FLORILEGE


Les deux assemblées d'information organisées par la Mesa del Toro à Madrid et Séville ont permis de vérifier deux points fondamentaux : la grande famille taurine est plus unie que jamais et les objectifs définis par sa junta directiva ont clairement été approuvés.

Si l'on pouvait craindre que le volontarisme l'emporte sur le pragmatisme, ces deux réunions ont balayé tous les doutes : de manière très professionnelle, le monde taurin espagnol a réussi à se structurer, unissant dans une même fédération quinze entités fondamentales : toutes les professionnelles plus un collectif d'aficionados.

Quatre cent personnes réunies dans une salle, parmi lesquelles on a pu remarquer d'anciennes figuras comme le Viti ou Palomo Linares, Joselito ou le Capea, des figuras actuelles comme Perera, un grand nombre de ganaderos de haut niveau, Alvaro Domecq, Victoriano del Rio, Eduardo Miura bien sûr qui est le président de la Mesa, Lorenzo Fraile, Samuel Flores... des banderilleros, des picadors, des mozos de espadas, des journalistes, des empresas, grands - Pablo Lozano - ou moyens - Carlos Zuñiga -...

Objectif à long terme, revendiquer la culture taurine et consolider un secteur malmené par l'administration, en agissant tant au niveau de la règlementation sanitaire que fiscale. À court terme, renverser la tendance en inversant le vote catalan.


André Viard