EXTINCTION DU DOMAINE DE LA LUTTE


Selon une info parue hier dans le quotidien catalan El Punt, le combat pour l'abolition des corridas a cessé d'être une priorité pour les deux formations politiques qui jusqu'ici s'étaient montré les plus acharnées, ce qui confirme les soupçons d'opportunisme politique qui avaient été portés contre elles.

Rien ne va donc plus du côté des anti taurins catalans, depuis que l'ERC et ICV-EUiA ont annoncé leur intention de ne plus présenter de proposition de loi abolitionniste comme ils l'avaient fait en juin dernier lors d'un vote rendu caduc par les élections qui avaient suivi, les deux formations se réservant toutefois le droit, à l'avenir, de remettre la question au goût du jour, mais pas sans consultation préalable avec ses alliés.

Il faut voir dans ce virage à 180 degrés de la politique taurine de l'ERC les effets de son entrée dans la majorité qui gouverne la Generalitat sous l'autorité du président Montilla, un aficionado déclaré qui a ramené le Partido Socialista Catalan au pouvoir en Catalogne.

Une position qui ne plaît évidemment pas à l'autre grand parti de gouvernement catalan, Convergença I Unio, lequel, repoussé dans l'opposition par cette coalition bien qu'étant arrivé en tête lors des élections s'est insurgé contre l'opportunisme des deux partis séparatistes qui avaient cherché son appui lors du vote anti taurin. Si un tel vote venait à être reproposé, CiU a précisé qu'elle ne donnerait désormais aucune consigne de vote et qu'elle laisserait une totale liberté à ses députés.

Autant dire que la cause anti taurine dans une Catalogne qui était devenue son meilleur laboratoire vient de subir un sérieux coup d'arrêt !

André Viard