PAS DE DEUXIEME ETAGE POUR LA FUSEE DE L'AFICION


Bien qu'il soit toujours difficile, dans le cadre d'un programme forcément réduit en temps, d'aborder au fond les grands problèmes, Jean Grenet a eu le mérite, lors de l'émission Tercios d'hier, de répondre à toutes les questions... sauf une.

Et je me félicite de l'avoir posée, même si elle n'a donné lieu, d'une part, qu'à un exercice de langue de bois prévisible mais bien fait, et d'autre part à une désinformation en ligne que seule la malveillance peut expliquer.

Je la repose donc : peut-on, après avoir construit une structure qui regroupe uniquement les élus des villes taurines, imaginer un deuxième élan sur le chemin de l'union, qui aurait pour objet d'intégrer dans un organisme qui reste à inventer, l'UVTF, mais aussi les professionnels, les associations d'aficionados et la presse ? Le but étant bien sûr d'élargir le plus possible la base sur laquelle pourrait s'appuyer les décideurs tout en permettant à celle-ci de se faire entendre - ce qui n'est pas la même chose qu'écouter - dans la mesure où elle participerait aussi, à travers ses représentants, aux organes de décision.

Comme tous ses prédécesseurs avant lui, Jean Grenet a rappelé que l'UVTF écoutait tout le monde et que nulle entité représentative du secteur taurin n'était oubliée, ce dont il faut lui donner acte en se réjouissant que depuis quelques années les choses aient bien évolué et que le temps n'est plus où l'UVTF fonctionnait en interne sans prendre l'avis de qui que ce soit.

Ce faisant, il a élégamment éludé la question posée qui était en fait : l'UVTF peut-elle envisager de partager son pouvoir avec les autres pour diminuer les tentations de cessession en cas de conflit ? Ce que l'on a traduit par un désir de ma part d'exclure les dissidents, alors que précisément c'est du contraire qu'il s'agit. J'ai depuis pas mal de temps déjà pris le parti de ne plus répondre aux attaques malveillantes, sauf, et c'est le cas ici, quand les contre vérités proférées ont pour objet de favoriser un climat de discorde en manipulant les faits, ce que chacun peut vérifier en visionnant le programme en question.

Ceci dit, et pour épondre à la question, pour le second étage de la fusée aficion il faudra donc attendre encore, et l'on ne saurait trop encourager toutes les entités du secteur taurin à militer dans le sens d'une action qui aboutirait à une meilleure prise en compte de tous leurs intérêts et inciterait peut-être ceux qui seraient tentés de s'affranchir des règles communes à davantage de modération.


André Viard