LES ALÉAS DU PROGRÉS

Depuis plusieurs saisons, la ganaderia de Nuñez del Cuvillo est devenue la référence obligée en ce qui concerne le taux de toréabilité de ses camadas. Et le ganadero n'est pas avare de ses secrets.

Il en est persuadé, le plus important pour la qualité du spectacle est que le toro bouge et qu'il ne tombe pas. Pour cela, il est recommandé qu'il n'humilie pas trop, chacun sachant bien que tête en bas le toro dure moins et est plus fragile. D'où la recherche particulière dans laquelle Alvaro Nunnez s'est lancé, laquelle a pour objet de produire un toro qui embiste à mi hauteur.

Le taux impressionnant de réussite de ses camadas semble lui donner raison, mais la corrida lidiée hier à Valence montre les limites de ce raisonnement : quand le toro n'humilie plus, qu'il bouge et conserve de la caste, le risque est grand de le voir perdre sa toréabilité, ou tout au moins de ne plus déceler dans ses charges la fixité indispensable à la réalisation du toreo moderne.

Cette limite, entre le "correctement toréable" et l'âpreté, Nuñez del Cuvillo l'a franchie hier dans plusieurs de ses toros, le cinquième surtout, auquel Sébastien Castella a fait front avec panache, chacun dans l'arène ayant compris que quelque chose se passait. Ce quelque chose était évident au regard du danger palpable contenu dans chacune des embestidas dont l'imprévisibilité rendait la faena improbable.

S'il avait correctement tué, Castella aurait coupé les deux oreilles de ce toro incommode. Mais la question qui se pose est de savoir quel pourcentage de toros semblables à celui-ci les figuras vont-elles tolérer dans les camadas de Nuñez del Cuvillo avant de s'en détourner ? Il y a un précédent : à la fin des années quatre-vingt une autre ganaderia tenta de bouger les lignes en déplaçant le curseur de la caste. Son nom ? Cebada Gago. Les figuras s'en détournèrent et depuis elle rame à contre courant, seule la plantation providentielle de quelques rangées d'éoliennes plus lucratives que ses camadas lui ayant évité d'entrer en récession.

André Viard