Ier MASTER INTERNATIONAL DES ECOLES TAURINES

Agiter les idées en suscitant au besoin la polémique peut être un facteur de créativité, à condition que cela débouche sur des projets concrets et non sur les sempiternelles querelles de clocher qui firent un temps le miel de l'aficion mais sont aujourd'hui bien dépassées.

Il est vrai que le contexte général n'est pas propice à l'harmonie. En Languedoc, les manoeuvres politiciennes semblent devoir rallumer un conflit nord sud dont on se serait bien passé, dans la mesure où il n'est jamais agréable pour la province de se sentir le jouet de Paris. Dans les Landes, à un autre niveau, c'est un peu la même chose, avec un préfet qui est en train de soulever l'arrière ban des festayres qu'il veut priver de leurs soirées de fêtes, au risque de fédérer contre lui tout un département fier de ses fêtes locales, de ses nuits blanches... et de ses excès.

La polémique enfle et des deux côtés le citoyen tranchera, ramenant les imprudents à une juste vision de la réalité des choses. En sera-t-il de même à Nîmes où la création du Ier Master International des Écoles taurines devrait être un facteur de cohésion ?

Trois éliminatoires les 10 et 11 avril avec entrée gratuite, au cours desquels se produiront six novilleros chaque fois : en tout, quinze aspirants sélectionnés par les écoles taurines appartenant à la Fédération Internationale, et trois par celles d'Arles et de Nîmes. Les phases finales auront lieu en nocturne de la feria les 21, 22 et 23 mai, cette dernière face aux erales d'El Freixo offerts par la Fondation du Juli (origine Daniel Ruiz).

L'objectif est double : offrir aux jeunes toreros un tremplin prestigieux, et aux jeunes aficionados une occasion d'aborder la Fiesta sans bourse délier durant les éliminatoires et à moindre frais lors des phases finales. Les clubs nîmois organiseront autour de ces courses diverses rencontres culturelles. Après avoir été l'objet de débats passionnés le projet est donc sur la table, il a belle allure, et il ne reste plus qu'à le partager.


André Viard