. Non contente de ce résultat, la porte-parole de PETA a regretté que ce film donne de la tauromachie une image romantique, tout en se réjouissant quand même : "Il y a une petite consolation à la fin..." : la mort de Manolete.

Sans commentaire
, sauf un : dans le dos de l'autruche, les choses bougent quand même.

André Viard