LA LETTRE DE TERRES TAURINES


La première lettre de Terres Taurines a été envoyée hier après-midi à quelques 9.000 destinataires, ce qui fait de ce nouveau média le plus lu de tous ceux qui traitent de tauromachie en France. À terme, cette lettre dont le nombre des récipiendaires est appelé à croître, servira à diffuser, au-delà du monde taurin, des informations concernant notre culture.

Pour ceux qui ne voient pas en moi l'allié des anti taurins qu'un esprit malade s'acharne à décrire, cette initiative ne peut qu'être comprise comme le début d'une action à long terme qu'il incomberait au monde taurin dans son ensemble de conduire. Mais puisqu'il n'en est rien, plutôt que de baisser les bras ou de passer le temps à entretenir de vaines querelles, j'ai choisi de le mener à bien en attendant que soit enfin créé l'organisme représentatif du monde taurin dans son ensemble que nous sommes nombreux à appeler de nos voeux.

Elus, collectivités publiques, journalistes, industriels, éditeurs, agences de communication ou de presse, groupes de presse, associations, etc... sont notre cible, afin, face au discours de haine des anti taurins, d'édifier un barrage sémantique dont le but avoué est d'obtenir, au moins, la neutralité de ceux qui ne nous connaissent pas et pourraient être tentés, comme Renaud par exemple, de ne voir en nous que les barbares que l'on veut bien décrire.

Emplâtre sur une jambe de bois ? Peut-être, mais je ne le crois pas dans la mesure où tout individu un tant soit peu responsable ne peut soutenir le recours à des actes de terrorisme à l'encontre d'une culture dans laquelle plus d'un million de français issus de toutes les régions aiment à se reconnaître.

Que celle-ci soit le théâtre de querelles incessantes, de fâcheries ou même de franches polémiques entre ses différentes chapelles n'enlève rien au fait qu'il appartient à chacun de nous de la défendre, et j'ajouterai que ce tourbillon permanent dans lequel le discours taurin se construit et circule est la preuve évidente de la bonne santé de l'aficion : loin de cèder à un hypothétique discours unique que certains dénoncent - cela fait partie aussi des sujets de discorde - le peuple du Taureau vit sa passion de mille manières, preuve de sa richesse et de sa diversité.

Et s'il est un sujet, un seul, sur lequel tous les aficionados doivent s'entendre, c'est bien la nécessité de faire entendre leur voix à l'unisson à l'heure de revendiquer la liberté de vivre leur culture comme ils l'entendent, conformément à la loi et dans le respect de ceux qui ne la partagent pas.

Tel sera l'objet de cette lettre : intervenir, autant de fois qu'il le faudra, en concertation aussi avec les diverses entités taurines, pour contrecarrer le discours de ceux qui veulent nous faire taire. Le mouvement est lancé. Mais pour qu'il atteigne le but fixé, un énorme travail nous attend : enrichir la base de données afin d'élargir celle de nos destinaires. Ce qui relève de la responsabilité de tous ceux qui veulent contribuer à la pérennité d'un mode de vie chaque jour plus désuet bien que les valeurs sur lesquelles il se fonde puissent être données en exemple au reste de la société.

De l'adhésion de chacun dépend la réussite du projet.


André Viard