TIRONS LES ROIS

Traditionnellement, avec le passage des Rois qui en Espagne sont bien plus généreux que le Père Noël, les grandes manoeuvres de la temporada commencent.

À Triana, c'est Manuel Diaz "El Cordobes" qui s'est habillé en Baltasar pour suivre la cavalcade de vingt carrosses et prés d'un millier de participants qui a parcouru l'un des barrios les plus
taurins de Séville, et donc du monde. Une tradition à laquelle les toreros sont souvent invités à se joindre, Rivera Ordoñez ayant joué le rôle l'an passé et José Tomas il y a quelques années.

Mais les vrais cadeaux, le monde taurin devra attendre encore un peu pour les connaître, le temps en tous cas que les états-majors qui planifient la temporada se mettent d'accord sur tout. Car traditionnellement aussi, la vraie reprise des affaires a lieu le lendemain des Rois, donc aujourd'hui, comme si chacun soudain se réveillait en sursaut avec la désagréable impression d'avoir perdu du temps. Rien n'y fait, ils sont comme cela, et avant les Rois, rien de bien sérieux ne se concrétise.

Après, en revanche, tout se précipite. Attendez-vous donc dans les prochains jours à ce que les cartels de diverses ferias soient publiés - Valence, Castellon et Olivenza d'abord, Arles ensuite - attendez-vous aussi à ce que les retardataires annoncent les derniers apoderamientos, et attendez-vous enfin à ce que surgissent quelques polémiques autour des résultats de divers appels d'offres - en France et en Espagne - dont nous vous tiendrons bien sûr informés.

André Viard