L'OPTION FRANCAISE


Plus que les années précédentes encore, la temporada française risque d'être marquée par la présence renforcée des toreros nationaux.

Comme l'an passé, Sébastien Castella et Juan Bautista (torero ayant le plus toréé et le plus coupé de trophées dans les ferias françaises en 2006), devraient être présents dans toutes les ferias au sein des cartels de prestige. Ils devraient y être accompagnés, selon toute vraisemblance, par Mehdi Savalli dont les trois corridas toréées en France après son alternative ont confirmé l'intérêt qu'il présentait à ce niveau pour un large public.

Atout non négligeable pour Mehdi, ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle pour quelques autres compañeros, il devrait aussi se tailler la part du lion, en raison de son charisme et de son abattage, dans les arènes moyennes où une seule corrida est organisée par an. Et l'un dans l'autre - rendez-vous en octobre prochain pour le vérifier - Mehdi ne devrait pas être très loin du poste de premier.

Derrière, Denis Loré pour son année de despedida et Julien Lescarret pour une temporada qui s'annonce de transition, devraient occuper la plupart des postes vacants, Julien Miletto n'ayant pas tout a fait réussi la percée attendue qui lui permettrait d'accèder tout de suite au plus haut niveau. Patience, le torero a des qualités, de l'ambition et du courage.

À l'échelon inférieur, il faut s'attendre à une razzia : si l'on en croit les intentions affichées de la plupart des empresas, Marco Leal et El Santo devraient monopoliser le marché des novilladas piquées, comme ils le firent voici deux ans en sans chevaux. Attention tout de même à l'overdose et espérons pour eux que leurs entourages respectifs sauront les exporter afin de ne pas faire d'eux de typiques toreros franco-français, catégorie dont le passé a montré les piètres chances de carrière sérieuse au plus haut niveau, à plus forte raison lorsque celui-ci est dominé par les toreros nationaux.

Jeremy Banti prendra-t-il l'alternative comme on le murmure ? Roman Pérez parviendra-t-il à se glisser dans quelques cartels pour lancer avec succès sa saison en France ? Telles sont les deux variantes qui viendront relativiser le raz de marée Marco-Santo auquel on peut s'attendre.

André Viard